Bledina Grossesse
CoronavirusMaladiesSliderVidéos

Coronavirus : le Dr Usha Appalsawmy alerte sur la vulnérabilité des personnes atteintes de maladies rénales

L’impact du COVID-19 sur la santé des patients testés positifs est, dans la majorité des cas, bénin. Les conséquences peuvent néanmoins être graves chez les patients souffrant de pathologies chroniques, telles que les maladies rénales. Le Dr Usha Appalsawmy, néphrologue et spécialiste du rein d’origine mauricienne basée à Leeds, en Angleterre, tire la sonnette d’alarme.

Nous devons tous redoubler de vigilance pour ne contracter le COVID-19. Mais s’il y en a qui sont encore plus vulnérables face au coronavirus, ce sont les patients atteints de maladies rénales. C’est l’appel pressant que lance le Dr Usha Appalsawmy. Selon elle, les plus concernés sont ceux qui souffrent d’une insuffisance rénale de stade avancé (3, 4 et 5), qui ont recours à la dialyse et aux greffes de rein, ceux atteints de syndrome néphrotique ainsi que les patients qui sont sous immunosuppresseurs (liés aux maladies telles que la vascularite et le lupus).

Le médecin conseille à ces personnes de mettre tout en œuvre pour ne pas contracter le COVID-19. « Suivez les précautions d’hygiène méthodiquement et évitez tout contact avec quelqu’un ayant les symptômes du COVID-19. Continuez votre traitement médicamenteux. N’arrêtez en aucun cas, sauf si votre médecin vous le dit. »

Les patients atteints de maladies rénales doivent faire encore plus attention à leur alimentation. Si les séances de dialyse sont repoussées, il faut réduire le pourcentage de potassium dans les repas. « Cela peut se faire en diminuant la consommation de bananes, de lentilles, de haricots rouges, de pommes de terre frites ou encore de boissons, telles que le café et le chocolat. Les aliments liquides doivent aussi être surveillés. Cela ne concerne pas uniquement l’eau mais aussi le thé, le café, la soupe, le yaourt et la gélatine (agar-agar) », explique le médecin.

Conseils aux professionnels de santé

Elle conseille aux professionnels de santé à Maurice de limiter le temps d’attente des patients qui sont à l’hôpital pour la dialyse, réduisant ainsi le risque qu’ils soient contaminés. Puis elle évoque l’importance de trier les patients en faisant attention de repérer s’il y en a qui présentent les symptômes du COVID-19. Pour réduire les risques, les patients peuvent aussi être catégorisés en fonction de la gravité de leurs maladies.

« On peut accorder la priorité à ceux qui ne peuvent pas rater une séance de dialyse et reporter le traitement des cas moins graves au cas où la situation du COVID-19 venait à se compliquer à Maurice », préconise-t-elle. Le médecin met aussi l’accent sur l’attention spéciale qu’il faut accorder aux patients ayant subi une transplantation rénale. « Ceux-là peuvent être positifs au virus sans montrer de symptômes en raison de leur traitement », dit-elle.

Attention aux mythes

Certains des conseils qui sont en circulation peuvent être dangereux pour la santé, selon le Dr Appalsawmy. « Certains suggèrent qu’en buvant de l’eau toutes les 15 minutes, on arrive à se prémunir du COVID-19. Pour les patients atteints de maladies rénales, ce conseil peut nuire à leur santé. Ils doivent au contraire contrôler leur consommation de liquide car leurs corps ne produisent pas assez d’urine. »

Mots clés

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer