CoronavirusMaladiesSliderVidéos

Coronavirus : l’appel du Dr Yanish Purmah de l’Angleterre pour contenir le virus

Situation grave à travers le monde, Maurice n’est pas épargnée. Avec ses 14 cas confirmés et un décès (samedi 21 mars), les professionnels de la santé Mauriciens à l’étranger sont nombreux à s’inquiéter de ce qui se passe sur le territoire Mauricien. Parmi, le Dr Yanish Purmah, cardiologue en Angleterre. A travers une vidéo, il lance un appel aux Mauriciens pour être plus consciencieux et responsables.

Le Dr Yanish Purmah, cardiologue en Angleterre tire la sonnette d’alarme. De l’Angleterre, il a vu les vidéos des Mauriciens dans les marchés et supermarchés. « Le Covid-19 se transmet par les gouttelettes et c’est pour cette raison que l’OMS parle de distanciation sociale de deux mètres. Difficile de le faire quand on est dans ces endroits publics (bazars). Le risque d’attraper le virus ou de le transmettre est très élevé », insiste ce dernier.

Si ces mesures ne sont pas appliquées, le virus pourrait se propager très vite sur toute l’île Maurice. « On apprend des erreurs des autres. Et concernant cette pandémie, on peut apprendre des erreurs qu’ont fait les autres pays notamment l’Italie qui n’a pas imposé le confinement assez tôt. Le coronavirus s’est propagé et le nombre de décès est plus élevé. Heureusement, à Maurice, le gouvernement est venu avec le confinement très vite mais c’est aux Mauriciens maintenant de prendre les choses en mains », indique-t-il car si les consignes ne sont pas respectées, il sera difficile d’endiguer le virus sur le territoire.

« Nous avons que cinq hôpitaux pour toute la population Mauricienne, si ce virus se propage, on n’aura pas assez de place pour traiter tous les patients. Le système ne pourra pas gérer, nous avons des ressources limitées », précise ce dernier.

C’est donc au public de prendre la décision de rester confiner et ainsi de mieux contenir le virus. « Protégez votre famille, surtout les plus vulnérables qui sont les personnes âgées. Si nous avons trop de cas à gérer, nous serons exposés à des situations très difficiles où les médecins devront choisir qui soigner en priorité, un patient de 60 ans ou celui de 40 ans. Faites donc très attention et pensez aux répercussions », lance le Dr Yanish Purmah.

Mots clés

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer