Bien-ÊtreSliderYoga

Tamarind Leaf Yoga : au-delà des postures

Écoutez cet article

Le yoga qui soigne. C’est le principe de Tamarind Leaf Yoga, dirigé par Hethal et Ajit Mohun. À travers le yoga et une discipline de vie, ils mettent en avant la santé et le bien-être. Que ce soit les problèmes de santé des femmes ou encore les troubles de la santé mentale et le bien-être des enfants, le couple Mohun promeut les techniques de base de yoga et de l’ayurvéda pour trouver une solution durable.

« Le yoga est devenu une tendance avec l’occident, mais il reste une science complexe qui a fait ses preuves depuis des millénaires », explique Hethal Mohun. Elle précise aussi que le yoga n’est pas fait que de postures, mais d’une série d’autres exercices accompagnés d’une certaine hygiène de vie. « Le yoga nous transforme et tout est inspiré des valeurs que prône cette discipline. Cela va de la façon de parler aux gens, de la manière dont on traite son chien ou encore sa relation avec les plantes. C’est le yogique lifestyle et cela ne se fait pas uniquement pendant une séance de yoga », fait-elle comprendre.

La directrice de Tamarind Leaf Yoga souligne qu’avec son partenaire et époux, Ajit Mohun, le yoga a vite pris le dessus dans leur vie. Elle s’est d’ailleurs initiée au yoga en rencontrant Ajit alors qu’elle n’avait que 18 ans. « Mais les techniques apprises restent et vous transforment la vie. Je suis partie pour mes études, mais le yoga ne m’a jamais quitté. Que ce soit pour soigner une sinusite, une anxiété ou un problème d’immunité, il m’a toujours sauvé », raconte-t-elle. Puis, au fil du temps, le yoga est devenu son gagne-pain. D’ailleurs, Hethal Mohun raconte comment elle a surpassé une maladie auto-immune qui la rendait aveugle. « Six ans de cela, j’ai commencé à être malade. En l’espace de six mois, j’avais perdu 50 % de ma vision », indique-t-elle. Elle a renversé la tendance grâce au yoga et aux principes de l’ayurvéda.

C’est ainsi qu’elle oriente son entreprise autour de la prise en charge de certains troubles. D’ailleurs, Tamarind Leaf Yoga pivote autour de trois axes : le yoga pour le bien-être des femmes, pour lutter contre les troubles de la santé mentale et pour le bien-être des enfants. Pour les femmes, Hethal Mohun fait ressortir qu’avec le yoga, il est possible de soigner les débalancements hormonaux et d’améliorer la santé reproductive. Elle accompagne également les mamans avant et après la grossesse. Concernant la santé mentale, « le yoga peut soulager l’anxiété, le burn-out, et le stress. Ce sont autant de facteurs qui entraînent d’autres complications de santé physique », dit-elle. Finalement, le développement des enfants est également inclus dans la prise en charge holistique par Hethal Mohun. Que ce soit pour améliorer la mémoire, soigner la dyslexie ou pour les troubles du langage, le yoga peut être bénéfique.

Tournée vers le digital, Tamarind Leaf Yoga est devenue une école 100 % en ligne depuis le confinement. D’ailleurs, cette transition s’est faite naturellement puisque ce concept a toujours eu de l’intérêt auprès des femmes qui travaillent selon Hethal Mohun. De plus, Ajit Mohun a évolué dans l’informatique, ce qui a rendu ce changement plus souple et efficace. « Avec les classes en ligne, cela devient plus pratique pour les participants et surtout ils n’ont pas à se déplacer. Dans le passé, nous avions eu des demandes de gens qui sont dans le Sud alors qu’on est à Quatre-Bornes. Maintenant, on accommode également des participants de l’étranger », indique-t-elle. On retrouve ainsi des classes en groupe dédiées ceux qui veulent faire du yoga pour promouvoir leur bien-être. Il y a d’autres dans lesquelles sont regroupés les participants avec les mêmes problèmes. Parmi, l’hypertension ou d’autres maux qui nécessite l’application des techniques plus précises du yoga. Finalement, il y a aussi les séances en individuel pour ceux qui ont des troubles précis et qui veulent profiter de l’expertise du couple Mohun.

Deux récompenses internationales

Cette année est encore plus spéciale pour Tamarind Leaf Yoga. Hethal Mohun a été propulsée dans deux événements majeurs sur la scène internationale. D’abord, elle s’est retrouvée parmi les 15 finalistes mauriciens et les 4 000 autres participants au Women in Africa. « À Maurice, je suis la seule dans le domaine du bien-être à être retenue pour ce concours », précise-t-elle. Sa fierté est légitime, puisque le bien-être a rarement sa place dans l’entrepreneuriat. Ensuite, la deuxième consécration est sa sélection par l’International Trade Centre – SheTrades. Elle représentera Tamarin Leaf Yoga au Dubai World Expo 2020 qui est déjà en cours. « Cela nous permettra de mettre le bien-être et le talent mauricien sur la carte mondiale. On y sera en février de l’année prochaine », fait comprendre Hethal Mohun. D’ailleurs, avec son époux Ajit, ils espèrent que cette reconnaissance internationale aidera les enfants et les jeunes issus de milieux économiquement défavorisés à devenir des rêveurs et des faiseurs (dreamers & doers). Ce, afin que davantage de personnes puissent œuvrer à la construction d’un monde durable, équitable et compatissant.

Une lauréate au service du bien-être

Hethal Mohun
Hethal Mohun

En 1998, Hethal Mohun devient lauréate. Elle est classée première dans la filière classique et entame ensuite ses études en Angleterre avant de retourner à Maurice pour travailler dans les finances. Elle quitte une nouvelle fois le pays pour se rendre à Toronto, au Canada avec son époux pour travailler. Mais en 2013 s’opère un changement. Ils veulent rentrer au pays et changer drastiquement de filière. Ainsi, après avoir passé 12 ans dans le secteur financier, elle souhaite redonner une nouvelle orientation à sa vie. C’est ainsi,  qu’avec son époux qui était dans l’informatique, ils mettent le cap sur l’Inde pour se professionnaliser dans le secteur du bien-être et se former sur le yoga au Bihar School of Yoga.

Ils vont ainsi enchaîner plusieurs formations auprès de divers gurus pour mieux comprendre la complexité du yoga et de l’ayurvéda avant de lancer Tamarind Leaf Yoga en 2016 à Maurice. « Je souhaite surtout faire comprendre aux jeunes qu’il est possible d’atteindre ses buts et de lancer leurs start-up », fait-elle remarquer. Selon elle, en tant qu’ancienne lauréate, il était également important de revenir à Maurice afin de mettre ses compétences au service de ceux qui veulent retrouver la santé et le bien-être. Venant d’une famille modeste, elle précise qu’elle n’aurait pas pu faire ses études en Angleterre sans cette bourse.

Vos Commentaires

Défi Santé

Une publication du Le Défi Media Group 4B, Rue Labourdonnais, Port-Louis Tél : +230 207 06 66

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page