Bien-ÊtreMédecines traditionnellesSlider

L’art : une source de bien-être

L’art a un impact positif sur la santé physique et mentale. C’est ce qui ressort d’un rapport publié par le bureau régional de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l’Europe le lundi 11 novembre. Saleema Pierre, artiste et directrice de Artdoize , souligne les différents bienfaits de l’art. Selon elle, pratiquer une activité artistique peut nous rendre heureux.

Les couleurs et les lumières jouent un rôle majeur. Une vie entourée de couleurs, c’est aussi une vie gaie et joyeuse. D’ailleurs, la lumière est reconnue par la médecine pour sa capacité à lutter contre l’anxiété et la dépression, notamment à travers la luminothérapie. S’agissant des couleurs, il suffit de porter un vêtement d’une couleur vive pour voir son humeur rehaussée. L’impact des couleurs dans nos vies est donc inévitable. « En optant pour une activité artistique, on s’entoure de couleurs et de lumière, ce qui vient rajouter du bonheur dans notre quotidien », explique Saleema Pierre.

« Avoir une âme d’artiste », c’est être sensible à son entourage, à la nature, aux animaux et aux humains. Cette sensibilité profite à la créativité de l’artiste, mais réveille aussi son empathie selon certaines études. Ensuite, il y a l’impact de l’art sur la santé mentale. S’adonner à une activité créative, quels que soient son expérience et son âge, diminuerait significativement le stress. Faire du coloriage, du dessin, du modelage ou du collage peut-il réduire les symptômes de l’anxiété ? Des chercheurs américains de la Drexel University ont cherché à comprendre si pratiquer l’art sous différentes formes pouvait faire baisser les niveaux de cortisol dans le corps, l’hormone du stress.

Pour les besoins de l’étude, 39 adultes âgés de 18 à 59 ans ont participé à des activités artistiques lors d’une séance de 45 minutes. Leur taux de cortisol a été relevé avant et après la session, via des prélèvements de salive. Des marqueurs et du papier, de l’argile et du matériel de collage ont été mis à la disposition des participants. L’art-thérapeute encadrant la séance a laissé volontairement le déroulé de l’expérience le plus libre possible pour que les « artistes » puissent suivre leurs envies.

art

À l’issue de l’expérience, les chercheurs ont constaté que 75 % des pratiquants avaient vu leur taux de cortisol baissé. Les résultats n’ont montré aucune corrélation entre les taux affichés et les expériences passées artistiques ou à des niveaux dits « inférieurs ». D’après les témoignages recueillis, la plupart des patients ont trouvé le test très relaxant, avec un niveau d’anxiété qui a baissé dès les cinq premières minutes pour certains. D’autres ont déclaré être moins hantés par des pensées parasites et aussi une capacité à mettre les choses en perspective.

Cependant, environ 25 % des participants ont enregistré des niveaux plus élevés de cortisol. Les chercheurs expliquent ce phénomène par l’état d’éveil accru suscité par le fait de créer et un niveau d’engagement et d’implication plus élevé. Autre facteur qui pourrait jouer : le type d’activités. Dessiner et malaxer de l’argile seraient des activités plus relaxantes qu’assembler des collages.

« Une certaine quantité de cortisol est essentielle pour notre fonctionnement. Par exemple, nos niveaux de cortisol varient pendant toute la journée – les niveaux sont au plus haut le matin parce que cela augmente notre énergie pour démarrer la journée », explique le Dr Kaimal, coauteur de l’étude.

L’idée est désormais de prolonger cette étude pour explorer si l’expression artistique peut aider à réduire le stress, améliorer le bien-être physiologique et la santé physique dans un environnement thérapeutique, avec la mesure d’autres biomarqueurs comme l’ocytocine, l’hormone de l’attachement. Comment les arts visuels, notamment, peuvent-ils bénéficier aux patients en fin de vie et à leur personnel soignant ? L’étude a été publiée dans la revue « Art therapy ».

Le lien entre l’art et la santé étudié

art

Le rapport publié par le bureau régional de l’OMS étudie les activités artistiques qui visent à promouvoir la santé et à éviter qu’elle ne se détériore, ainsi qu’à gérer et soigner les problèmes de santé physique et mentale et à faciliter les soins palliatifs.

Il examine les bienfaits pour la santé (procurés par une participation active ou passive) dans cinq grandes catégories artistiques : les arts de la scène (musique, danse, chant, théâtre, cinéma), les arts visuels (artisanat, design, peinture, photographie) ; la littérature (écrire, lire, se rendre à des festivals littéraires) ; la culture (fréquenter des musées et des galeries, assister à des concerts, théâtre) ; et les arts en ligne (animation, arts numériques, etc.…).

« Faire entrer l’art dans la vie de quelqu’un par le biais d’activités, telles que la danse, le chant ou la fréquentation de musées et de concerts, nous donne une clé supplémentaire pour améliorer notre santé physique et mentale », souligne dans un communiqué le Dr Piroska Östlin, Directrice régionale de l’OMS pour l’Europe par intérim.

Mots clés

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer