Actu SantéSlider

Une étude établit un lien entre vapotage et symptômes respiratoires dès l’adolescence

On connait l’impact néfaste sur la santé des produits du tabac, dont la cigarette, mais il n’existe à ce jour pas ou peu de données sur les effets à long terme du vapotage, autrement dit de la cigarette électronique. Une nouvelle étude menée par des chercheurs américains fait état de symptômes respiratoires, dont la respiration sifflante et l’essoufflement, chez les jeunes vapoteurs – adolescents et jeunes adultes.

Plus de quatre Français âgés de 18 à 75 ans sur dix (41,2%) déclaraient avoir déjà expérimenté le vapotage en 2022, contre 38,7% en 2021, d’après des estimations publiées dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de Santé Publique France, à l’occasion de la Journée mondiale sans tabac. Quant au vapotage quotidien, il concernait 5,5% des adultes du même âge en 2022, contre 5% en 2021, et 2,5% en 2016. Un chiffre en hausse continue qui amène des scientifiques à travers le monde à se pencher sur les effets potentiels de la cigarette électronique sur la santé. La dernière étude en date révèle un risque accru de bronchite et d’essoufflement chez les adolescents et jeunes adultes qui vapotent, et ce qu’ils fument ou pas simultanément des cigarettes classiques ou du cannabis.

Une équipe de chercheurs issus de plusieurs universités américaines a suivi la santé respiratoire de 2.097 étudiants âgés en moyenne de 17 ans ayant participé à l’étude Southern California Children’s Health entre 2014 et 2018. Ces derniers ont été soumis à un questionnaire sur leur consommation de produits du tabac et leurs symptômes respiratoires en 2014, puis d’autres informations ont été ajoutées – dont leur consommation de cannabis – lors des différentes vagues de l’enquête en 2015, 2017 et 2018 pour une majorité d’entre eux. Notons que pour chaque questionnaire, il leur a été demandé d’indiquer leur consommation de cigarettes et d’e-cigarettes au cours des 30 derniers jours.

Un risque accru de troubles respiratoires

Publiés dans la revue médicale Thorax, leurs travaux ont porté au final sur l’analyse des données de 2.094 jeunes, dont 476 ont déclaré avoir déjà souffert d’asthme dès la première vague de l’enquête. Parmi les symptômes observés, figurent la respiration sifflante et l’essoufflement dont la prévalence variait d’une vague à une autre, tandis que les symptômes liés à la bronchite ont été les plus fréquemment mentionnés, et ce pour chaque vague (entre 19,5% en 2014 à 26% en 2018). Quant à l’usage de la cigarette électronique, il est passé de près de 12% en 2014 et 2015 à plus de 15,5% en 2018. Et le verdict semble sans appel, puisque les chercheurs font état d’un risque de respiration sifflante supérieur de 81% chez les utilisateurs de cigarettes électroniques par rapport à ceux qui ne vapotent pas.

Le constat est le même pour les symptômes liés à la bronchite (un risque deux fois plus élevé) et à l’essoufflement (un risque 78% plus élevé). Fait important, au-delà des ajustements liés à l’âge, au sexe, ou encore à l’origine, les chercheurs ont cherché à tenir compte de la consommation simultanée de cigarettes et de cannabis, ainsi que du tabagisme passif. Résultat, ces “ajustements supplémentaires (…) ont légèrement affaibli toutes les associations observées, mais celles-ci sont restées statistiquement significatives, à l’exception de celles liées à la respiration sifflante”, peut-on lire dans un communiqué. Et d’ajouter : “Et les estimations des effets du vapotage étaient légèrement plus fortes chez les personnes n’ayant pas consommé de cigarettes ou de cannabis au cours des 30 derniers jours, ce qui pourrait avoir une influence”.

L’étude comporte toutefois des limites, ne serait-ce parce qu’il s’agit de travaux d’observation qui ne peuvent établir une relation de cause à effet directe entre vapotage et symptômes respiratoires. Mais aussi parce qu’ils reposent sur des questionnaires déclaratifs et d’auto-évaluation. Il conviendra donc dans le futur de mener des recherches supplémentaires pour confirmer ces premiers résultats, bien que les chercheurs appellent désormais à surveiller et prendre en compte l’impact des produits de vapotage sur la santé respiratoire.

“Cette étude contribue à l’émergence de preuves issues d’études humaines et toxicologiques selon lesquelles les e-cigarettes provoquent des symptômes respiratoires qui méritent d’être pris en compte dans la réglementation des e-cigarettes. Elle suggère que les évaluations réglementaires du coût sanitaire pour la population sous-estiment les effets de la consommation d’e-cigarettes, de cannabis et de produits du tabac à la fin de l’adolescence et au début de l’âge adulte”, concluent les auteurs de ces travaux.

Vos Commentaires

Défi Santé

Une publication du Le Défi Media Group 4B, Rue Labourdonnais, Port-Louis Tél : +230 207 06 66

Articles Liés

Back to top button
Click to listen highlighted text!