Actu SantéSlider

Démence : Stopper le tabac et surveiller son cholestérol réduirait les risques

Des travaux réalisés par plusieurs instituts de recherche français, anglais et finlandais montrent qu’une bonne santé cardiaque dès l’âge de 50 ans contribuerait à limiter les risques de démence.

La démence désigne un déclin cognitif important dont les formes les plus courantes sont des maladies neuro-dégénératives comme Alzheimer ou Parkinson. Si l’âge avancé représente l’un des principaux facteurs de risque de ces maladies, leur incidence dépendrait également du mode de vie, comme le montre cette nouvelle étude publiée dans le British Medical Journal.

Les chercheurs à l’origine de ces travaux ont étudié la santé cardiovasculaire et le taux d’incidence de démence de 7.899 personnes âgées de 50 ans, en se basant sur les recommandations du Score Live 7, un programme établi pour limiter les risques de maladies cardio-vasculaires disponible sur le site de l’American Heart Association.

Le Score Live 7 comprend quatre paramètres comportementaux (tabagisme, alimentation, activité physique, indice de masse corporelle) et trois paramètres biologiques (glycémie à jeun, cholestérol, tension artérielle). Le programme préconise (entres autres) de stopper le tabac, de surveiller sa tension artérielle, de réduire le sucre ou encore de pratiquer une activité physique régulière.

La santé cardiovasculaire globale est évaluée sur une échelle de 0 à 14 et qualifiée de “mauvaise”(0-6) ou “optimale” (12-14), avec une note intermédiaire comprise entre 7 et 11.

Plus la santé cardiovasculaire est bonne, plus le risque de démence est faible

Au total, 347 cas de démence ont été enregistrés sur un suivi médian de 24,7 ans. Les chercheurs ont constaté que le respect des recommandations de Life Simple 7 réduisait le risque de trouble de perte de mémoire. Selon l’étude, chaque point supplémentaire ajouté au score d’évaluation de la santé cardiovasculaire correspondait à un risque de démence réduit de 11%.

L’association entre la santé cardiovasculaire à l’âge de 50 ans et la démence a également été observée chez les personnes qui n’ont pas souffert de maladie cardiovasculaire au cours du suivi.

“La prévention est un élément important pour contrer le triplement de cas de démence prévu d’ici 2050. Les facteurs de risque cardiovasculaire sont modifiables, ce qui en font des cibles de prévention stratégiquement importantes. Cette étude appuie les politiques de santé publique visant à améliorer la santé cardiovasculaire dès l’âge de 50 ans afin de promouvoir la santé cognitive”, soulignent les auteurs de l’étude.

Mots clés

Défi Santé

Une publication du Le Défi Media Group 4B, Rue Labourdonnais, Port-Louis Tél : +230 207 06 66

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer