Hygiène de vieMieux vivreSlider

L’OMS appelle à une meilleure hygiène des mains et à d’autres pratiques de lutte contre les infections

À l’occasion de la Journée mondiale de l’hygiène des mains 2021, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) appelle les travailleurs et les établissements de santé à prendre soin de l’hygiène des mains lorsqu’ils s’occupent des patients.

L’hygiène des mains est essentielle pour toutes les interventions, qu’il s’agisse de placer un dispositif invasif, de prendre en charge une plaie chirurgicale ou d’administrer une injection. Vous aussi, vous pouvez participer à la campagne « Sauvez des vies : lavez-vous les mains ! » pour soutenir l’hygiène des mains dans le monde entier.

La dernière enquête mondiale de l’OMS sur la mise en œuvre des programmes nationaux de prévention et de lutte contre les infections met en évidence la nécessité urgente de réduire les inégalités entre les pays à revenu élevé et les pays à faible revenu en ce qui concerne la disponibilité d’une bonne hygiène des mains et d’autres mesures de prévention et de lutte contre les infections. Un nouveau portail de suivi en ligne de l’OMS aidera les pays à identifier et à combler les lacunes.

Il s’agit d’un défi important à tout moment, mais l’épidémie de la Covid-19 a démontré de manière spectaculaire à quel point les bonnes pratiques d’hygiène des mains sont importantes pour réduire le risque de transmission, lorsqu’elles font partie d’un ensemble complet de mesures préventives.

Une bonne hygiène des mains est également essentielle pour prévenir toute infection contractée dans le cadre des soins de santé, la propagation de la résistance aux antimicrobiens et d’autres menaces sanitaires émergentes.

Les infections contractées lors de la prestation de soins de santé constituent un problème de santé majeur à l’échelle mondiale, mais les patients des pays à revenu faible ou intermédiaire sont deux fois plus susceptibles d’en être victimes que ceux des pays à revenu élevé (respectivement 15% et 7% des patients) ; le risque dans les unités de soins intensifs (USI), notamment chez les nouveau-nés, est de deux à 20 fois plus élevé.

Cela s’explique notamment par le fait que, dans certains pays à faible revenu, seul un agent de santé sur dix pratique une bonne hygiène des mains lorsqu’il s’occupe de patients présentant un risque élevé d’infections associées aux soins dans les unités de soins intensifs – souvent parce qu’il ne dispose tout simplement pas des installations nécessaires pour le faire.

Principaux défis

Le manque de ressources financières et l’effritement des infrastructures sont des défis clés. Le rapport de situation mondial 2020 de l’OMS sur le programme WASH dans les établissements de santé : Fundamentals premier rapport révèle qu’à l’échelle mondiale, un établissement de santé sur quatre ne dispose pas de services d’eau de base et un sur trois ne dispose pas de fournitures d’hygiène des mains sur le lieu de soins.

En outre, selon l’enquête nationale de l’OMS sur 88 pays mentionnée ci-dessus, le niveau d’avancement des programmes d’hygiène des mains et de prévention et de contrôle des infections, notamment en ce qui concerne la mise en œuvre effective, était nettement plus faible dans les pays à faible revenu que dans les pays à revenu intermédiaire et élevé.

En 2018, seuls 45 % des pays à faible revenu disposaient d’un programme national de CIP fonctionnel, contre 53 à 71 % des pays à revenu intermédiaire et élevé, et un budget dédié pour le soutenir n’était disponible que dans 5 % des pays à faible revenu, contre 18 et 50 % des pays à revenu intermédiaire et élevé.

Alors que des directives nationales sur les pratiques de CIP existaient dans 50 % des pays à faible revenu et dans 69 à 77 % des pays à revenu moyen et élevé, seuls 20 % et 29 à 57 % des pays à faible revenu et à revenu moyen et élevé disposaient de plans et de stratégies de mise en œuvre. Dans l’ensemble, seuls 22 % des pays ont assuré le suivi du déploiement et de l’impact de la mise en œuvre.

Peu de pays ont la capacité de surveiller efficacement la CIP. Le tout premier portail de suivi de la CIP de l’OMS est une plateforme en ligne protégée permettant aux pays de recueillir des données de manière normalisée et conviviale et de télécharger leur analyse de la situation après la saisie des données ainsi que des conseils sur les domaines et les approches à améliorer.

Le fléau des infections nosocomiales

Les infections nosocomiales touchent chaque année des millions de patients et de professionnels de la santé dans le monde. Près de 9 millions sont enregistrées chaque année dans la seule Europe.

La moitié de ces infections peuvent être évitées en mettant en œuvre des pratiques et des programmes efficaces de prévention des infections nosocomiales, notamment des stratégies d’amélioration de l’hygiène des mains. De telles stratégies peuvent également prévenir trois des quatres décès liés à la RAM qui surviennent dans les établissements de soins de santé.

L’investissement dans des stratégies efficaces de CIP peut également produire des retours financiers importants. La mise en œuvre de politiques d’hygiène des mains peut générer des économies représentant en moyenne 16 fois le coût de leur mise en œuvre.

Cependant, les pays et les établissements du monde entier n’ont pas les mêmes chances de mettre en place les systèmes appropriés et les bonnes pratiques pour éviter de souffrir de ces infections.

Journée de l’hygiène des mains

La Journée de l’hygiène des mains, le 5 mai, est plus importante que jamais, pour aider à soutenir la promotion de cette action élémentaire mais essentielle.

Ce geste, qui ne prend que quelques secondes, sauve des vies ! L’OMS lance un appel à tous les acteurs clés autour de ce slogan Les secondes sauvent des vies – nettoyez vos mains !

L’OMS a également déclaré 2021 « Année du travailleur de la santé et des soins ». Afin de protéger ces travailleurs essentiels, il est prouvé que des pratiques appropriées d’hygiène des mains réduisent les infections pendant la prestation des soins. Il est donc essentiel de faire participer différents professionnels de la santé, ainsi que les patients et l’ensemble de la société, à la Journée mondiale de l’hygiène des mains 2021, afin de soutenir l’ « Année des travailleurs de la santé et des soins ».

Le respect des pratiques d’hygiène des mains par les travailleurs de la santé est l’un des principaux indicateurs de performance pour la prévention des infections, la sécurité des patients et la qualité des services de santé dans le monde entier. Le nouveau portail de surveillance peut jouer un rôle important dans l’amélioration de cette situation.

Vos Commentaires

Défi Santé

Une publication du Le Défi Media Group 4B, Rue Labourdonnais, Port-Louis Tél : +230 207 06 66

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page