[pro_ad_display_adzone id="1515"]
Actu SantéSlider

Sauter le petit déjeuner pourrait favoriser les mauvaises habitudes alimentaires chez les ados

Faire l’impasse sur le premier repas de la journée peut entraîner de mauvaises habitudes et favoriser la prise de poids chez les adolescents, pointe une nouvelle étude.

Plusieurs mythes subsistent autour du petit déjeuner. Existe-il une heure idéale pour éviter la prise de poids ? Est-ce réellement le repas le plus important de la journée ? Il n’est pas rare que les (nombreuses) études consacrées au sujet se contredisent. Même si les nutritionnistes s’accordent à dire que l’importance de ce repas varie surtout en fonction des individus : certains en ont besoin tandis que d’autres peuvent s’en passer.

Une nouvelle étude publiée dans Scientific Reports suggère toutefois un lien entre mauvaises habitudes alimentaires et risques accrus de surpoids chez les adolescents. En analysant les données de deux grandes enquêtes menées en Europe et au Brésil sur 3.528 adolescents de 2006 à 2007, des chercheurs de l’école de médecine de l’université de São Paulo en collaboration avec plusieurs instituts européens ont exploré la manière dont les comportements alimentaires peuvent influer sur le métabolisme et l’adiposité (masse graisseuse) des adolescents.

Un questionnaire concernant les préférences alimentaires et le mode de vie a été remis à chaque participant, avec une mention spécifique invitant à préciser à quelle fréquence ils rataient le petit déjeuner. D’autres aspects ont été pris en compte comme la durée de sommeil et leur comportement alimentaire en situation de sédentarité, notamment lorsqu’ils passent du temps devant un écran.

Rater le petit déjeuner pourrait favoriser le recours à la malbouffe

L’omission du petit déjeuner était le comportement prédominant associé à l’obésité chez les garçons européens et brésiliens et les filles européennes, même avec un apport de sommeil satisfaisant, notent les chercheurs. Selon les auteurs de l’étude, ne pas prendre de petit-déjeuner à la maison et avaler une collation sur le chemin de l’école ou à l’heure du déjeuner peut entraîner une alimentation déséquilibrée, ce qui rendrait potentiellement les adolescents vulnérables au gain de poids.

“En sautant le petit déjeuner, des millions d’enfants et d’adolescents du monde entier remplacent probablement un repas maison sain composé de produits laitiers, de céréales complètes et de fruits par des aliments hypercaloriques industrialisés de faible valeur nutritive, tels que les pâtisseries et les boissons sucrées, qui sont directement associés au développement de l’obésité”, explique dans un communiqué l’épidémiologiste Elsie Costa de Oliveira Forkert, membre du service de médecine préventive de l’université de São Paulo et chercheuse principale de l’étude.

Cette recherche ne peut pas assurer que le simple fait de sauter le petit déjeuner fait grossir puisque les résultats reposent uniquement sur des observations et sur des questionnaires remplis par les participants eux-mêmes. Mais elle met l’accent sur les dangers de la malbouffe et de la sédentarité chez les adolescents d’aujourd’hui.

Mots clés

Défi Santé

Une publication du Le Défi Media Group 4B, Rue Labourdonnais, Port-Louis Tél : +230 207 06 66

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer