[pro_ad_display_adzone id="1515"]
Actu SantéSlider

La musique pourrait calmer autant que les sédatifs avant une anesthésie locale

Des chercheurs américains ont montré que les patients devant subir une intervention chirurgicale sous anesthésie locale pouvaient s’y préparer en musique, celle-ci pouvant être aussi efficace que les sédatifs habituellement administrés.

Cette étude, menée par des chercheurs de l’université de Pennsylvanie, visait à savoir si l’écoute musicale pouvait être aussi efficace pour réduire l’anxiété que le midazolam, le sédatif habituellement administré avant une anesthésie locale.

Les chercheurs ont suivi 157 participants, dont 80 ont reçu de manière aléatoire entre 1 et 2 mg de midazolam, injecté trois minutes avant l’anesthésie. Les 77 autres sujets avaient à la place du médicament un casque anti-bruit et le titre “Weightless” de Marconi Union qu’ils ont écouté pendant trois minutes, un morceau considéré par beaucoup comme l’un des plus relaxants au monde.

Le niveau d’anxiété des patients était évalué avant et après chaque méthode de relaxation. Les chercheurs ont aussi mesuré le niveau de satisfaction des patients et des médecins sur une échelle de 0 à 10, 0 reflétant le niveau le plus bas de satisfaction.

Leurs résultats, parus en ligne dans la revue Regional Anesthesia & Pain Medicine, ont montré que le fait d’écouter de la musique semblait produire des effets similaires au midazolam pour réduire l’anxiété des patients devant subir une anesthésie locale.

En revanche, les patients qui devaient écouter de la musique étaient moins satisfaits que ceux qui recevaient le sédatif, ce qui pouvait être dû notamment au fait que les patients n’avaient pas le choix de la musique qu’ils écoutaient.

Les scientifiques n’ont pas noté de différence de satisfaction du côté des médecins, bien que les patients et les médecins ont souligné que la communication était entravée par la musique, sûrement à cause du casque anti-bruit et du volume de la musique.

Bien que de précédentes études avaient déjà permis de montrer que la musique pouvait efficacement réduire les angoisses pré-opératoires, elle n’avait jusqu’à ce jour pas été comparée aux sédatifs administrés par intraveineuse.

La musique est par ailleurs une intervention indolore, sans effets secondaires et relativement abordable, alors que les médicaments comme le midazolam peuvent entraîner des effets secondaires sur la respiration, la circulation sanguine et peut même augmenter les niveaux d’agitation et d’hostilité du patient.

Bien que la comparaison de ces deux méthodes pendant seulement trois minutes peut sembler trop courte, les chercheurs concluent cependant que la musique pourrait se présenter comme une alternative efficace au midazolam, mais en précisant que de plus amples recherches seraient nécessaires.

Mots clés

Défi Santé

Une publication du Le Défi Media Group 4B, Rue Labourdonnais, Port-Louis Tél : +230 207 06 66

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer