DépressionPsychoSlider

Les carences en vitamine D pourraient augmenter le risque de dépression

Des recherches irlandaises ont montré que le manque de vitamine D pourrait augmenter le risque de dépression chez les sujets de plus de 50 ans.

Pour leur étude, les chercheurs du Trinity College de Dublin ont eu recours à des données collectées dans le cadre de l’Irish Longitudinal Study on Ageing (TILDA), qui avait suivi près de 4.000 adultes irlandais de plus de 50 ans.

Aucun participant n’était atteint de dépression en début d’étude. Ils ont défini les carences en vitamine D comme un niveau inférieur de 30 nanogrammes par millilitre (nmol/L), un niveau trop bas oscillant entre 30 et 50 nmol/L, alors qu’un niveau suffisant dépassait les 50 nmol/L.

Leurs résultats, parus dans le Journal of Post-Acute and Long-Term Care Medicine (JAMDA), ont montré que le fait d’avoir des carences en vitamine D était associé à un risque accru de 75% de développer une dépression au cours des quatre années de suivi.

Cette association perdurait même après la prise en compte par les chercheurs d’autres facteurs pouvant potentiellement avoir des effets, comme les symptômes dépressifs, les maladies chroniques, l’activité physique et les maladies cardiovasculaires.

Les résultats sont particulièrement significatifs du fait que les chercheurs qui avaient mené l’étude TILDA avaient déjà trouvé qu’un Irlandais de plus de 50 ans sur huit avait des carences en vitamine D. La dépression chez ces personnes était associée à une moins bonne qualité de vie, un déclin général des fonctions, à des morts prématurées et à des placements en maison de retraite.

Pour prévenir cela, il est aisé de doper les niveaux de vitamine D avec des compléments ou en ajoutant des aliments riches en cette vitamine à son alimentation (poissons gras, œufs, produits laitiers enrichis, foie de veau, champignons) et ainsi contrer le développement des symptômes dépressifs.

“Cette étude montre que la vitamine D est associée à d’autres maladies que celle qui touche les os”. Les importants effets sur la dépression, même après avoir pris en compte d’autres variables, sont étonnants, précise l’auteur Dr. Eamon Laird.

Ces résultats sont en adéquation avec les précédents concernant l’Irlande sur les carences en vitamine D. “Un adulte sur huit est carencé en été et un adulte sur quatre en hiver. De plus, seulement 8% de la population irlandaise de plus de 50 ans rapportent prendre des compléments de vitamine D”, a tenu à préciser le Dr. Eamon Laird.

Vos Commentaires

Défi Santé

Une publication du Le Défi Media Group 4B, Rue Labourdonnais, Port-Louis Tél : +230 207 06 66

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page