Bien dans sa peauPsychoSlider

Certains naissent-ils avec un don naturel pour la musique ?

Une étude nord-américaine a montré que les personnes douées pour la musique pourraient être nées dotées de cette capacité naturelle de distinguer les modes majeurs des mineurs en musique.

Pour cette nouvelle étude restreinte, menée par des neuroscientifiques de l’université canadienne de York et de l’université de Californie, les chercheurs ont suivi 30 nourrissons de six mois. Chacun devait écouter un mélange de tonalités musicales (une série de notes formant des accords majeurs ou mineurs). Les accords majeurs faisaient apparaître une image à droite du bébé et les mineurs à sa gauche. Les nourrissons devaient décider de quel côté regarder lorsqu’ils entendaient les sons, et une image apparaissait à droite ou à gauche suivant la tonalité de l’accord.

Leurs résultats, publiés dans le Journal of the Acoustical Society of America, ont montré que pour 33% des bébés, après avoir écouté les modes mineurs et majeurs, leurs mouvements oculaires prédisaient où l’image allait apparaître avec une précision presque parfaite, alors que pour les 67% restants, les mouvements des yeux n’étaient pas liés à la localisation de l’image.

“Nous avons mesuré au fil du temps comment les nourrissons apprenaient l’association entre quelle tonalité ils entendaient et où l’image allait apparaître. S’ils arrivaient à faire la différence entre les tonalités, avec le temps, lorsqu’ils entendaient les accords majeurs par exemple, leurs yeux se dirigeaient vers où devait apparaître l’image avant même que celle-ci soit visible parce qu’ils pouvaient la prédire”, a expliqué le chercheur Scott Adler.

Leurs résultats, même si limités à une trentaine de bébés, vont dans le même sens que de précédentes recherches menées sur des adultes, qui avaient montré qu’environ 30% des adultes étaient capables de faire la différence entre les tonalités majeures et mineures, mais que 70% en étaient incapables, peu importe leur exposition à la musique ou à la pratique musicale.

“A six mois, il est très peu probable que ces nourrissons aient reçu une formation musicale formelle”, a expliqué le professeur Adler. “Les parents jouent de la musique aux enfants. Tous les enfants occidentaux entendent de la musique, mais ils ne reçoivent pas cette formation musicale spécifique. Cette répartition découle donc de certains mécanismes innés.”

Ces résultats viennent étayer la sagesse populaire qui laisse penser que certains musiciens naîtraient avec un talent spécifique pour la musique, ce qui laisserait entendre que cette capacité naturelle pourrait être génétique.

Ces résultats pourraient aussi avoir des conséquences sur le développement de l’appréciation du contenu émotionnel de la musique, précisent les chercheurs, car ce sont les accords mineurs et majeurs qui ajoutent de l’émotion à la musique. “Les accords majeurs sont perçus comme joyeux, alors que ceux en mineur sont perçus comme tristes”, a ajouté le professeur Adler.

Vos Commentaires

Défi Santé

Une publication du Le Défi Media Group 4B, Rue Labourdonnais, Port-Louis Tél : +230 207 06 66

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page