AlimentsNutritionSlider

Même en faible quantité, la viande rouge serait néfaste pour la santé

Des chercheurs américains ont démontré qu’en consommant de la viande rouge ou industrielle transformée, même en petites quantités, on augmentait son risque de décès, en comparant avec des personnes végétariennes.

Cette étude, menée par la Loma Linda University Health de Californie, a pris en compte 72.149 participants suivis dans le cadre de l’Adventist Health Study-2 (AHS-2), une vaste cohorte d’études de personnes des deux sexes appartenant à l’Eglise Adventiste du Septième jour, aux Etats-Unis et au Canada.

Comme environ la moitié des Adventistes sont végétariens, et que ceux qui consomment de la viande le font en petites quantités, le recours à cette cohorte permettait aux chercheurs d’enquêter sur les effets d’une faible consommation de viande (rouge et transformée) en comparaison avec un régime sans viande sur un vaste échantillon de personnes.

“Nous n’avions pas la réponse à la question concernant les effets d’une faible consommation de viande en comparaison avec aucune consommation de viande”, a expliqué Saeed Mastour Alshahrani, l’auteur principal de cette étude. “Nous voulions considérer plus en détail l’association entre une faible consommation de viande rouge ou transformée et la mortalité (toutes causes confondues et due aux maladies cardiovasculaires et aux cancers) en comparaison avec les personnes qui ne mangeaient pas du tout de viande.”

Les chercheurs ont évalué l’alimentation des participants grâce à des questionnaires alimentaires remplis par les sujets, et ils ont récupéré les données concernant les décès auprès des autorités nationales.

Parmi les participants qui consommaient de la viande, 90% d’entre eux ne mangeaient qu’environ 50 grammes ou moins de viande par jour.

Leurs conclusions, reprises par la revue Nutrients, ont montré que lors d’un suivi moyen de 11,8 années, ils dénombraient 7.961 décès au total, parmi lesquels 2.598 découlaient de maladies cardiovasculaires et 1.873 de cancers.

Les scientifiques ont aussi trouvé que la faible consommation de viande rouge ou industrielle était associée à un risque modérément accru de décès toutes causes confondues et découlant de maladies cardiovasculaires, en comparaison avec les personnes qui ne consommaient pas viande.

En revanche, la consommation de viandes uniquement transformées (des produits à base de viande qui ont été salés ou fumés et dont le goût a été altéré), n’était pas associée de façon significative à un risque accru de mortalité, probablement du fait des faibles proportions de ce type de viande consommée par les participants de cette étude.

Les chercheurs expliquent que cette nouvelle étude suggère que la consommation de viande rouge ou industrielle, même en faible quantité, pourrait accroître le risque de décès toutes causes confondues, et surtout de maladies cardiovasculaires.

Le co-auteur de l’étude, Michael Orlich, a aussi commenté le fait que les résultats étayaient le corpus grandissant de recherches qui suggèrent que la consommation de viandes rouge et transformées peuvent avoir un effet néfaste sur la santé.

Mots clés

Défi Santé

Une publication du Le Défi Media Group 4B, Rue Labourdonnais, Port-Louis Tél : +230 207 06 66

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer