CoronavirusMaladiesSlider

Non, le masque ne procure pas un faux sentiment de sécurité, avance une étude

Des chercheurs anglais ont passé en revue une vingtaine d’études afin de déterminer si le fait de porter un masque peut inciter à se laver les mains moins souvent ou à ne plus respecter les mesures de distanciation sociale. Si les recherches sur le sujet sont encore trop peu nombreuses, aucune preuve solide ne permet pour l’heure de confirmer cette théorie, affirment les auteurs de cette nouvelle étude.

Le port du masque dans les lieux clos publics est désormais obligatoire ou recommandé dans plus de 160 pays. Une mesure de santé essentielle pour limiter les cas de Covid-19, mais qui fait pourtant l’objet de nombreuses contestations et de théories parfois contradictoires.

L’une d’entre elles consiste à dire que le masque entraîne un effet de compensation de risque et incite à appliquer moins scrupuleusement les autres gestes barrières, tels que les mesures de distanciation sociale et le lavage régulier des mains.

Pour vérifier cette théorie, des chercheurs anglais du King’s College London et de l’université de Cambridge ont publié une analyse dans le British Medical Journal. Les chercheurs ont passé 22 études en revue, dont six recherches expérimentales impliquant plus de 2 000 foyers ont été menées dans des environnements communautaires et ont également mesuré l’hygiène des mains.

Bien qu’aucune de ces études n’ait été conçue pour évaluer la compensation des risques ou ne se soit penchée sur la distanciation sociale, leurs résultats suggèrent que le port d’un masque ne réduit pas la fréquence du lavage ou de désinfection des mains. Dans deux de ces études, les taux de lavage des mains auto-déclarés étaient même plus élevés dans les groupes de personnes à qui on a demandé de porter un masque.

L’équipe a également trouvé trois études d’observation qui ont montré que les gens avaient tendance à s’éloigner de ceux qui portaient un masque, ce qui suggère que le fait de se couvrir le visage n’aurait à priori pas d’effet négatif sur le respect de la distanciation physique. Toutefois, ces études n’ont pas été examinées par des pairs, et doivent donc être traitées avec prudence, précisent les chercheurs.

En attendant de plus amples preuves sur le sujet, les conclusions de l’équipe de recherche qui a dirigé ces travaux sont claires. Selon eux, le concept de “compensation du risque” est en soi la plus grande menace pour la santé publique, car il peut décourager les décideurs politiques de mettre en œuvre des mesures potentiellement efficaces… telles que port du masque.

Vos Commentaires

Défi Santé

Une publication du Le Défi Media Group 4B, Rue Labourdonnais, Port-Louis Tél : +230 207 06 66

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page