MaladiesMédicine préventiveSlider

Les Mariannes Wellness Sanctuary : centre de cure résidentiel pour toxicomanes et alcooliques

Fini les soucis de dépendance à l’alcool, à la drogue synthétique, aux jeux d’argent, à la pornographie et à la détresse émotionnelle. Les Mariannes Wellness Sanctuary, une clinique ultra-moderne où se pratiquent des techniques de guérison alternatives, vous apporte la solution à vos problèmes.

Le Dr Siddick Maudarboccus, directeur de la clinique, a pour objectif de venir en aide aux parents en détresse qui ne savent pas à quelle porte frapper pour sortir leurs enfants d’une addiction. Nous avons visité le sanctuaire situé à Les Mariannes et sommes repartis avec le sentiment que la clinique est vraiment un havre de paix pour ceux qui cherchent à changer de vie afin de devenir la meilleure version de soi-même.

Le Dr Siddick Maudarboccus, directeur de la clinique.

Situé dans la magnifique région du nord de l’île Maurice, les Mariannes Wellness Sanctuary offre des soins professionnels contrés sur le patients. Dès votre arrivée vous serez traité comme une personnalité de marque et vous serez dirigé dans l’intimité et le confort d’une chambre de luxe avec vue panoramique sur les hauts plateaux sur la ligne côtière nord.

Le Dr Maudarboccus nous indique que la clinique est un havre de paix dédié au traitement de l’addiction aux drogues et à l’alcool et aux troubles alimentaires et comportementaux. Les Mariannes Wellness Sanctuary existe depuis cinq ans et s’est construit une si bonne réputation qu’il attire souvent des clients de nationalités différentes.

La clinique dispose de 25 chambres résidentielles, 11 salles de traitements, une salle pour des sessions avec des psychologues professionnels, plusieurs salles de massage, hammam, sauna, spa, gymnase, érgothérapie, salle de billard, restaurant de luxe et salle de prière.

Elle opère 24 heures sur 24 avec un personnel de 30 membres à plein temps. Atouts majeurs qui font la différence du lieu : la confidentialité est strictement garantie et après deux semaines de traitement, les patients repartent chez eux l’esprit tranquille et guéris.

Pour la première semaine, selon le Dr Maudarboccus, le patient est pris en main par un professionnel de détoxication. Des soins sont prodigués au patient à travers une thérapie à base de médicaments qui bloque le récepteur de son cerveau où la drogue est positionnée. Durant cette période, le patient entre dans une phase de manque et sera en proie à des douleurs.

C’est là que l’approche médicale avec des médicaments appropriés entre en jeu pour neutraliser le «manque». Après 7 à 10 jours, sont prodigués les soins holistiques tels que l’acupuncture, sauna, massage pour faciliter le processus de détoxication.

Le Dr Maudarboccus explique qu’après cette phase de détoxication, un stage de stabilisation commence où l’approche psychologique entre en jeu basé sur le «One to One Counselling» pour aider le patient à comprendre son parcours qui l’a mené à la dépendance et aussi lui faire comprendre comment combattre la tentation de rechute.

Les Mariannes Wellness Sanctuary.

Après deux semaines, on entre dans la phase de renouvellement pour aider le patient à refaire sa vie et vivre sans dépendance. Le Dr Maudarboccus précise que le taux de réussite varie selon le patient et si celui-ci est motivé il aura un taux de réussite de 90%.Les personnes qui rechutent sont en général celles qui ne sont pas motivées et n’ont pas la volonté de sortir de l’enfer de la dépendance.

Les drogues synthétiques ayant pris une ampleur effarante à Maurice, la clinique a introduit de nouveaux traitements pour ceux qui en sont devenus dépendants. Les médecins et autres professionnels ont mis en place des thérapies qui prennent en compte les nouvelles molécules et leurs effets sur le cerveau.

Quand un accro à la drogue synthétique arrive à la clinique, il est agressif. Des tranquillisants lui sont administrés pour stabiliser son système par des médicaments appelés antipsychotiques. Ce traitement est essentiel pour qu’une personne quitte sa dépendance à la drogue de synthèse. Mais pour soigner la dépendance à la drogue, il faut que le consommateur soit sous stricte observation pendant au moins une dizaine de jours.

Le Dr Maudarboccus indique qu’il y a plusieurs méthodes pour soigner les victimes de la dépendance. À Dubayy, les professionnels ont développé une approche basée sur la spiritualité. C’est un travail qui nécessite une grande expérience et qui consiste à faire la personne se concentrer sur un des 99 noms d’Allah de façon à développer sa foi. Durant une période de 4 à 6 semaines, la victime de la dépendance aura à choisir 6 à 7 noms spécifiques d’Allah qui vont l’aider à devenir plus calme.

Mots clés

Défi Santé

Une publication du Le Défi Media Group 4B, Rue Labourdonnais, Port-Louis Tél : +230 207 06 66

Articles Liés

Close