CoronavirusMaladiesSlider

L’île Maurice continuera d’utiliser l’hydroxychloroquine sur les patients COVID-19

La réponse est enfin connue. Maurice continuera d’utiliser l’hydroxychloroquine sur les patients COVID-19. C’est ce qu’a fait comprendre le porte-parole du National Communication Committee, Dr Zouberr Joomaye lors du point de communication tenu dans la soirée du mercredi 27 mai.

« Les spécialistes du ministère de la Santé se sont penchés sur le sujet et ont donné leurs avis aujourd’hui. On continuera d’utiliser ce médicament en attendant une décision claire de l’OMS », a-t-il expliqué.

Dorénavant, les patients auront le choix d’accepter ou de refuser le traitement combiné à base de l’hydroxychloroquine et l’azithromycine. « Ce traitement combiné a fait ses preuves à Maurice. Sur les 332 patients dans le passé, 322 en sont guéris et étaient tous sur ce médicament », fait ressortir le Dr Joomaye. A noter qu’actuellement, deux patients sont porteurs du virus à Maurice et sont sous traitement à l’hôpital ENT, à Vacoas. Il s’agit de deux cas importés de l’Inde lors d’un exercice de rapatriement. Le couple est arrivé à Maurice dans la nuit du 9 au 10 mai et c’est lors d’un « exit screening test » que leurs résultats se sont révélés positifs.

Pour ce qui est de la marche à suivre, le traitement combiné utilisé jusqu’à présent se poursuivra en attendant que l’OMS se prononce définitivement. « Nous allons attendre les directives de l’OMS qui n’a pas encore précisé s’il faut arrêter l’utilisation de ce médicament sur les patients COVID-19. L’OMS a, elle, décidé d’arrêter temporairement l’essai clinique à base de l’hydroxychloroquine dans son Solidarity Trial mais n’a pas demandé aux pays qui l’utilisent déjà de stopper les traitements », indique-t-il.

Une étude publiée dans la revue The Lancet

La polémique autour de ce médicament a commencé lors de la publication d’une étude dans la revue The Lancet le vendredi 22 mai soulignant l’inefficacité voire les effets néfastes de l’hydroxychloroquine sur les patients COVID-19.

Par la suite, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé lundi le 25 mai avoir suspendu “temporairement” les essais cliniques avec l’hydroxychloroquine qu’elle mène avec ses partenaires dans plusieurs pays, par mesure de précaution.

Mots clés

Défi Santé

Une publication du Le Défi Media Group 4B, Rue Labourdonnais, Port-Louis Tél : +230 207 06 66

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer