CoronavirusMaladiesSlider

Il faut réduire les risques pour éviter une « ère des pandémies », avertissent des experts

Les futures pandémies émergeront plus souvent, se propageront plus rapidement, feront plus de dégâts à l’économie mondiale et tueront plus de personnes que la Covid-19, à moins qu’il n’y ait un changement majeur dans la manière de lutter contre les maladies infectieuses, prévient un nouveau rapport sur la biodiversité et les pandémies produit par 22 experts du monde entier.

Réunis par la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) pour un atelier virtuel sur les liens entre la dégradation de la nature et l’augmentation des risques de pandémies, les experts estiment qu’il est possible d’échapper à une « ère des pandémies », mais que cela exigera un changement dramatique d’approche.

La Covid-19 est au moins la sixième pandémie mondiale depuis la grande pandémie de grippe de 1918, et bien qu’elle ait ses origines dans des microbes portés par des animaux, comme toutes les pandémies, son émergence a été entièrement alimentée par les activités humaines, indique le rapport publié jeudi.

On estime qu’il existe encore 1,7 million de virus « non découverts » chez les mammifères et les oiseaux – dont près de 850.000 pourraient avoir la capacité d’infecter les humains.

« Il n’y a pas de grand mystère sur la cause de la pandémie de Covid-19 – ou de toute pandémie moderne », a déclaré le Dr Peter Daszak, président de EcoHealth Alliance et président de l’atelier IPBES.

« Les mêmes activités humaines qui sont à l’origine du changement climatique et de la perte de biodiversité alimentent également le risque de pandémie par leurs impacts sur notre environnement. Des changements dans la façon dont nous utilisons la terre ; l’expansion et l’intensification de l’agriculture ; et le commerce, la production et la consommation non durables perturbent la nature et augmentent les contacts entre la faune, le bétail, les agents pathogènes et les humains. C’est la voie vers les pandémies », a-t-il ajouté.

Réduire les activités qui entraînent la perte de biodiversité

Le risque de pandémie peut être considérablement diminué en réduisant les activités humaines qui alimentent la perte de biodiversité, par une plus grande préservation des aires protégées et par des mesures qui réduisent l’exploitation non durable des régions à forte biodiversité. Cela réduira le contact faune-bétail-homme et aidera à prévenir la propagation de nouvelles maladies, indique le rapport.

Selon le Dr Daszak, « on a la capacité croissante de prévenir les pandémies – mais la façon dont nous les combattons actuellement ignore largement cette capacité ». « Nous comptons toujours sur les tentatives de contenir et de contrôler les maladies après leur apparition, grâce aux vaccins et aux thérapies. Nous pouvons échapper à l’ère des pandémies, mais cela nécessite une attention beaucoup plus grande à la prévention en plus de la réaction », a-t-il dit.

Selon le rapport, répondre aux maladies après leur émergence avec des mesures de santé publique et des solutions technologiques, en particulier la conception et la distribution rapides de nouveaux vaccins et thérapies, est une « voie lente et incertaine » et cela a un coût énorme en termes de souffrances et de dommages économiques.

Les experts estiment que le coût de la réduction des risques de pandémies est 100 fois moindre que le coût de la réponse à ces pandémies. Cela devrait constituer « de fortes incitations économiques pour un changement transformateur », estiment-ils.

(Source : ONU Info)

Vos Commentaires

Défi Santé

Une publication du Le Défi Media Group 4B, Rue Labourdonnais, Port-Louis Tél : +230 207 06 66

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page