CancerMaladiesSlider

Cancer de la prostate : quelles sont les causes ?

Le cancer de la prostate est la première cause de mortalité chez les hommes, suivi du cancer colorectal. Quelles sont les causes de ce cancer ? Le Dr Ashwin Chiniah, cancérologue au ministère de la Santé et du Bien-être était sur le plateau d’Allô Docteur sur Radio Plus le mardi 18 août pour en parler.

Le Dr Ashwin Chiniah
Le Dr Ashwin Chiniah

Le cancer reste la troisième cause de décès à Maurice, tout juste derrière les maladies cardiovasculaires et le diabète. Le cancer de la prostate est le cancer le plus commun chez les hommes alors que les femmes, c’est le cancer du sein qui les affectent le plus. À Maurice, trois personnes en moyenne décèdent chaque jour d’un cancer.

Quelles en sont les causes ?

« D’abord, il y a l’âge qui est le facteur le plus important sachant que de nombreuses études ont démontré qu’après 80 ans, environ 70 % des hommes risquent de développer un cancer de la prostate », explique le Dr Ahswin Chiniah, cancérologue. Ensuite, selon le médecin, il y a l’environnement qui joue un rôle. « Une fois de plus, il a été démontré que le cancer de la prostate est plus présent dans les pays européens et moins en Asie », indique-t-il. L’ethnicité aussi joue un rôle selon une étude américaine. « Selon cette étude, les Afro-Américains sont plus prédisposés à avoir un cancer de la prostate », ajoute-t-il.

Notre alimentation impacte sur notre qualité de vie et cela pourrait également expliquer l’apparition du cancer de la prostate. « On mange trop de gras et pas suffisamment de fibres ainsi qu’une consommation excessive de viande rouge. L’impact est répercuté sur la santé à la longue », indique le Dr Chiniah.

Symptômes

Contrairement aux autres maladies, il n’y a pas de symptômes directement liés au cancer de la prostate d’où l’importance d’un dépistage précoce. « Il peut y avoir des symptômes urinaires, mais là aussi, ils peuvent être associés à d’autres pathologies », fait comprendre le médecin, tout en précisant qu’avec l’âge, la glande grossit et fait une pression supplémentaire sur l’urètre qui peut ainsi provoquer des troubles urinaires.

Cependant, dès qu’une personne commence à avoir des problèmes urinaires, il faut qu’elle se tourne vers un médecin afin de poser le bon diagnostic sans pour autant tomber dans la paranoïa. « Il faut savoir que ce cancer touche principalement les hommes au-delà de 60 ans », précise-t-il. Il est ainsi recommandé de faire un dépistage du cancer de la prostate après 55 ans.

Qui doit se faire dépister ? « Cela se fait au cas par cas, notamment dans une famille ayant des antécédents, il est recommandé que chaque homme de cette famille de plus de 55 ans se fasse consulter », conseille le Dr Chiniah. Le dépistage se fait d’abord par un test sanguin pour déterminer le taux de PSA (Antigène spécifique de la Prostate). « Un taux élevé de PSA ne veut pas systématiquement dire qu’il y a un cancer présent, mais cela va donner une orientation au médecin », fait-il comprendre.

Comment diagnostiquer la maladie ?

Le test de PSA est le premier examen médical à faire pour diagnostiquer le cancer de la prostate. « Si le taux de PSA est élevé, plusieurs autres facteurs sont pris en considération, notamment l’âge de la personne afin d’envisager un toucher rectal », indique le médecin. Le toucher rectal est la palpation de la glande prostatique qui se fait via le rectum par le médecin. Ce dernier peut alors estimer le volume et la consistance de la prostate et suite à cet examen, s’il faut approfondir encore les recherches, une biopsie est envisagée.

Les traitements existants

Une fois le cancer détecté, il y va de suivre la maladie de près. Parmi les traitements qui existent, on retrouve la radiothérapie, la chirurgie et l’hormone-thérapie, entre autres. « Le traitement sera défini par rapport au stade de la maladie. Si le cancer est localisé, on a plus d’options qu’un cancer métastasé », fait comprendre le Dr Chiniah.

L’hormone-thérapie comprend d’abord une ablation des testicules, cela peut être une ablation médicale ou chirurgicale. Le but est de supprimer la fonction des testicules. De ce fait, les testostérones diminuent et stoppent ainsi la progression de la maladie. Si le cancer est localisé, la radiothérapie est alors envisagée, explique le médecin. Il s’agit d’un traitement à base de rayons et dure entre 6 à 7 semaines.

L’anatomie de la prostate

La prostate est une glande qui fait partie de l’appareil reproducteur masculin. Elle est située sous la vessie, en avant du rectum. Environ 10 à 30 % du liquide séminal (constituant du sperme) est produit par la prostate, le reste est produit par les vésicules séminales. L’urètre masculin a deux fonctions : évacuer l’urine pendant la miction et transporter le sperme pendant l’éjaculation. Elle a la taille d’une noix, mais après l’adolescence, cette glande a tendance à grossir. Outre le cancer, la prostate peut être affectée par d’autres problèmes, dont la prostatite qui est une inflammation de la prostate ou encore l’hypertrophie de la prostate qui est le grossissement de la glande.

Prévalence du cancer chez les hommes à Maurice en 2018

  • Cancer de la prostate : 191 cas
  • Cancer colorectal : 124 cas
  • Cancer du poumon : 65 cas
  • Cancer de l’estomac : 53
  • Cancer du foie : 44 cas

Allô Docteur sur Radio Plus, chaque mardi à 9h00

C’est le rendez-vous de chaque mardi sur les ondes de Radio Plus. Allô Docteur, émission spéciale dédiée à la santé, fait un focus sur une thématique différente chaque semaine, de 9h00 à 10h00. Les auditeurs peuvent également participer à l’émission en appelant sur le 208 4999 ou le 208 5999. De plus, les internautes ont la possibilité de suivre l’émission en Facebook Live sur la page defimedia.info et défisanté.

Vos Commentaires

Défi Santé

Une publication du Le Défi Media Group 4B, Rue Labourdonnais, Port-Louis Tél : +230 207 06 66

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page