CardiovasculaireMaladiesSlider

Accident vasculaire cérébral : L’attaquer avant qu’il ne soit trop tard

Il fait partie des causes fréquentes de décès à Maurice. L’accident vasculaire cérébral arrive souvent sans crier gare. Lumière sur ces signes précurseurs souvent minimes qui demandent cependant une prise en charge immédiate. La maladie de l’AVC décortiquée par le Dr Cassam Hingun cardiologue et le Dr Harrish Reesaul neurologue.

L’accident vasculaire cérébral (AVC) ou attaque cérébrale est causé par une défaillance de la circulation du sang qui affecte une région du cerveau. « Le cerveau est l’organe de notre corps qui utilise le plus d’oxygène et travaille en permanence. Il suffit qu’il y ait une interruption de l’artère qui irrigue une partie du cerveau pour entraîner des dégâts », indique d’emblée le Dr Cassam Hingun, cardiologue.

Il existe deux principaux types d’AVC. L’AVC ischémique qui survient lorsqu’un caillot de sang bouche un vaisseau sanguin du cerveau. Ce caillot cause alors un infarctus cérébral. « C’est le premier type d’occlusion d’une artère qui entraîne une non-oxygénation du cerveau. Dépendant de l’endroit où l’artère est bouchée, plusieurs symptômes apparaîtront », indique le spécialiste.

Les symptômes les plus communs d’un infarctus cérébral sont une paralysie faciale, paralysie de l’oeil, paralysie d’un membre ou d’un côté du corps, du haut ou du bas du corps. Tout cela dépendra de l’hémisphère du cerveau touché par l’accident vasculaire cérébral. L’AVC ischémique s ’exprime parfois par la difficulté du patient à s’exprimer.

Les accidents ischémiques transitoires peuvent aussi survenir dans certains cas de figure. « Il survient lorsqu’un petit caillot bloque temporairement une artère. Ces symptômes durent généralement moins d’une heure et parfois, quelques minutes seulement. C’est un avertissement sérieux qui annonce peut-être un AVC plus grave et imminent. » L’accident ischémique transitoire se manifeste par une paralysie de la main pendant quelques secondes allant même jusqu’à une ou deux minutes, « Quand cela se produit, il est conseillé de consulter un spécialiste pour empêcher que la congestion permanente arrive. Un bilan est aussi nécessaire pour mieux cibler la cause sous-jacente », fait ressortir le cardiologue.

Le deuxième cas d’AVC est la rupture d’une artère dans le cerveau. Cet AVC est aussi connu comme l’AVC hémorragique. « C’est une hémorragie cérébrale liée à une fragilité d’une artère qui est très souvent malade à la suite de diabète, tabagisme ou d’hypertension. Cela peut aussi être lié à des malformations aux artères aussi connues comme micro anévrisme. » Une rupture entraîne une hémorragie, qui par la suite affecte le cerveau et peut entraîner une congestion cérébrale avec les mêmes symptômes : paralysie, dysarthrie, affection de la vue, entre autres.

Les quatre principaux facteurs de risque

Il existe quatre facteurs de risque d’AVC. « L’AVC est une maladie très fréquente, il faut savoir qu’à Maurice, nous avons un record de prévalence de diabète et en parallèle une très haute prévalence de maladies cardiovasculaires, pas seulement cardiaques, mais aussi cérébrales. Le diabète abîme les artères en général, celles des yeux, du cerveau, du coeur, des reins ou de la jambe. »

L’hypertension est aussi une cause importante d’AVC. Le spécialiste indique ainsi qu’une tension mal contrôlée épaissie les parois des artères et les fragilisent entraînant ainsi un AVC. Une autre cause fréquente d’AVC est le tabagisme et l’hypercholestérolémie. « Ces facteurs de risque entraînent des dégâts irréversibles au niveau des artères du corps en général, d’où l’évolution vers un AVC. » À partir de 40 ans, les hommes sont beaucoup plus touchés, mais l’anévrisme peut aussi toucher toutes les tranches d’âge.

Après la ménopause, les femmes sont plus exposées à l’AVC. Idem pour les jeunes femmes qui sont de grosses fumeuses. Autres causes importantes d’AVC sont les arythmies cardiaques, plus particulièrement la fibrillation articulaire. « C’est une irrégularité complète du coeur. Lorsque le coeur se met en arythmie, des caillots se forment à l’intérieur du coeur. Ces caillots se détachent et partent vers la circulation générale. Ces arythmies peuvent parfois être de courtes durées, passagères et passer inaperçues. Les caillots se forment, se détachent pour se diriger vers le cerveau causant un AVC. Notre devoir en tant que médecin, c’est de toujours essayer de trouver la cause. Surtout en cas d’AVC ischémique. »

En effet, selon le médecin, il est nécessaire de trouver la cause et déceler s’il n’y a pas eu de caillot ou d’arythmie. « De nos jours, les personnes faisant des fibrillations, même s’ils sont asymptomatiques sont placées sous anticoagulants pour les protéger. » En cas d’AVC ou de soupçons d’AVC, de difficultés de parler ou de bouger, il est essentiel de voir un médecin immédiatement dès les premiers symptômes. Si le patient est traité avant les premières 90 minutes après le début de symptômes et si l’AVC est d’origine ischémique, un médicament peut être proscrit pour dissoudre le caillot.

« C’est pour cette raison que l’avis médical est indispensable. Beaucoup pensent que donner une aspirine peut faire du bien, mais cela peut faire du mal aussi. Il faut faire une analyse immédiate pour connaître la cause. Si cette dernière est hémorragique, une aspirine ne peut être donnée au patient. » Pour une meilleure prévention d’un Accident Vasculaire Cérébral, le médecin préconise une bonne hygiène de vie saine et le contrôle de quatre facteurs de risque : le tabagisme, le diabète, l’hypertension et le cholestérol.

Parfois, dans des cas extrêmement graves, certaines complications peuvent être fatales. « Ce que nous craignons le plus, en tant que médecin et ce qui peut être dur pour la famille, c’est la paralysie permanente et invalidante forçant la personne à être alitée et à dépendre de son entourage. » Le stress n’est pas une cause directe de l’AVC, contrairement à ce que beaucoup pensent, mais il y contribue. La cause la plus grande est le mode de vie exposé aux risques des maladies cardiovasculaires.

Article rédigé par : Caroline Duval et Rajmeela Seetamonee

Mots clés

Défi Santé

Une publication du Le Défi Media Group 4B, Rue Labourdonnais, Port-Louis Tél : +230 207 06 66

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer