Grossesse/BébéSliderVaccinations

L’OMS et l’UNICEF mettent en garde contre le déclin des vaccinations pendant la Covid-19

L’OMS et l’UNICEF appellent à des efforts immédiats pour vacciner tous les enfants, car de nouvelles données montrent qu’avant la pandémie de Covid-19, la couverture vaccinale a stagné à 85 % pendant près d’une décennie, avec 14 millions de nourrissons non vaccinés chaque année.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) ont mis en garde mercredi contre une baisse alarmante du nombre d’enfants recevant des vaccins vitaux dans le monde.

« Les vaccins sont l’un des outils les plus puissants de l’histoire de la santé publique, et plus d’enfants sont aujourd’hui vaccinés que jamais auparavant », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS.

« Mais la pandémie a mis en péril ces progrès. Les souffrances et les décès évitables causés par les enfants qui ne sont pas vaccinés systématiquement pourraient être bien plus importants que la Covid-19 elle-même », a-t-il ajouté.

Pour le patron de l’OMS, les vaccins peuvent être administrés en toute sécurité même pendant la pandémie. Aussi, appelle-t-il les pays à veiller à ce que ces programmes essentiels pour sauver des vies se poursuivent.

La baisse du nombre d’enfants recevant des vaccins est due aux perturbations dans la prestation et l’utilisation des services de vaccination causées par la pandémie de Covid-19.

Selon de nouvelles données de l’OMS et de l’UNICEF, ces perturbations menacent d’annuler les progrès durement acquis pour atteindre davantage d’enfants et d’adolescents avec une gamme plus large de vaccins, ce qui a déjà été entravé par une décennie de retard dans la couverture vaccinale.

Les dernières données sur les estimations de la couverture vaccinale de l’OMS et de l’UNICEF pour 2019 montrent que des améliorations telles que l’extension du vaccin anti-papillomavirus à 106 pays et une meilleure protection des enfants contre un plus grand nombre de maladies risquent de ne pas aboutir. Par exemple, les données préliminaires pour les quatre premiers mois de 2020 indiquent une baisse substantielle du nombre d’enfants ayant terminé les trois doses du vaccin contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche (DTC3).

C’est la première fois en 28 ans que le monde pourrait voir une réduction de la couverture du DTC3 – le marqueur de la couverture vaccinale dans et entre les pays.

Perturbations de la Covid-19

« La Covid-19 a fait de la vaccination de routine antérieure un défi redoutable », a déclaré de son côté la Directrice exécutive de l’UNICEF, Henrietta Fore. « Nous devons empêcher une nouvelle détérioration de la couverture vaccinale et reprendre d’urgence les programmes de vaccination avant que la vie des enfants ne soit menacée par d’autres maladies. Nous ne pouvons pas échanger une crise sanitaire contre une autre ».

En raison de la pandémie de Covid-19, au moins 30 campagnes de vaccination contre la rougeole ont été ou risquent d’être annulées, ce qui pourrait entraîner de nouvelles flambées en 2020 et au-delà.

Selon une nouvelle enquête de l’UNICEF, de l’OMS et de Gavi, menée en collaboration avec les US Centers for Disease Control, le Sabin Vaccine Institute et la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health, les trois quarts des 82 pays qui ont répondu ont signalé des perturbations liées à la COVID-19 dans leurs programmes de vaccination en mai 2020.

Les raisons des interruptions de services varient. Même lorsque des services sont offerts, les personnes ne peuvent y accéder en raison de leur réticence à quitter leur domicile, d’interruptions de transport, de difficultés économiques, de restrictions de mouvement ou de la crainte d’être exposées à des personnes atteintes de la Covid-19.

De nombreux travailleurs de la santé ne sont pas non plus disponibles en raison des restrictions de déplacement ou de la réaffectation à des tâches d’intervention de la Covid, ainsi que du manque d’équipements de protection.

Un taux de couverture mondial en stagnation

Les progrès en matière de couverture vaccinale étaient au point mort avant la Covid-19, à 85 % pour le DTC3 et les vaccins antirougeoleux. La probabilité qu’un enfant né aujourd’hui soit complètement vacciné avec tous les vaccins recommandés au niveau mondial avant d’atteindre l’âge de 5 ans est inférieure à 20 %.

En 2019, près de 14 millions d’enfants n’ont pas reçu les vaccins vitaux tels que le DTC3 et le vaccin contre la rougeole. La plupart de ces enfants vivent en Afrique et n’auront probablement pas accès à d’autres services de santé. Les deux tiers d’entre eux sont concentrés dans dix pays à revenu moyen ou faible : Angola, Brésil, République démocratique du Congo, Éthiopie, Inde, Indonésie, Mexique, Nigeria, Pakistan et Philippines. Les enfants des pays à revenu intermédiaire représentent une part croissante du fardeau.

Des progrès ont été réalisés. La couverture régionale pour la troisième dose de DTC en Asie du Sud a augmenté de 12 points de pourcentage au cours des dix dernières années, notamment en Inde, au Népal et au Pakistan. Toutefois, ces progrès durement acquis pourraient être annulés par les perturbations liées à la Covid-19.

Les pays qui avaient enregistré des progrès significatifs, comme l’Éthiopie et le Pakistan, risquent maintenant eux aussi de faire marche arrière si les services d’immunisation ne sont pas rétablis dès que possible.

La situation est particulièrement préoccupante pour l’Amérique latine et les Caraïbes, où la couverture historiquement élevée a diminué au cours de la dernière décennie. Au Brésil, en Bolivie, en Haïti et au Venezuela, la couverture vaccinale a chuté d’au moins 14 points de pourcentage depuis 2010. Ces pays sont désormais également confrontés à des perturbations modérées à graves liées aux Covid-19.

Alors que la communauté sanitaire mondiale tente de regagner le terrain perdu à cause de la Covid-19, l’UNICEF et l’OMS soutiennent les pays dans leurs efforts pour réimaginer la vaccination et reconstruire en mieux.

Cela peut se faire en rétablissant les services afin que les pays puissent assurer en toute sécurité les services de vaccination de routine pendant la pandémie de Covid-19, en respectant les recommandations en matière d’hygiène et d’éloignement physique et en fournissant des équipements de protection aux agents de santé.

Il est également possible d’aider les travailleurs de la santé à communiquer activement avec les soignants pour leur expliquer comment les services ont été reconfigurés pour assurer la sécurité.

De même, cela peut se faire en remédiant aux lacunes en matière de couverture et d’immunité et étendre les services de routine pour atteindre les communautés oubliées, où vivent certains des enfants les plus vulnérables.

(Source : ONU Info)

Mots clés

Défi Santé

Une publication du Le Défi Media Group 4B, Rue Labourdonnais, Port-Louis Tél : +230 207 06 66

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer