Actu SantéGrossesse/BébéLa femme enceinteSlider

Hôpital public : les pères bientôt autorisés en salle d’accouchement

Les pères pourront bientôt couper le cordon ombilical de leur bébé dans les hôpitaux publics. Car le ministère de la Santé contemple l’idée qu’ils soient autorisés à être aux côtés de leur épouse durant l’accouchement.

Le ministre de la Santé, Anwar Husnoo, se dit favorable à ce que les pères assistent à l’accouchement de leur femme dans les hôpitaux publics. Mais il y a un bémol. Si les établissements disposent bel et bien d’une salle d’accouchement, l’inconvénient est que les futures mamans accouchent avec d’autres mères durant le travail.

Répondant à une question de Kavi Ramano mardi à l’Assemblée nationale, Anwar Husnoo a fait ressortir que les salles d’accouchement ne sont pas des salles individuelles. « Plusieurs patientes doivent attendre en même temps dans le Labour Ward, qui est une salle commune. Bien que nous n’ayons pas de salle privée, elles bénéficient de l’attention d’une équipe médicale dédiée », a ajouté le ministre.

Depuis quelque temps suivant le décès de plusieurs nourrissons, de nombreuses allégations ont surgi quant au fonctionnement des salles d’obstétrique. Il y a eu le cas de Neha Sookun qui allègue avoir perdu une de ses filles lors de son accouchement.

Elle concède d’ailleurs que l’initiative du ministère est bonne. « Cette décision pourrait diminuer le nombre d’allégations de négligence médicale, grâce à la présence d’une personne de confiance (pour la mère). Le soutien du père est essentiel durant l’accouchement. Je me rappelle qu’un simple rideau me séparait du regard des autres et mon mari n’était pas présent dans la salle de travail. » Akash Sookun précise qu’autoriser un père à assister à la naissance du bébé alors que la mère est sous anesthésie aide beaucoup.

Salle individuelle

Le Dr Wong Ten Yuen, gynécologue pratiquant dans le privé, estime que les accouchements devraient se faire dans une salle individuelle. « Ce serait gênant qu’un futur père assiste à d’autres accouchements que celui de son épouse… »

Un autre gynécologue approuve la mesure envisagée par le ministère : « C’est le droit absolu d’un père d’assister à la naissance de son enfant. » Cela peut-il aider à réduire le nombre d’allégations de négligence médicale formulées ? « Oui. Le mari voit tout. Il peut donc savoir si tout se passe bien. »

Le ministre a donné l’assurance qu’il œuvrera dans cette direction, tout en précisant que cela pourrait prendre du temps. « Les hommes seront aussi autorisés à accompagner leurs épouses pour une césarienne réclamée à l’hôpital Dr A. G. Jeetoo », a souligné Anwar Husnoo.

Mots clés

Défi Santé

Une publication du Le Défi Media Group 4B, Rue Labourdonnais, Port-Louis Tél : +230 207 06 66

Articles Liés

Close