Actu SantéSlider

Un manque de protéines dans l’alimentation des pères pourrait nuire à la santé cardiovasculaire de leur enfant

Les régimes alimentaires pauvres en protéines pourraient affecter le sperme des hommes et la santé cardiovasculaire de leur progéniture, montre une étude anglaise menée sur des souris.

S’il existe des preuves scientifiques démontrant que l’alimentation et le bien-être psychologique des femmes enceintes ont un impact sur la santé de l’enfant à naître, peu d’études ont exploré l’influence du régime alimentaire des hommes sur la santé de leur progéniture.

Pour cette recherche publiée dans The Journal of Physiology, des scientifiques de l’université de Nottingham ont mené des expériences sur des souris mâles afin de déterminer si l’alimentation des pères pouvait influer sur la santé cardiovasculaire de leur futur enfant. Les rongeurs ont été nourris à partir d’un régime protéique normal (18% de protéines) ou à faible teneur en protéines (9% de protéines) pendant au moins 7 semaines avant la conception.

Les résultats montrent qu’un régime alimentaire faible en protéines peut avoir un impact sur l’information génétique contenue dans le sperme et modifier la façon dont les vaisseaux sanguins se forment chez le fœtus en développement. Ce qui, in fine, affecterait la fonction cardiovasculaire de l’enfant.

“Ces données sont importantes pour la santé des gens, car elles montrent que certaines conditions sont attribuées à une perturbation des processus de développement précoce qui peut être affectée par l’alimentation du père”, considère Adam Watkins, professeur adjoint en biologie de la reproduction et auteur principal de l’étude.

L’équipe du Watkins a publié une autre étude en 2018 dans la revue PNAS, portant sur l’impact d’un régime pauvre en protéines du père sur la santé métabolique à long terme de l’enfant.

Mots clés

Défi Santé

Une publication du Le Défi Media Group 4B, Rue Labourdonnais, Port-Louis Tél : +230 207 06 66

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer