Actu SantéSlider

Les effets de l’exposome sur la peau : Le CIDP présente ses recherches à Paris

Quels sont les dangers de l’exposome sur les différents types de peau ? Quels sont les types de traitements préconisés pour une protection cutanée optimale ? Du 5 au 7 avril, le CIDP a présenté ses recherches concernant les effets de l’exposome sur la peau lors d’un séminaire technique à in-cosmetics Global, l’un des principaux salons de l’industrie cosmétique qui s’est tenu à Paris. Celles-ci ont suscité un grand intérêt de la part de l’industrie, initiant la signature de contrats de partenariats avec de grandes marques européennes.

CIDP, avant-gardiste de la recherche préclinique et clinique cosmétique, a développé différentes méthodologies innovantes et standardisées permettant d’évaluer les effets de l’exposome sur la peau. Celles-ci permettent de démontrer l’efficacité des nouveaux produits introduits sur le marché qui revendiquent protéger contre les effets néfastes de l’exposome. «Tout comme il est important de prendre soin de notre peau, il est primordial voire nécessaire de proposer des traitements adaptés pour la protéger. Nous sommes exposés à des facteurs non génétiques tout au long de notre vie. Grâce à ces études, nous sommes en mesure de permettre l’élaboration de produits plus sains et performants», a confié le Dr Véronique Newton, directrice scientifique du CIDP.

Le terme «exposome» désigne l’ensemble des stress environnementaux, auxquels un individu est soumis et comprend la pollution urbaine, les rayons UV et la lumière visible (incluant la lumière bleue).

Selon les données scientifiques, la pollution serait la deuxième cause du vieillissement de la peau, après les rayons ultraviolets (UV). La peau est constamment en contact avec les particules PM10 et PM2.5 , l’ozone et la fumée de cigarette qui sont des polluants atmosphériques. Ces derniers endommagent la peau en induisant un stress oxydatif, des cytokines pro-inflammatoires et des enzymes qui vont conduire à un vieillissement prématuré de la peau. La protection devra jouer 3 rôles essentiels contre la pollution : empêcher les polluants d’adhérer à la surface de la peau en agissant comme une barrière, éliminer les polluants de la peau, et réduire l’impact des polluants tout en régénérant la peau.

D’ici 2050, 70% de la population mondiale vivra en zone urbaine. Conscients des effets néfastes des polluants, notamment le stress environnemental et la pollution, liés à un mode de vie de plus en plus urbain, les consommateurs ont montré leur intérêt pour des produits cosmétiques adaptés pour contrecarrer ces effets. De nouvelles perspectives de croissance se sont ainsi ouvertes dans le secteur cosmétique, et la tendance des cosmétiques estampillés « anti-pollution » apparue en Asie-Pacifique dans les années 2005-2010, a pris une ampleur internationale, malgré l’absence de tests standardisés permettant d’attester de la réelle efficacité de ces produits. CIDP est donc intervenu à ce niveau, en créant le «Controlled Pollution Exposure System», un dispositif unique et innovant qui permet de mesurer et de doser les polluants sur la peau. Les protocoles développés pour ce dispositif ont été présentés lors du salon in-cosmetics, une innovation qui a fait la Une de la presse scientifique internationale. L’industrie s’intéressant de très près à cette nouvelle approche, des contrats de partenariat ont déjà été initiés avec de grandes marques cosmétiques européennes.

Vos Commentaires

Défi Santé

Une publication du Le Défi Media Group 4B, Rue Labourdonnais, Port-Louis Tél : +230 207 06 66

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page