Actu SantéSlider

Les bébés plus lourds à la naissance seraient plus en proie aux allergies

Des chercheurs australiens ont trouvé que les nourrissons qui affichent un poids plus élevé que la moyenne à la naissance pourraient par la suite développer plus d’allergies alimentaires ou de l’eczéma.

Des chercheurs du Robinson Research Institute de l’université d’Adelaïde ont analysé 42 études différentes comprenant des données concernant plus de 2,1 millions de personnes souffrant de dermatite allergique (aussi appelé eczéma), près de 70.000 personnes atteintes d’allergies alimentaires et plus de 100.000 sujets souffrant de rhinite allergique (rhume des foins).

Les chercheurs ont analysé ces études pour voir s’il existait une association entre le poids de naissance et les taux d’allergies recensés à la fois chez les enfants et les adultes.

Leurs résultats, repris par le Journal of Allergy and Clinical Immunology, ont montré que pour chaque kilo supplémentaire à la naissance le risque de développer des allergies alimentaires augmentait de 44% et de 17% concernant l’eczéma au cours de l’enfance.

Ils n’ont pas trouvé, en revanche, de lien entre un poids de naissance plus élevé et un risque accru de rhinite allergique au cours de l’enfance.

“On estime que les maladies allergiques comprenant l’eczéma, le rhume des foins, les allergies alimentaires, le choc anaphylactique et l’asthme affectent 30 à 40% de la population mondiale”, a commenté l’auteure Kathy Gatford.

“Il est de plus en plus clair que la génétique seule n’explique pas les risques de développer les allergies, et que les expositions environnementales avant et après la naissance peuvent programmer des individus à augmenter ou abaisser leur risque d’allergies”, a précisé le docteur Gatford.

“Bien que le retard de croissance intra-utérin soit associé à des risques accrus de nombreuses maladies plus tard dans la vie, il semble protéger l’enfant du risque de développer des réponses allergiques.”

“Le principal message pour les mères est que les gros bébés enregistrent un risque accu d’allergie”, précise l’auteure qui ajoute que les mères qui donnent naissance à de gros bébés devraient se faire aider pour modifier certains facteurs environnementaux afin de réduire ces risques.

Comme la plupart des allergies évoquées dans les études analysées concernaient de jeunes enfants, les scientifiques notent que de plus amples recherches sont nécessaires pour enquêter sur l’association entre le retard de croissance intra-utérin et le taux d’allergies chez les enfants plus âgés, les adolescents et les adultes.

Mots clés

Défi Santé

Une publication du Le Défi Media Group 4B, Rue Labourdonnais, Port-Louis Tél : +230 207 06 66

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer