[pro_ad_display_adzone id="1515"]
Actu SantéSlider

Le thé protégerait-il le cerveau du temps qui passe ?

Une équipe internationale a mené des recherches sur un petit échantillon de population montrant que la consommation de thé pouvait améliorer la structure du cerveau et qu’elle contribuerait peut-être à le protéger du déclin cognitif en lien avec l’âge.

Cette étude, dirigée par des chercheurs de la National University of Singapore (NUS) et des universités britanniques d’Essex et de Cambridge, a suivi 36 sujets en bonne santé âgés de plus de 60 ans. Les participants ont été classés en trois groupes selon leur consommation de thé vert, de thé oolong (wulong) et de thé noir entre leurs 45 ans et le moment de l’étude, à 60 ans.

Tous les participants ont passé des tests neuropsychologiques et des IRM pour mesurer leur fonctionnement cognitif et analyser la structure de leur cerveau.

Les scientifiques ont aussi rassemblé des données concernant leur santé, leurs habitudes de vie et leur bien-être psychologique.

Leurs résultats, relayés par la revue Aging, ont montré que les personnes qui buvaient du thé vert, oolong ou noir au moins quatre fois par semaine pendant environ 25 ans affichaient une meilleure organisation cérébrale, qui est associée à un bon fonctionnement cognitif, en comparaison avec les personnes qui n’en buvaient pas.

“Nos résultats montrent pour la première fois une contribution positive de la consommation de thé sur la structure du cerveau, et suggèrent que la consommation régulière de thé a un effet protecteur contre le déclin de l’organisation cérébrale en lien avec l’âge”, a commenté le chef d’équipe, le professeur assistant Feng Lei.

“Prenez l’analogie du trafic routier comme exemple — considérez les régions du cerveau comme des destinations, alors que les connexions entre les régions du cerveau sont des routes. Lorsqu’un système routier est mieux organisé, le mouvement des véhicules et des passagers est plus efficace et utilise moins de ressources. De même, lorsque les connexions entre les régions cérébrales sont plus structurées, la gestion de l’information peut être réalisée plus efficacement”, a expliqué Feng.

Une étude précédente, réalisée par le même directeur d’études avait déjà montré que la consommation quotidienne de thé semblait réduire de 50% le risque de déclin cognitif chez les adultes âgés.

“Nous avons montré au cours de nos études précédentes que les buveurs de thé affichaient un meilleur fonctionnement cognitif que les non-buveurs. Nos résultats actuels en lien avec les réseaux cérébraux viennent étayer indirectement nos résultats précédents en montrant que les effets positifs de la consommation régulière de thé étaient le résultat d’une organisation cérébrale améliorée provoquée en empêchant les perturbations des connexions interrégionales”, conclut-il.

Il faut cependant noter que le faible échantillon de participants à cette étude ne permet pas de tirer de conclusions trop hâtives sur les effets bénéfiques du thé.

Mots clés

Défi Santé

Une publication du Le Défi Media Group 4B, Rue Labourdonnais, Port-Louis Tél : +230 207 06 66

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer