Désirs & PlaisirsSexualitéSlider

Sexo : le baiser et autres caresses comme stimulants

Le sexe sans les petites attentions n’a pas trop d’intérêt. Du moins pour les femmes. Une vie sexuelle épanouie se conjugue avec des mots doux, des baisers et des caresses. Ces stimulants peuvent faire grimper la libido et resserrer le lien du couple.

Construire le bonheur affectif. Un travail qui se fait à deux et au quotidien. C’est ce que fait ressortir le psychologue Sadasiven Coopoosamy qui insiste sur les petites attentions au quotidien qui peuvent faire la différence dans la vie sexuelle d’un couple. « L’acte sexuel ne se résume pas à l’action. Le désir se transmet aussi par les gestes et les mots », indique-t-il.

Ainsi, un baiser furtif en pleine action, un câlin ou une caresse dans les cheveux sont autant de petites attentions qui ont des effets surprenants. « On se sent valorisé, on sait que l’autre fait attention et ce sont justement ces actions simples, considérées comme banales, qui peuvent faire grimper la libido sans qu’on y pense », ajoute le psychologue.

Au lit, les baisers ne doivent pas s’arrêter. « Le partenaire doit montrer qu’il est attentif aux plaisirs de l’autre personne. Que chaque geste qu’il fait compte et n’est pas banal », indique-t-il. C’est grâce à ces actions que le couple arrive à se détendre mentalement et physiquement. Il y a donc moins de disputes et plus de compréhension entre les deux partenaires selon lui.

Et, pour la femme, ces attentions sont encore plus significatives, car souvent après l’acte sexuel, elle attend beaucoup plus de son partenaire. « Pour l’homme, l’acte sexuel terminé, il pense à autre chose, notamment à son sommeil. La femme, elle, attend à ce que l’instant au lit soit prolongé par une caresse ou une étreinte », explique le psychologue.

Le baiser

Le baiser, c’est un truc pour les êtres qui se désirent intensément. « Quel bonheur suprême de découvrir ou redécouvrir la puissance érotique d’un baiser. Il exprime un désir, il éveille le désir. On se sent unique, on s’abandonne à l’autre, le plaisir et l’excitation sont à son comble », indique-t-il.

En effet, le psychologue souligne combien c’est important de s’embrasser dans un couple engagé dans un amour fidèle et durable. S’embrasser pour rester comme des amants, quand bien même le couple devient époux, épouse ou encore parents. « S’embrasser pour ressentir le désir, celui-là même que la routine enterre malgré nous », fait-il comprendre.

Si cette envie d’embrasser son partenaire n’est pas présente dans le couple, c’est qu’il y a un problème. « En effet, vaut mieux ne pas poursuivre la relation et surtout ne pas se marier, car il y va de se désirer passionnément, d’éprouver cette alchimie toute particulière entre deux êtres au travers du baiser », précise-t-il.

Pour les couples engagés, le psychologue conseille de s’embrasser aussi souvent que possible. Ainsi, on ne doit pas sous-estimer le pouvoir d’un baiser, car c’est un geste qui transmet son message, notamment des sentiments et des émotions. Plus besoin de preuve d’amour, ce contact physique par la bouche veut tout dire.

S’embrasser n’est pas dans la norme de toutes les cultures

Symbole fort d’amour en occident, le baiser langoureux n’est, cependant, pas la norme dans une majorité de cultures à travers le monde, comme l’ont récemment montré des chercheurs de l’université d’Indiana.
En réponse à des recherches récentes qui avançaient que 90% des sociétés s’embrassaient sur la bouche, une équipe de scientifiques américains s’est intéressée au phénomène et elle est arrivée à des conclusions différentes.

« Nous avons émis l’hypothèse que certaines cultures ne s’adonnaient pas au baiser romantique [ou] sexuel, ou qu’elles trouvaient que c’était un étrange étalage d’intimité et nous avons été surpris de trouver que c’était le cas dans une majorité des cultures », commente Justin Garcia du Kinsey Institute de l’université de l’Indiana.

Le professeur Garcia a utilisé des méthodes d’analyse interculturelle standard, qui n’avaient pas été prises en compte lors des études précédentes comme le souligne le scientifique. Justin Garcia et son équipe se sont intéressés à 168 cultures du monde entier pour évaluer le rapport de chacune au baiser.

Seulement 46% des 168 cultures étudiées pratiquent le baiser sur la bouche, bref ou prolongé. « Cela nous rappelle à quel point notre ethnocentrisme occidental peut influencer la manière dont nous envisageons les comportements humains », explique le professeur Garcia.

On notera que le baiser est plus répandu au Moyen-Orient, où les 10 cultures sondées par l’équipe considéraient cette pratique comme normale. Des résultats plus étonnants ont émané des données d’Amérique du Nord où seulement 55% des cultures étudiées trouvent que ce type d’effusion est normal, contre 70% en Europe et 73% en Asie.

En revanche, le baiser était absent des cultures sondées en Amérique Centrale, en Afrique subsaharienne, en Nouvelle-Guinée et de la région amazonienne à en croire cette étude intitulée : « Le baiser romantique-sexuel est-il une vérité quasi universelle chez l’Homme ? »

Vos Commentaires

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page