[pro_ad_display_adzone id="1515"]
Désirs & PlaisirsSexualitéSlider

Journée internationale de la bisexualité : quand le désir ne se limite pas à un sexe

Avoir une attirance sexuelle pour les deux sexes est possible. La bisexualité, tout comme l’homosexualité, fait souvent débat. Pour les bisexuels, être attiré par une personne du même sexe et du sexe opposé n’a rien de compliqué. Le psychologue Sadasiven Coopoosamy revient sur ces nouvelles définitions du genre.

Encore tabou, la bisexualité est souvent mal comprise. Toutefois, elle est une réalité. Pour mieux comprendre la bisexualité, le psychologue Sadasiven Coopoosamy estime qu’il est d’abord important de réaliser que l’être humain se laisse guider souvent par ses désirs. Et le désir ne se limite pas à un sexe en particulier.

« On peut remonter dans le temps pour comprendre la bisexualité, mais en résumé, la bisexualité concerne ceux qui n’ont pas fait le choix d’être hétérosexuel ou homosexuel », explique-t-il. Le psychologue indique aussi que le degré d’attirance est très varié.

Toutefois, avant de faire ce choix, de nombreuses personnes font face à des moments difficiles. « On remarque aussi que les gens ont du mal à comprendre. On a toujours été conditionné à aimer un seul sexe que ce soit le sexe opposé ou le même », souligne-t-il. Avoir une attirance pour les deux sexes pourrait ainsi être perturbant pour de nombreuses personnes, surtout les adolescents.

« Dans la plupart des cas, les bisexuels consultent parce qu’ils se sentent perdus et ne comprennent pas ce qui leur arrive. Il y a une ambivalence et les sentiments ne sont pas nets et clairs. Cela peut être une phase très difficile dans la vie d’une personne », indique-t-il.

Il explique que la bisexualité est très abstraite. « On peut être en couple, aimer profondément une personne, quel que soit son sexe et en même temps ou plus tard réaliser qu’on est attiré par une personne de l’autre sexe également », fait-il comprendre.

Ainsi l’attirance pour un sexe n’empêche pas le fait d’être attiré par un autre sexe. Pour être précis, le psychologue ajoute que « les personnes bisexuelles aiment simultanément ou à des périodes distinctes de leurs vies, des hommes et des femmes ». Avoir de l’attirance pour une femme et un homme est donc bien réel.

Les clichés sur la bisexualité

1. Il faut sortir avec un homme et une femme pour se savoir bisexuel
Cela n’est pas vraiment le cas. Un célibataire bisexuel peut ne jamais être sorti avec une personne du même sexe, mais être attiré par un homme ou une femme. Idem pour les hétérosexuels.

2. Les bisexuels n’existent pas : on est soit homosexuel ou hétérosexuel
Encore une fois, la bisexualité est un genre qui est très difficile à faire comprendre. Certaines personnes ont tendance à penser qu’on peut être qu’hétérosexuel ou homosexuel alors qu’il existe plusieurs différentes définitions du genre.

3. Les bisexuels sont des libertins
Cela n’est pas vraiment le cas. Puisqu’il s’agit d’un genre bien précis, les bisexuels sont attirés par les deux sexes, mais cela ne veut pas dire pour autant qu’ils sont des libertins. Un bisexuel peut être dans une relation sérieuse avec une personne du même sexe ou de l’opposé.

Le lexique des nouvelles définitions du genre

BISEXUEL: se dit d’une personne attirée affectivement et/ou sexuellement par des personnes des deux sexes et/ou des deux genres.

CISGENRE: se dit d’une personne dont l’identité de genre (masculin ou féminin) correspond au sexe avec lequel elle est née. C’est le contraire d’une personne transgenre.

GENDERFLUID: se dit d’une personne dont le genre oscille entre la masculinité et la féminité.

NON-BINAIRE: se dit d’une personne dont l’identité de genre ne correspond ni aux normes du masculin ni à celles du féminin.

AGENRE: sous-catégorie de non-binaire. Se dit d’une personne qui ne s’identifie à aucun genre. Ni homme, ni femme, ni mélange des deux.

PANSEXUEL: souvent synonyme de “bisexualité” et issu du préfixe grec “pan” (tout), la “pansexualité” renvoie à l’attirance (affective et/ou sexuelle) envers une personne, quelles que soient ses caractéristiques de genre, de sexe ou de sexualité.

QUEER: à la fois mouvement politique et identification personnelle, le terme “queer” renvoie à la déconstruction des normes, notamment de genre et de sexualité.

TRANS: terme générique pour désigner des personnes pour lesquelles l’identité de genre ne correspond pas au sexe assigné à la naissance (on préfèrera le terme transgenre à celui, jugé très stigmatisant, de “transsexuel”).

Mots clés

Défi Santé

Une publication du Le Défi Media Group 4B, Rue Labourdonnais, Port-Louis Tél : +230 207 06 66

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer