Les troublesSexualitéSlider

Entre méconnaissance et tabous de la sécheresse vaginale

37% des femmes n’osent pas parler de leurs problèmes de sécheresse vaginale avec leur conjoint, selon un sondage IFOP réalisé en collaboration avec la marque d’hydratants vaginaux Replens sur les connaissances des femmes sur les sécheresses intimes.

La sécheresse vaginale touche près d’une femme ménopausée sur deux, les connaissances sur le sujet sont pourtant limitées. Parmi les femmes souffrant de cette pathologie, 17% ignorent qu’il s’agit de sécheresse vaginale.

Au sein de l’échantillon de femmes interrogées, 71% d’entre elles estiment que l’on ne parle pas suffisamment de sécheresse intime. 58% pensent que le seul traitement contre la sécheresse vaginale est l’utilisation de lubrifiant. En parallèle, 58% des femmes interrogées et atteintes de sécheresse vaginale ne traitent pas leurs symptômes, par manque d’information sur le sujet. 73% estiment le sujet délicat à aborder avec leur proche, et 37% n’osent pas en parler avec leur partenaire. Un nombre très élevé significatif du tabou porté sur l’intimité des femmes.

Sécheresse vaginale, raisons et symptômes

La raison principale de la survenue de sécheresse vaginale est le manque d’oestrogène. La sécheresse intime intervient le plus souvent lors de la ménopause, mais elle peut également apparaître après l’accouchement, au moment de l’allaitement, en cas de traitements médicamenteux, après une intervention chirurgicale, et même à n’importe quel moment du cycle menstruel.

La ménopause entraîne souvent un déséquilibre hormonal, c’est ce dernier qui est responsable de la survenue de cette sécheresse vaginale. L’équilibre lubrification/humidification n’est plus assuré, la souplesse et l’épaisseur de la muqueuse sont alors altérées.

Les premiers symptômes d’une sécheresse vaginale apparaissent sous forme de brûlure, d’irritation, de démangeaison, et de douleurs pendant les rapports sexuels. Ces symptômes ne sont pas à prendre à la légère, car si la sécheresse vaginale n’est pas prise en charge, l’équilibre vulvo-vaginal risque de se dégrader.

Quelles solutions ?

Pour recouvrer un équilibre vulvo-vaginal, plusieurs solutions existent : la prise d’hormones, qui n’est pas automatique et ne peut être utilisée en cas d’historique de cancer, et les traitements locaux non hormonaux comme les hydratants vaginaux.

Le magazine femme actuelle a également recensé les méthodes naturelles pour venir à bout de la sécheresse naturelle, comme des bains au bicarbonate ou le rinçage des parties vulvaires à l’eau claire, puis le massage avec une huile végétale sèche (amande douce, pépin de raisin…) en ajoutant quelques gouttes d’huile essentielle de lavande fine.

Passeport santé propose également une recette spéciale composée d’un élixir d’huiles essentielles pour soigner ces sécheresses désagréables.

Etude IFOP-Femmes ménopausées et sécheresse vaginale-Février 2018 réalisée auprès d’un échantillon de 1033 femmes ménopausées ou péri-ménopausées âgées de 50 ans et plus. Échantillon de 500 femmes souffrant ou ayant déjà souffert de sécheresse vaginale.

Mots clés

Défi Santé

Une publication du Le Défi Media Group 4B, Rue Labourdonnais, Port-Louis Tél : +230 207 06 66

Articles Liés

Close