[pro_ad_display_adzone id="1515"]
ContraceptionsSexualitéSlider

Contraception : quelle protection choisir ?

Un rapport sexuel protégé limite les risques d’une grossesse non désirée ,mais aussi d’une maladie sexuellement transmissible. À l’occasion de la Journée mondiale de la contraception observée le 26 septembre, nous vous proposons de découvrir une sélection de méthodes disponibles sur le marché local. Il suffit de faire son choix.

• Le préservatif

Le préservatif pour homme reste la méthode de contraception la plus utilisée. Il est vendu à Rs 5 l’unité à la Mauritius Family Planning & Welfare Association. Il n’a pas d’effets secondaires et ne nécessite aucun suivi médical. Il protège contre les infections sexuellement transmissibles et le VIH/SIDA. Toutefois, il peut causer une allergie et peut aussi être déchiré s’il n’est pas utilisé correctement. Le préservatif pour femme est, lui, sur le marché depuis peu, soit depuis 1992. En forme de capuchon, il est fait de caoutchouc et assure une double protection contre les infections sexuellement transmissibles. Il est en vente à Rs 20 l’unité à l’association.

• La pilule (contraceptif oral)

La pilule est une méthode de contraception orale contenant des doses de versions synthétiques d’œstrogène et de progestérone qui sont des hormones féminines naturelles. La pilule se présente en plaquette de 21, 22 ou 28 comprimés. Son mécanisme d’action : elle bloque l’ovulation. Quant à ses avantages, la pilule est une méthode réversible efficace et son emploi est indépendant des relations sexuelles. Elle procure des règles régulières, peu abondantes et pratiquement toujours indolores. De plus, elle combat les douleurs menstruelles et réduit les risques de certaines infections pelviennes.

Son emploi pendant deux à trois ans réduit de moitié le risque de cancer des ovaires et de l’utérus, protège contre les kystes de l’ovaire et contre les kystes bénins du sein. Par contre, la pilule comprend aussi des inconvénients. D’abord, elle doit être prise régulièrement, sinon son efficacité diminue. Ensuite, elle peut causer des maux de tête, des nausées et une tension mammaire. Elle n’est cependant pas recommandée pour les femmes âgées de plus de 35 ans, qui souffrent de tension forte, de diabète ou de problèmes cardiaques.

• L’injection

II existe une méthode moderne de contraception qu’est l’injection, peu connue par les Mauriciennes. Elle contient seulement de la progestérone. Sous le label de Depo Provera, l’injection doit être administrée tous les trois mois. Son mécanisme d’action est simple, elle supprime l’ovulation et entraine aussi une muqueuse utérine et cause une sécrétion cervicale épaisse pour que les spermatozoïdes ne puissent pas facilement pénétrer.
L’injection a plusieurs avantages dont son efficacité. Elle est réversible et ne supprime pas le lait maternel. Aussi, elle n’entrave pas la vie sexuelle du couple et peut diminuer l’anémie chez la femme. Par contre, elle peut retarder le retour à la fécondité et peut aussi provoquer une irrégularité ou une hémorragie intermittente ou alors les règles peuvent être presque inexistantes.

• Le stérilet

Le stérilet, dispositif intra-utérin, se présente en différents modèles, notamment en forme d’anneau, de spirale, de 7 ou de T. Ce sont des éléments en plastique ou avec du plastique et du cuivre que le médecin place dans l’utérus de la femme. L’insertion ou le retrait se fait pendant la période menstruelle. Le stérilet protège la femme pendant 5 à 10 ans et peut être remplacé. Cependant, un examen gynécologique est recommandé au moins deux fois par an.

Ce dispositif aide à l’immobilisation des spermatozoïdes et à l’accélération du transport de l’ovule dans les trompes de Fallope. De plus, il empêche l’œuf de s’implanter dans la muqueuse utérine. Le stérilet a ses avantages tout comme ses désavantages, notamment des douleurs abdominales, des crampes utérines temporaires, des règles qui peuvent être aussi abondantes durant les trois premiers mois et des saignements pendant le premier mois.

La contraception d’urgence (after morning pill)

Il s’agit d’une pilule contraceptive contenant une forte dose d’hormone aussi appelée la pilule d’urgence. Le système le plus pratique pour la femme consiste à prendre une dose unique de 1,5 mg de lévonorgestrel dès que possible, notamment dans les 72 heures qui suivent un rapport sexuel non protégé. Si les pilules dosées de 0,75 mg de lévonorgestrel sont disponibles, il faut alors prendre un comprimé le plus tôt possible après le rapport et un autre 12 heures plus tard. Concernant son mécanisme d’action, la pilule d’urgence empêche l’ovule de sortir et empêche aussi la nidation qui est une étape essentielle dans le déroulement de la grossesse. Cette méthode contraceptive a aussi un autre avantage pour celles qui prennent la contraception orale. En effet, comme précaution, il est possible de prendre la pilule d’urgence après avoir raté la pilule de tous les jours pour éviter une grossesse non désirée.

Mots clés

Défi Santé

Une publication du Le Défi Media Group 4B, Rue Labourdonnais, Port-Louis Tél : +230 207 06 66

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer