Anou aprann viv avek diabet
Actu SantéSeniorSlider

La démence : mieux comprendre cette pathologie liée au vieillissement

Les personnes âgées sont de plus en plus exposées à la démence, syndrome dans lequel on retrouve une dégradation de la mémoire, ainsi que du raisonnement et du comportement. On note plus de 50 millions de personnes atteintes de démence dans le monde.

Confrontées à la démence, de nombreuses familles voient la santé mentale de leurs aînés se détériorer. Chez les personnes atteintes de démence, l’aptitude à réaliser les activités quotidiennes est réduite. D’ailleurs, selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), la démence est l’une des causes principales de handicap et de dépendance parmi les personnes âgées dans le monde.

La démence survient lors d’une altération de la fonction cognitive, c’est-à-dire quand la capacité d’effectuer des opérations de pensée est affectée. Elle entrave ainsi la mémoire, la compréhension, mais aussi le langage et le jugement tout comme le raisonnement. L’Alzheimer est une des maladies étroitement liées à la démence.

« La retraite peut entraîner cette dégradation de la mémoire, du raisonnement et du comportement si la personne reste inactive », explique le Dr Veenoo Basant Rai, spécialiste de la santé préventive. En effet, la démence affecte principalement les personnes qui ont eu une vie bien remplie, mais qu’après la retraite, voient leurs quotidiens changés drastiquement.

« Il faut continuellement booster la mémoire, que ce soit à travers la lecture ou des jeux. Le cerveau doit constamment travailler pour lutter contre l’Alzheimer et la démence », ajoute-t-elle tout en indiquant que la vie sociale joue également un grand rôle.

En effet, l’entourage du patient atteint de démence est significatif puisque ce syndrome n’a pas de traitement. Le soutien de la famille est donc très important selon le Dr Basant Rai.

Une activité sexuelle régulière

Après 50 ans, avoir une activité sexuelle régulière préserverait la santé du cerveau, indique une étude menée conjointement par les Universités de Coventry et Oxford en Grande-Bretagne auprès de 73 participants âgés de 50 à 83 ans. Ce lien de cause à effet sur la santé du cerveau concerne aussi bien les relations sexuelles, la masturbation et le fait de se caresser, précise l’étude.

Les chercheurs ont en effet constaté que les seniors les plus actifs sexuellement au cours des 12 derniers mois (chaque semaine) obtenaient de meilleurs résultats à des tests mesurant les capacités cognitives.
Faire l’amour déclenche des mécanismes biologiques comme la libération d’hormones, dont la dopamine et l’ocytocine, qui pourraient influencer la relation entre l’activité sexuelle et la fonction cérébrale, expliquent les auteurs de l’étude.

Les jeux vidéo à la rescousse des personnes âgées

Des personnes âgées ayant fait quelques heures d’exercices mentaux sur ordinateur pour doper leur rapidité à répondre à des stimulations visuelles auraient réduit de près de 30% en moyenne leur risque de démence, selon une étude publiée dans la revue “Alzheimer’s and Dementia: Translational Research and Clinical Interventions”.
L’étude a été menée auprès de plus de 2800 participants en bonne santé âgés de 74 ans au début de l’expérience dont une partie, choisie au hasard, a été soumise à ces exercices mentaux appelés “Double Décision”.

Ils consistent à identifier rapidement des objets sur ordinateur. La complexité et la vitesse du jeu augmentent au fur et à mesure des progrès du sujet. Ce test vise à doper la capacité de réaction et de mémorisation.
Les scientifiques ont mesuré les changements cognitifs juste après les cinq semaines d’entraînement aux exercices mentaux et ensuite tous les ans jusqu’à la cinquième année et une dernière fois dix ans après le début de la recherche. Ils ont évalué comment les participants effectuaient leurs différentes tâches quotidiennes en les interrogeant.

“La pratique du jeu de réactions mentales a entraîné une réduction de 29% du risque de démence pendant les dix ans de l’étude comparativement au groupe de contrôle”, a résumé Jerri Edwards, chercheur à l’Université de Floride du Sud, le principal auteur.

Mots clés

Articles Liés

Close