DépressionPsychoSlider

La dépression post-partum des pères aurait un impact sur la santé mentale de leurs filles

Après avoir accueilli un nouveau-né, les parents peuvent souffrir de dépression post-partum. Alors qu’un père sur 20 en expérimenterait les symptômes, une nouvelle étude suggère que lorsque le nouveau-né est une fille, cette dépression post-partum paternelle aurait une influence sur la santé mentale future de l’enfant.

Pour cette étude, publiée dans la revue “JAMA psychiatry”, l’équipe de recherche a étudié un échantillon de 3.000 familles de Bristol (Royaume-Uni).

Dans un premier temps, les scientifiques ont analysé les phases de dépression post-partum des parents, établissant que cette dernière pouvait être vécue aussi bien par les mères que les pères.

Dans un second temps, l’équipe de recherche a suivi l’évolution de la santé mentale des enfants jusqu’à l’âge de 18 ans, période à laquelle ces derniers ont répondu à un questionnaire pour décrire une éventuelle dépression.

Les chercheurs ont ainsi découvert que les filles dont les pères avaient souffert de dépression après leur naissance étaient elles-mêmes plus à risque d’en expérimenter à l’adolescence.

Pour l’équipe de scientifiques, la dépression post-partum chez le père est souvent corrélée à une forte dépression post-partum de la mère. Ce qui entacherait les relations saines et positives au sein de la famille et affecterait directement le nouveau-né. La dépression post-partum des parents peut aussi avoir un impact sur la façon dont ils interagissent avec leur bébé.

Ces recherches mettent ainsi en lumière l’existence de la dépression post-partum paternelle, souvent laissée pour compte et peu évoquée dans la recherche.

L’étude démontre qu’il est nécessaire s’intéresser de plus près à la dépression post-partum des hommes et d’apporter une attention aux pères comme aux mères pour le bien-être familial.

Mots clés

Défi Santé

Une publication du Le Défi Media Group 4B, Rue Labourdonnais, Port-Louis Tél : +230 207 06 66

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer