Psycho

Crises d’angoisse : mal-être physique et psychique

Le cœur qui bat à toute vitesse, des vagues de chaleur dans tout le corps, l’impression d’étouffer… Une personne victime d’une crise de panique est submergée par des sensations intenses et incontrôlables. Face à ce mal-être, Olivia Pech, psychologue clinicienne nous livre ses conseils pour gérer ce type de crise.

Olivia Pech – Psychologue

Les angoisses constituent un état psychologique et sont une manifestation profonde d’inquiétude dues à un sentiment de menace imminente. “C’est un malaise physique et psychique qui peut survenir de manière ponctuelle et peut disparaître rapidement”, explique la psychologue Olivia Pech. Ses causes sont multiples et varient selon la personne. Parmi lesquelles, des facteurs personnels et psychologiques souvent remonter à l’enfance, des parents angoissés, des traumatismes et des troubles hormonaux ou liés au fonctionnement du cerveau.

“Différentes situations de peur et d’angoisse dont celles de ne plus pouvoir respirer peuvent déclencher une hyperventilation, qui peut elle-même engendrer certains symptômes, en particulier des vertiges, un engourdissement des membres, des tremblements et des palpitations. À leur tour, ces symptômes aggravent la peur et l’anxiété. Il s’agit donc d’un cercle vicieux qui s’auto-entretien”, souligne la professionnelle.

L’anxiété et les attaques de panique ne sont pas graves en tant que telles, mais elles peuvent être impressionnantes, voire traumatisantes, pour la personne atteinte et son entourage. “Cette crainte de voir l’attaque de panique réapparaître n’importe où, n’importe quand peut impacter et dégrader de manière importante la qualité de vie de la personne”, précise la psychologue. Les crises d’angoisse et attaques de panique surviennent le plus souvent à un moment compréhensible, ne laissent pas d’autre séquelle qu’un mauvais souvenir et n’entraînent pas de modification du comportement et du mode de pensée, l’individu arrive à reprendre sa vie comme avant. “Ces crises peuvent cependant, dans certains cas, se répéter voire se chroniciser, on parlera alors de trouble panique. La répétition des crises nécessitera, en revanche, une prise en charge spécifique”, souligne l’experte.

Gare aux conséquences

Ces crises d’angoisse peuvent à la longue avoir plusieurs conséquences immédiates : sécheresse et resserrement des muscles de la gorge, pâleurs, rougeurs, hyperventilation, palpitations, trouble du sommeil, des troubles alimentaires, irritabilité ou encore des déprimes sévères. “Une forte crise d’angoisse dans sa forme la plus aboutie se traduit par une attaque de panique. C’est une des manifestations possibles du trouble anxieux. Cette crise d’angoisse aiguë apparaît de façon brutale et dure de quelques minutes à quelques heures. La personne va ressentir une peur intense, une sensation de danger immédiat et des sensations physiques désagréables d’oppression, palpitations cardiaques, sueurs, tremblements, douleurs thoraciques laissant place à une sensation de soulagement et assez fréquemment à une fatigue intense à la fin de l’épisode”.

Traiter les crises

Un traitement naturel est possible avec des produits de santé ou des thérapeutiques phytothérapies à l’instar d’huiles essentielles, de comprimés ou gélules de plantes et de tisanes, remèdes possibles lorsque ceux-ci sont bien choisis par des phytothérapeutes, spécialistes ou pharmaciens. La psychologue recommande aussi des exercices de respiration telles que la cohérence cardiaque ou encore la méditation peut aider à lutter contre le stress et les états anxieux.

Parmi les traitements pharmacologiques, plusieurs classes de médicaments ont fait leur preuve pour réduire la fréquence des crises d’angoisse aiguës. “Les traitements de premier choix sont les antidépresseurs et les anxiolytiques qui présentent toutefois plus de risque de dépendance et d’effets secondaires qu’une psychothérapie, cela va de soi”, fait ressortir la psychologue clinicienne. Ces derniers sont donc réservés au traitement d’une crise, quand elle se prolonge et s’aggrave et qu’un traitement est nécessaire. Cela dit, l’efficacité de la psychothérapie pour traiter les troubles anxieux est bien établie et c’est même le traitement à privilégier dans de nombreux cas, avant de devoir recourir aux médicaments.

Symptômes

Les types de symptômes sont psychiques, psychiques, psychomoteurs, physiques, neurovégétatifs.

-une sensation de danger, de catastrophe, voire de mort imminente,
-une amplification péjorative des stimuli ambiants,
-une déréalisation (sensation de transformation de l’ambiance),
-une dépersonnalisation (sensations corporelles bizarres, impression de transformation corporelle),
-une perplexité,
-une incapacité à fixer l’attention,
-une sensation d’impuissance à agir, à penser

Dans le cadre du trouble panique, on retrouve principalement des troubles psycho-pathologiques associés. Toutefois, il est difficile de savoir si c’est l’apparition du trouble panique qui va entraîner ces troubles où si la présence de ces troubles conduira la personne à développer un trouble panique. D’après certaines études, les principaux troubles psychologiques associés au trouble panique, sont :

-État dépressif
-Phobie sociale (anxiété induite par des situations sociales).
-Trouble de l’anxiété généralisée (TAG).
-Troubles obsessionnels compulsifs (TOC).
-État de stress post-traumatique (anxiété induite par un traumatisme).

Cacosmie

Illusion ou hallucination psychosensorielle d’une odeur désagréable, fécale, nauséabonde, âcre.  Décrite classiquement dans la psychasthénie (avec notamment phobie de ses propres odeurs corporelles), elle peut aussi faire partie d’un vécu délirant (persécution par des gaz, notamment). La crise temporale uncinée comporte des hallucinations olfactives paroxystiques.

Vos Commentaires

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page