NutritionRégimesSlider

Le jeûne : une thérapie aux multiples bienfaits pour la santé

Le jeûne, rituel ancestral, pratiqué dans les règles de l’art, est une véritable thérapie naturelle et une opportunité à s’ouvrir à notre corps psychique et spirituel. Jeûner permet à notre corps de mieux utiliser son potentiel vital. L’énergie libre utilisée pour la digestion va être disponible pour activer la détoxination. Explication avec Soukaina Jamal Eddine-Oozeerally, thérapeute holistique énergéticienne, nutri-thérapeute.

« Aujourd’hui 4 maladies sur 5 sont liées à la toxémie. Pour le cancer par exemple, avec le jeûne on arrive à détoxiner autour de la cellule qui sera davantage oxygénée », explique Soukaina Jamal Eddine-Oozeerally, tout en soulignant qu’aux États-Unis, les recherches ont démontré que les malades qui font de la chimiothérapie pendant un jeûne, supportent mieux ce lourd traitement et les résultats sont plus probants. « Le corps sait comment se dépolluer de façon intelligente, il faut juste lui faire confiance et ne pas lui donner beaucoup de travail. Ne pas manger le jour pour s’empiffrer le soir, c’est du non-sens. Il faut changer ces mauvaises habitudes », estime la nutri-thérapeute.

Soukaina Jamal Eddine-Oozeerally, thérapeute holistique énergéticienne, nutri-thérapeute.

Le deuxième aspect du jeûne est le repos physiologique. Vu que les organes se reposent, le système digestif arrive à se réparer et se régénérer. Le cœur peut faire jusqu’à 50 % d’économie durant le jeûne, ce qui est bénéfique pour les maladies cardiovasculaires. « C’est la meilleure méthode pour soigner l’hypertension : la tension baisse et le sang devient fluide », ajoute-t-elle. Le troisième aspect du jeune : c’est l’autolyse, les parties les moins utiles et malades vont nourrir les organes vitaux. Et ainsi, toutes les cellules déficientes de notre biologie sont consommées pour recycler le matériel au niveau cellulaire.

Système immunitaire

« On a un outil de recyclage extrêmement sophistiqué et le corps, quand on le réalimente, fabrique de nouvelles cellules à partir des cellules souches toutes neuves », fait comprendre Soukaina faisant référence au jeûne comme étant une « chirurgie sans scalpel, ça travaille de l’intérieur, notre intelligence du corps et les forces d’autoguérison supervisent le nettoyage de nos humeurs et les liquides de notre corps, règlent les paramètres de notre biologie, boostent notre système immunitaire. »

De ce fait, le jeune est efficace pour guérir plusieurs maladies y compris le diabète de type 2 et l’obésité. Il peut aussi prévenir les maladies liées à l’âge : Parkinson et Alhzeimer. De plus, le jeûne a une incidence positive sur le psychisme. Cela augmente la sécrétion de sérotonine : l’hormone de la bonne humeur. Pour Soukaina, le jeûne a aussi une dimension hautement spirituelle. « Pour accéder à notre spiritualité et pour que l’énergie spirituelle coule en abondance, il faut respecter certaines règles, puisqu’on est une seule unité : corps, âme et esprit », estime-t-elle.

Quoi manger ?

Il convient ainsi de prendre une certaine distance par rapport à l’alimentation, manger frugalement et qualitativement en conscience et privilégier les aliments vivants : fruits, végétaux, crudités variées, graines germées, eau minérale ou dynamisée pour s’hydrater. « Éviter trop de féculents, les fritures, les boissons gazeuses, les aliments trop sucrés et trop gras, les boissons glacées, les fromages à pâte fermentée ou à pâte cuite », conseille-t-elle.

Cette dernière indique que le repas doit comporter une protéine (poissons, viande, œuf), un féculent (riz, pomme de terre, quinoa, pâtes) ainsi que des crudités variées ou légumes aldentés (deux fois le volume des féculents). De plus, on ne doit jamais consommer les fruits après les repas, mais 20 minutes avant, pour éviter la fermentation et la transformation des aliments en sucre.

Mots clés

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer