CancerMaladiesSlider

Le défrisage des cheveux augmenterait le risque de cancer de l’utérus

Est-il dangereux de se lisser durablement les cheveux ? Une nouvelle étude américaine révèle que les produits chimiques utilisés pour le défrisage des cheveux seraient associés à un risque plus élevé de cancer de l’utérus, contrairement à d’autres produits capillaires comme les teintures ou les permanentes.

Le National Institutes of Health (NIH) s’est intéressé aux produits chimiques utilisés par les femmes pour lisser leurs cheveux frisés, bouclés, ou crépus, durablement. L’opération, qui consiste à modifier la texture des cheveux en question pour les rendre raides, ne serait pas sans risques pour la santé. C’est la conclusion de cette étude menée auprès de 33 497 femmes américaines âgées de 35 à 74 ans, suivies pendant près de 11 ans, ayant participé à une enquête dirigée par le National Institute of Environmental Health Sciences (NIEHS) cherchant à identifier les facteurs de plusieurs maladies, dont certains cancers.

Cette étude d’envergure, à l’issue de laquelle 378 cas de cancer de l’utérus ont été diagnostiqués, a montré que les femmes qui avaient recours à des produits chimiques pour lisser leurs cheveux avaient un risque plus important de développer un cancer de l’utérus, par rapport à celles qui n’en utilisaient pas. Les scientifiques n’ont en revanche relevé aucun lien avec le cancer de l’utérus pour d’autres produits capillaires, comme les teintures, les décolorants, les mèches, ou les permanentes.

Notons tout de même que ce sont essentiellement les femmes ayant déclaré utiliser “fréquemment” ces produits de défrisage – comprendre plus de quatre fois au cours de l’année précédent l’étude – qui étaient plus susceptibles de développer ce type de cancer. Risque qui, selon les chercheurs, était deux fois plus important par rapport à celles qui n’ont pas utilisé ces produits. Autres informations à prendre en compte, ledit risque de développer un cancer de l’utérus suite à une exposition fréquente à ces produits chimiques demeure relativement faible au regard des chiffres fournis par les scientifiques, tandis que l’étude n’a recueilli aucune donnée ni sur les marques ni sur les ingrédients contenus dans les produits utilisés.

“Nous avons estimé que 1,64% des femmes n’ayant jamais utilisé de produits pour lisser les cheveux développeraient un cancer de l’utérus à l’âge de 70 ans, mais pour les utilisatrices fréquentes, ce risque passe à 4,05%. Ce taux de doublement est préoccupant. Toutefois, il est important de replacer ces informations dans leur contexte : le cancer de l’utérus est un type de cancer relativement rare”, explique Alexandra White, auteure principale de l’étude.

D’après de précédentes données, le taux d’incidence du cancer de l’utérus serait en hausse aux Etats-Unis, avec plus de 65 000 nouveaux cas estimés en 2022, et toucherait davantage les femmes noires. Dans son étude, le NIH indique que 60% des femmes qui ont affirmé avoir utilisé des produits chimiques pour lisser leurs cheveux étaient des femmes noires, induisant que les effets sur leur santé pourraient être plus importants.

“Étant donné que les femmes noires utilisent plus fréquemment des produits de défrisage, et qu’elles ont tendance à commencer à les utiliser à un âge plus précoce, ces résultats peuvent être encore plus pertinents pour elles”, indique l’un des auteurs de cette étude.

Vos Commentaires

Défi Santé

Une publication du Le Défi Media Group 4B, Rue Labourdonnais, Port-Louis Tél : +230 207 06 66

Articles Liés

Back to top button
Click to listen highlighted text!