CancerMaladiesSlider

La prévention du cancer du sein par certains aliments

Suite à de nombreuses études scientifiques dans le domaine de la nutrition et de l’oncologie, divers aliments ont été identifiés dans la protection du cancer du sein, même si souvent ces derniers n’ont qu’un effet modeste. La part hormonale joue un rôle hautement déterminant ainsi que des facteurs héréditaires et familiales.

Une bonne alimentation ne marchera point sans une activité physique, même modeste soit-elle selon le Dr Sahiboullah Sohawon, cancérologue à la Clinique Darné.

Le Dr Sahiboullah SOHAWON, cancérologue à Clinique Darné.
Le Dr Sahiboullah SOHAWON, cancérologue à Clinique Darné.

Les aliments à favoriser à long terme

 

• Des légumes et fruits les plus colorés
• Des aliments riches en fibres (grains secs et apparentés)
• Le lait et les produits laitiers faibles en graisses saturées
• Les produits à base de soja
• Les aliments riches en vitamine D
• Le thé vert et certaines épices ayant un effet anti-inflammatoire

Les aliments à limiter à court, moyen et long terme

• Un excès de graisses animales (acides gras saturés, riches en cholestérol LDL)
• Un excès de sucres métabolisés rapidement (boissons gazeuses, chocolat pauvre en cacao, pâtisserie non raffinée,)
• Les boissons alcoolisées
• Un excès de viande rouge (et autre charcuterie associée)

Les fibres alimentaires

• En limitant la prise de poids en période périménopause (la transition vers la ménopause), et en encourageant l’élimination des graisses dans le tube digestif, les fibres alimentaires aident indirectement à la survenue du cancer du sein hormono-dépendant.
• En aidant les bonnes bactéries du colon à mieux métaboliser nos résidus alimentaires et à éliminer nos excreta, moins de toxines passent dans la circulation sanguine et agresseraient moins l’ADN des cellules mammaires.

Les bonnes graisses

• Les poissons, huiles (olive et avocat), beurres et pistaches (le hazelnut) contenant de l’oméga-3 sont à privilégier car non seulement ils ont un effet protecteur du système cardiovasculaire en aidant à augmenter significativement le bon cholestérol (HDL), mais protège du cancer du sein hormono-dépendant.
• Les acides gras polyinsaturés retrouvés dans bons nombres de produits de la mer, de produits laitiers, et des phytostérols (lipides d’origine végétale), protègent également du cancer du sein hormono-dépendant.
Le soja (photo 5)
• On le retrouve dans le tofu et le lait de soja (bien connu à Maurice), le tempeh et l’edamame (moins bien connu à Maurice).
• Il est riche en protéines, de bonnes graisses (réduisant le mauvais cholestérol – LDL), vitamines, minéraux, et pauvre en sucres rapides, aide à retrouver une alimentation équilibrée et saine, et selon les récentes analyses des sociétés savantes de cancérologie, n’augmenterai pas le risque du cancer du sein hormono-dépendant.

Mots clés

Défi Santé

Une publication du Le Défi Media Group 4B, Rue Labourdonnais, Port-Louis Tél : +230 207 06 66

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer