MaladiesPrécautions à prendreSlider

Gueule de bois : se remettre rapidement des lendemains difficiles

Le lendemain des fêtes est souvent douloureux. La consommation d’alcool entraîne souvent la gueule de bois. Pour en éviter, voici quelques conseils d’une nutritionniste.

Vous avez la tête comme une pastèque. C’est souvent le cas après une soirée trop arrosée. La gueule de bois peut comprendre plusieurs désagréments, il est crucial de suivre quelques règles de base.

La règle numéro un est de boire beaucoup d’eau tout au long de la journée. Ensuite, l’alimentation doit être revue. Au lendemain d’une fête, après avoir abusé de l’alcool, la sensation de faim se fait souvent sentir. Surtout, l’envie des aliments sucrés. Il est possible de se faire plaisir, car le sucre rapide aidera à soulager l’hypoglycémie causée par la consommation d’alcool. De plus, en mangeant un peu plus, il serait plus facile de reprendre de l’énergie et être rapidement en forme, conseille la nutritionniste.

Quoi manger ? Ceux qui ne sont pas vraiment fans d’aliments sucrés, elle les conseille d’opter pour des bouillons. À base de légumes ou de viandes, le bouillon va aider à se refaire le plein de vitamines et surtout de sels minéraux. Le bouillon est facile à digérer et aidera à lutter contre la déshydratation.

Pour éviter la gueule de bois, la meilleure solution consiste à boire de l’eau tout au long de la journée.
De plus, certains aliments détoxifiants ont la capacité d’éponger l’alcool. Riches en protéines et en glucides complexes, ces derniers sont nécessaires pour reprendre des forces et combattre les inconvénients. Ces aliments comprennent entre autres les fruits frais, l’avocat, le saumon fumé, les asperges entre autres.

Se réhydrater

Quel médicament prendre ? Attention à ne pas prendre des médicaments sans les conseils d’un professionnel. Autrefois, certaines personnes optaient pour l’aspirine les lendemains des fêtes. Ce n’est pas une bonne idée, car l’aspirine peut irriter l’estomac et ainsi accentuer la sensation de nausées. Par contre, un médicament à base de paracétamol peut aider à atténuer les symptômes d’inconfort. Prendre du café avec modération est aussi une option pour se soulager.

Finalement, le meilleur remède est de faire le plein de boissons sans alcool. Il faut savoir que l’alcool déshydrate le corps et ce n’est qu’en buvant de l’eau et d’autres boissons qu’on arrive à lutter contre cette déshydratation. Autre conseil : une pincée de sel dans une bouteille d’eau peut aider le corps à retenir plus d’eau, car l’alcool peut déstabiliser notre équilibre naturel d’électrolytes. En ajoutant un citron pressé dans sa boisson, on arrive aussi à réduire cette sensation de déshydratation et à alcaliser son corps. L’eau de coco est également une alliée anti-gueule de bois, car elle est riche en potassium et peut ainsi offrir une réhydratation rapide.

Par ailleurs, n’oubliez pas de vous activer dès le réveil. Il est conseillé de ne pas rester au lit ou vous affaler sur le canapé toute la journée. Le corps prendra plus de temps pour récupérer. Sortez et prenez de l’air. En s’activant, on aide le cerveau à s’oxygéner. Une petite marche peut aussi aider à donner un coup de fouet à sa circulation sanguine. L’air frais permettra au corps de récupérer plus rapidement.

Les précautions à prendre

Pour éviter ces effets désagréables, le mieux à faire est de prendre certaines précautions. La solution radicale anti-gueule de bois serait de ne pas consommer d’alcool, si le corps réagit très négativement. Les amateurs d’alcool doivent pouvoir se limiter à un verre d’alcool par heure. Et entre chaque verre, de consommer de l’eau, afin d’éviter toute déshydratation. Une fois qu’on se sent éméché, il faut arrêter de prendre l’alcool au risque de se rendre malade. Les boissons pétillantes ou trop sucrées sont également à éviter.

Attention aux migraineux

Ceux qui souffrent régulièrement de migraine sont encore plus exposés à la gueule de bois. C’est ce qu’explique une étude présentée par la Société de Neuroscience. Le docteur Michael Oshinsky, de l’université Thomas Jefferson, a étudié un modèle de rat, sur lequel il a créé des maux de tête, en stimulant une partie de leur cerveau avec une mixture inflammatoire. Il a utilisé ce modèle de rat pour étudier les effets de l’alcool sur les rats souffrant de migraine en les comparant aux rats qui ne souffrent pas de maux de tête. « Nos résultats suggèrent que la déshydratation ou les impuretés de l’alcool ne sont pas responsables des douleurs de type gueule de bois », a indiqué le docteur Michael Oshinsky. Ces données confirment l’observation clinique, selon laquelle les migraineux sont plus sensibles que la moyenne aux maux de têtes liés à l’alcool.

Mots clés

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer