DiabéteMaladiesSlider

Diabète : la première cause de maladie rétinienne à Maurice

Le diabète entraîne des complications graves de la santé. Il est la cause la plus fréquente de maladie rétinienne selon le Dr Remy Jullienne, ophtalmologiste et chirurgien vitréorétinienne à la Clinique Darné.

Il existe une variété de maladies qui touchent la rétine. La cause la plus fréquente de maladie rétinienne à Maurice est le diabète. Selon l’OMS, Maurice figure dans le top 10 des pays avec la plus grande prévalence de diabète. Les autres pathologies rétiniennes fréquentes sont : le décollement de la rétine, les occlusions vasculaires rétiniennes et la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA).

Comment le diabète affecte-t-il les yeux ? « Nous devons toujours distinguer les deux atteintes du diabète oculaire : premièrement, la rétinopathie diabétique et deuxièmement, la maculopathie diabétique. Elles peuvent évoluer indépendamment l’une de l’autre et doivent toujours être évaluées à chaque examen oculaire », explique l’ophtalmologiste, Dr Remy Jullienne.

La rétinopathie diabétique est le résultat d’une ischémie (manque d’oxygène) chronique de la rétine. « Si la rétine manque d’oxygène pour son métabolisme, elle libérera des molécules qui déclencheront une croissance vasculaire à l’intérieur de la rétine et de la cavité oculaire. Ceci s’appelle la néovascularisation. Cependant, ce processus causera progressivement des problèmes tels que des hémorragies, des tractions et des décollements de la rétine, une augmentation de la pression intraoculaire et un glaucome néovasculaire », indique le médecin. Toutes ces conditions peuvent entraîner une perte sévère de la vision.

La maculopathie diabétique affecte la zone centrale de la rétine appelée macula. Dans cette zone de la rétine, les vaisseaux sanguins malades du patient diabétique perdent du liquide. Ce liquide s’accumule et provoque un œdème maculaire. En conséquence, la rétine, gênée par l’œdème, fonctionne mal et cela entraine une baisse de la vision selon lui.

Dépistage

Le dépistage est particulièrement nécessaire pour la rétinopathie diabétique car elle longtemps s’aggraver sans aucun symptôme. Dès lors que la vision diminue, cela peut déjà correspondre à une stade critique de la maladie. Le dépistage a pour but de diagnostiquer l’état de la rétinopathie à un stade précoce avant l’apparition de lésions pouvant conduire à des séquelles visuelles malgré tout traitement.

Selon l’OMS, près de 50% des patients diabétiques développeront une rétinopathie après 10 ans. C’est la raison pour laquelle l’OMS recommande que chaque patient diabétique bénéficie d’un bilan visuel annuel. Le bilan annuel consiste en un examen rétinien (fond d’oeil) permettant de déterminer le stade de la rétinopathie et le stade de la maculopathie. Pour la maculopathie, l’imagerie par OCT est un atout considérable et a révolutionné la prise en charge de cette maladie. Un cas spécifique est celui de la femme enceinte qui a besoin d’un contrôle avant la grossesse et tous les 3 mois pendant la grossesse. En effet, la grossesse peut accélérer la rétinopathie diabétique.

Les traitements

« Des études cliniques avec un recul de plus de 30 ans ont clairement montré l’efficacité du traitement laser qui permet de réduire le risque de cécité dans plus de 90% des cas. Parallèlement à tout traitement ophtalmologique, il est nécessaire de contrôler le diabète par le biais d’un suivi médical régulier auprès d’un médecin généraliste et d’un endocrinologue », fait-il ressortir.

Lorsque la rétinopathie diabétique est dépistée suffisamment tôt, on peut réaliser un traitement au laser. Ce traitement s’appelle la « panphotocoagulation rétinienne ». Le traitement au laser est effectué dans la rétine périphérique où l’ischémie rétinienne est prédominante afin d’arrêter la progression de la maladie. Cela préservera la rétine centrale des complications de la néovascularisation.

En cas de complications telles que des hémorragies et des tractions de la rétine, le patient peut nécessiter une intervention chirurgicale à la rétine, appelée vitrectomie. Ces chirurgies sont toujours des procédures complexes et sont effectuées par des chirurgiens rétiniens spécialisés. La chirurgie rétinienne nécessite une formation longue et très pointue. Le chirurgien a besoin d’un microscope ophtalmologique spécialement équipé pour ces chirurgies, d’un appareil de vitrectomie avec une source de laser rétinien et d’instruments de microchirurgie. Tous ces éléments sont réunis à Maurice pour opérer les patients dans les mêmes conditions qu’en France selon le médecin.

Le traitement de la maculopathie diabétique est différent. Le traitement au laser focal à l’argon, qui était le traitement de référence, est toujours d’actualité, mais les injections intraoculaires ont révolutionné le traitement de l’œdème maculaire. Les Mauriciens peuvent bénéficier des mêmes traitements qu’en Europe avec des injections d’antiVEGF ou d’un microinsert de dexaméthasone. Même si les Mauriciens bénéficient de tarifs préférentiels (environ la moitié du prix d’un Européen), ces traitements restent coûteux.

Vos Commentaires

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page