AllaitementGrossesse/Bébé

L’allaitement maternel peut se faire jusqu’à l’âge de trois ans

Le Dr Vishan Jhugroo, pédiatre, et Isabelle Delamour Catherine, sage-femme, soulignent l’importance de bien se préparer, pendant la grossesse, à accueillir son enfant et à l’allaiter par la suite. Ils étaient les invités de Caroline et Mélanie Valère-Cicéron dans l’émission Xplik ou K Santé.

Le Dr Vishan Jhugroo et Isabelle Delamour Catherine.

Comment vais-je donner à boire à mon enfant ? Pourquoi est-ce que je n’ai pas de lait ? Est-ce douloureux de donner le sein ? Ce sont autant de questions qui taraudent des femmes à l’évocation des termes allaitement maternel. Sans compter les mythes qui ont la peau dure et qui ont fait naître chez beaucoup de femmes de l’appréhension, des phobies et surtout de mauvaises perceptions. Le Dr Vishan Jhugroo, pédiatre à l’hôpital Jawaharlal Nehru et Isabelle Delamour Catherine, accoucheuse au Centre des sages-femmes, ont tenté de dissiper ces doutes.

« Pour être en mesure de bien allaiter son bébé, il faut, au préalable, apprendre comment cela se passe », indique d’emblée Isabelle Delamour Catherine. Selon elle, une préparation au niveau des seins est importante, même si cette étape n’est pas essentielle. À travers des formations ou de petits conseils prodigués dans les hôpitaux, les futures mamans sont préparées à allaiter leur bébé. « Nous donnons des explications sur le démarrage de l’allaitement pour que les mamans puissent avoir des repères. Cela leur permet de comprendre l’allaitement pour qu’elles puissent mieux interpréter le comportement de leur nouveau-né. »

 

Préparation

Le Dr Vishan Jhugroo estime lui aussi que la préparation doit débuter bien avant la naissance du bébé. Mais il précise que cela ne peut se faire sans motivation. « Une fois que la motivation est là, tout devient naturel. »

Le pédiatre précise que durant les accouchements par voie normale, le bébé est posé sur la maman avant même que le cordon ombilical ne soit coupé. « Le but est de permettre à la mère et à son enfant d’établir le contact et de tisser des liens. Quand le bébé commence à téter, cela donne du courage à la maman. »

Il avance qu’un encadrement est aussi proposé aux mamans si elles éprouvent des difficultés à trouver la bonne position pour allaiter leur bébé. « Ces problèmes sont réglés assez rapidement. »

En sus des préjugés, Maurice cultive des mythes qui sont souvent tenaces, soutiennent le Dr Jhugroo et Isabelle Delamour Catherine. Parmi, il y a ce commentaire de certaines femmes qui disent qu’elles n’ont pas assez de lait pour donner le sein. « C’est dans la tête », signale le pédiatre. Pour lui, du moment qu’on a pu le faire une première fois, la production de lait pour les autres tétées se fera sans problème. L’allaitement maternel permet, dit-il, d’éviter l’engorgement des seins.

Isabelle Delamour Catherine précise que le lait produit naturellement est disponible dès le quatrième mois de la grossesse chez certaines mamans. Il est amplement suffisant jusqu’au sixième mois après la naissance du bébé, ajoute la sage-femme, en reprenant les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé.

Isabelle Delamour Catherine souligne que « le nouveau-né est suffisamment compétent durant les premières heures de la naissance pour trouver le sein et amorcer une bonne tétée ». Cela, même s’il faut le guider parfois. Selon elle, il y a un gros travail de soutien moral à mener auprès des mamans pour les rassurer afin de combattre les mythes.

Perception

Certaines femmes sont convaincues que le fait d’avoir de petits seins ne permet pas d’allaiter le bébé. Le Dr Jhugroo martèle que ce n’est pas fondé. « Même les femmes qui ont de petits seins peuvent allaiter. Il n’y aucun souci à ce niveau. Il faut être motivé pour arriver à donner le sein correctement. »

Le pédiatre fait aussi ressortir que le premier lait n’a rien de malsain. Le Dr Jhugroo affirme que le premier lait n’est ni sale, ni trop liquide. « Il ne faut pas le jeter alors que c’est le premier vaccin de bébé. C’est important qu’il le consomme afin qu’il puisse être protégé. »

Isabelle Delamour Catherine explique que la substance jaune (le colostrum) qui émane du sein à la première tétée est, en fait, une transition vers le lait mature (blanc). De plus, afin de pouvoir faire face à la montée de lait, il faut adopter un allaitement à la demande à l’éveil de manière exclusive. Cela permettra d’éviter l’engorgement et la montée de lait peut passer inaperçu.

Pour la sage-femme, c’est en allaitant qu’une femme peut se soulager de l’engorgement. Mais pour celles qui ont une congestion assez importante, un massage sous la douche chaude peut les libérer. « Il ne faut pas trop faire le massage non plus car cela peut stimuler le corps et favoriser la production de lait. » Il existe aussi un autre moyen pour les femmes de se soulager, selon Isabelle Delamour Catherine. Elles peuvent placer des feuilles de chou sorties du congélateur dans leur soutien-gorge. Les deux intervenants s’accordent à dire qu’il s’agit d’un remède de grand-mère efficace grâce à ses propriétés anti-inflammatoires.

 

Le lait maternel regorge de bienfaits

Le lait maternel est largement bénéfique à la fois à la maman et au bébé sur les court et long termes. Il est excellent pour protéger l’enfant des infections. Ce dernier a moins de chances de tomber malade que ceux nourris au lait industriel. Pour le Dr Jhugroo, le lait maternel contient tous les nutriments dont le bébé a besoin. Cela aide aussi à prévenir certains cancers. Les anticorps de la maman sont aussi transmis à travers le lait maternel, ce qui contribue à développer le système immunitaire du bébé. Sans compter le fait qu’une femme qui allaite a moins de risques d’avoir certains cancers, comme celui du col de l’utérus. C’est aussi un antistress.

L’allaitement maternel est recommandé pendant les six mois suivant la naissance du bébé et peut se poursuivre jusqu’à ce que ce dernier atteigne l’âge de trois ans. Cela n’a que des avantages, martèle Isabelle Delamour Catherine. Ce n’est pas un problème non plus d’allaiter si on est de nouveau enceinte peu de temps après un précédent accouchement.

 

Alimentation

Avoir une alimentation variée pendant la grossesse et l’allaitement est primordial. La maman devrait aussi boire assez d’eau. Selon le Dr Jhugroo, c’est un mythe de croire qu’une mère qui donne le sein à son bébé ne devrait pas manger de grains secs, en raison des gaz que cela peut provoquer chez l’enfant. Il ajoute que les aliments censés favoriser la production de lait chez les femmes qui allaitent ont peut-être un effet placébo, comme le « bomli » ou les soupes de lentilles. Pour Isabelle Delamour Catherine, certaines plantes favorisent la production de lait et stimulent les glandes mammaires.

Positionnement

Le positionnement est essentiel pour bien allaiter son bébé. « Mère et enfant devraient être confortables. Si on est dans une bonne position, tout devrait bien se passer. Le bébé boira autant qu’il veut », explique le Dr Jhugroo. Pour lui, une fois qu’il est bien agrippé, tout se passe bien. « Si le bébé boit du bout du mamelon et que cela provoque des douleurs chez la maman, c’est signe qu’il ne boit pas grand-chose. »

Vos Commentaires

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page