Grossesse/BébéLe développement de l'enfantSlider

Selon certains parents, inculquer la gentillesse aux enfants peut les inciter à prendre soin de la planète

Selon un nouveau sondage réalisé à l’occasion de la Journée internationale de la gentillesse, transmettre les notions d’empathie et de bienveillance aux enfants est un enjeu fondamental pour les parents. Ces derniers sont même convaincus qu’une éducation bienveillante contribue à sensibiliser les enfants à l’écologie.

Dans une société où les valeurs telles que la performance, la compétitivité et l’individualisme priment, les qualités comme l’empathie, la tolérance ou la gentillesse sont trop souvent reléguées au second plan. Pourtant, les parents ont à cœur de l’inculquer à leurs enfants, notamment à travers l’éducation bienveillante, souligne un nouveau sondage réalisé par l’institut marketing Consumer, Science & Analytics pour la marque Kiri*, à l’occasion de la Journée internationale de la gentillesse qui se tient ce mercredi 3 novembre.

Pour les trois quarts des parents sondés, la gentillesse représente en effet “un véritable enjeu dans l’éducation des enfants”. Au-delà des apports évidents dans le fait d’adopter une éducation bienveillante avec leur(s) enfant(s), 75% des parents interrogés estiment que ces valeurs aideront leur(s) enfant(s) tout au long de leur vie et faciliteront les relations avec les autres, y compris en dehors du cercle familial ou des proches. Un impact qui pourrait même aller plus loin selon certains parents, puisque 54% d’entre eux estiment que la transmission de la gentillesse contribue à sensibiliser leur(s) enfant(s) à l’importance de préserver l’environnement.

Dans la liste des “bonnes pratiques” évoquées par les parents, on retrouve des choses simples, comme apprendre à remercier et exprimer sa gratitude, considérer les autres, apprendre à partager ses jouets ou encore prendre soin de la planète.

Mais plus facile à dire qu’à faire : 62% des parents avouent manquer de temps pour appliquer ces bons principes au quotidien, tandis que 72% reconnaissent que la fatigue et le stress au quotidien peuvent susciter de l’impatience et représenter des freins dans la transmission de ces valeurs.

*Sondage réalisé auprès de 1.006 adultes d’un couple avec enfant ou adulte d’une famille monoparentale
avec au moins un enfant de 0-6 ans dans le ménage en France métropolitaine.

Vos Commentaires

Défi Santé

Une publication du Le Défi Media Group 4B, Rue Labourdonnais, Port-Louis Tél : +230 207 06 66

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page
Click to listen highlighted text!