Grossesse/Bébé

L’enfant et ses besoins – 0-3 ans : les années cruciales

Attendue ou par surprise, l’arrivée d’un bébé emmène toujours son lot de joie et de bonheur au sein d’une famille. Toutefois, une naissance chamboule aussi la vie des parents qui, bien souvent, ne savent pas trop comment gérer ses besoins et attentes. No stress, des experts vous éclairent.

Son développement : croissance constante

Une fois le bébé venu au monde, c’est une nouvelle aventure qui commence pour les parents. En effet, chaque jour apporte son lot de joie car la croissance est constante. « Cette période de 0 à 12 mois est passionnante pour les parents. L’enfant va vite apprendre à bouger, se déplacer et surtout va vouloir communiquer avec ses parents », explique le pédiatre Bhawan Amrit Rajkomar.
Mais, selon lui, le bébé se développe avant même de naître. Il grandit dans le ventre de sa maman, qui se doit d’être en bonne santé pour que le nourrisson puisse naître sans complication. Le pédiatre soutient qu’en effet de nombreux bébés naissent avec un poids trop faible. « Quand les bébés viennent au monde avec moins de 2,5 kg, on appelle cela une naissance de petit poids », explique-t-il.

Sa personnalité : les relations affectives

De sa naissance à ses trois ans, l’enfant est aux premières étapes de la construction de sa personnalité. C’est durant cette période aussi où se développent des relations affectives, importantes pour le bien-être du bébé. Le développement de la personnalité de l’enfant suit un continuum qui commence in utero, pendant le temps de la grossesse et se poursuit durant les premières années de la vie, explique le psychologue, Laurent Baucheron de Boissoudy.
« Outre les grandes étapes du développement psychomoteur et cognitif, le développement de la personnalité va s’élaborer en fonction du climat émotionnel et psychologique des personnes qui entourent l’enfant », soutient notre interlocuteur. Pour se développer harmonieusement, l’enfant doit être stimulé au niveau affectif : il a besoin qu’on lui fasse des câlins et qu’on lui parle. C’est à partir des nourritures affectives qu’il reçoit qu’il va construire sa personnalité.
Dans ce besoin d’attention, votre petit s’entourera d’objets qu’il chérit comme des doudous ou encore la tétine. Les pleurs sont les premiers signes de communication d’un nourrisson pour exprimer son inconfort. « Il découvre un monde qu’il ne connaissait pas et va apprendre à faire confiance ou à se méfier des gens qui sont autour de lui en fonction des émotions que ces personnes dégagent », souligne le psychologue. Ainsi, si l’ambiance qui règne à la maison est plutôt chaleureuse et amicale, l’enfant développera de la confiance et sera ouvert sur le monde et aux gens.
Si, au contraire, il baigne dans un climat de colère ou de mauvaise humeur, il se refermera ou sera toujours sur la défensive. Durant la première année, poursuit le psychologue, le nourrisson est en parfaite symbiose avec sa mère. Vers ses trois mois, il commence à la différencier des autres. Puis, à quatre mois, apparaît le premier sourire, le bébé s’active et commence à jouer et socialiser. Il demande aussi plus d’attention à partir de six mois.
À 10 mois, il parvient à différencier les gens et commence à imiter. Vers l’âge d’un an votre enfant traversera une période de timidité vis-à-vis des étrangers puis affirmera son indépendance nutritive un peu plus tard. À deux ans et demi, incapable de choisir entre deux alternatives, il commence donc à craindre les choses qui lui paraissent trop nouvelles. Et vers l’âge de trois ans, l’enfant commencera à développer son autonomie et une attitude d’opposition.

Son apprentissage : la stimulation à travers la communication

Un enfant ne cesse d’apprendre. Il apprend avec les autres, à la maison, à la crèche puis à l’école. « Les psychologues ont remarqué que les enfants étaient surtout réceptifs aux stimuli de communication provenant des êtres humains qui prennent soin d’eux. Les échanges de regard, les mots que l’on adresse aux nourrissons, les expressions du visage, etc. C’est cela qui les permettra ensuite à s’ouvrir au monde et à développer ultérieurement d’autres compétences », explique Laurent Baucheron de Boissoudy.
Dès leur plus jeune âge, poursuit le psychologue, pensez ainsi à jouer avec eux. À l’âge de deux ans, votre enfant reconnaîtra les couleurs, il va assembler, comparer, empiler et lancer. « Le langage commence par des babillages à la fin de première année. Puis, les premiers mots sont prononcés vers 18 mois et à la fin de la deuxième année, l’enfant peut prononcer clairement un grand nombre de mots. »
Pour notre interlocuteur, il est important que les parents passent du temps de qualité avec leur enfant, notamment pour lui parler. Et là aussi, il faut « parler normalement à votre enfant ! », lance le psychologue. « Cela ne va pas l’aider si vous vous adressez à lui en langage bébé du genre, “alors bébé a fait son gros dodo, qui c’est qui va manger sa sou-soupe ?”, par exemple. Il est préférable pour l’adulte d’employer les mots exacts lorsqu’il lui parle. »
Les parents doivent aussi lui fournir la possibilité de toucher des objets, de les manipuler, d’en saisir toutes les caractéristiques et d’étudier leur utilisation. Lors du premier mois, le bébé développe des réflexes innés, puis jusqu’à quatre mois, il adapte ses actions en fonction de son environnement. Vers deux ans, les enfants se servent des mots pour donner plus de force aux messages transmis par le langage corporel et non le contraire.

Son alimentation : à l’heure des bons choix

L’Organisation mondiale de la Santé recommande l’allaitement exclusif au sein jusqu’à l’âge de six mois dans la mesure du possible. « C’est l’alimentation la plus complète vu que le lait s’adapte aux besoins du nouveau-né, et contient aussi des anticorps. Son goût peut varier selon l’alimentation de la mère et cela aidera au bébé à s’habituer aux différentes saveurs », explique la diététicienne Anya Benoit.
Les aliments solides peuvent être introduits aux alentours des six mois, tout en continuant l’allaitement fréquent jusqu’à deux ans et demi ou plus. Les solides offrent aux bébés l’énergie supplémentaire, du fer et d’autres éléments nutritifs dont ils ont besoin pour grandir en bonne santé. Il est conseillé de commencer par des aliments riches en fer comme du poisson à faible teneur en mercure et sodium, de la viande ou de la volaille, des grains secs ou du tofu, de fruits et légumes, du lait et des produits céréaliers.
Par contre, le lait de vache est déconseillé avant la première année du bébé car il est pauvre en fer et autres nutriments essentiels et peut aussi être indigeste. Entre 12 mois et quatre ans, il est essentiel que bébé obtienne suffisamment d’énergie et de protéine. Il est aussi conseillé de limiter la quantité de jus et d’aliments riches en calories mais pauvres en nutriments.


Encadré :  Conseils aux parents

Le pédiatre Bhawan Amrit Rajkomar conseille aux nouveaux parents de ne pas hésiter à se trouver des cours de « stress management » et de « time management ». « Ce sont les deux principaux problèmes des parents de nos jours. Ils ne savent pas gérer leurs temps et leurs stress. Une fois ces outils en main, ils pourront alors mieux s’organiser dans leur vie », indique-t-il.

La sécurité avant tout !

Lorsque vous êtes parents d’enfants en bas âge, leur sécurité prime. Propulsé dans un monde d’adultes, votre enfant à la recherche de repères est particulièrement vulnérable et demande une attention particulière. Voici quelques bons gestes à adopter pour leur sécurité…
-De 0 à 12 mois, ils doivent être sous haute surveillance. La première année, le tout-petit se développe très rapidement et acquiert une grande mobilité. Il est bien sûr complètement dépendant de ses parents. Pour ces derniers, vigilance et organisation sont primordiales.
-Attention à la tête, votre nourrisson n’est jamais à l’abri d’une chute.
– En voiture, utilisez un dispositif « dos à la route ». C’est indispensable jusqu’à ce que l’enfant ait au moins 18 mois
– À la maison, ne laissez jamais votre bébé seul sur une table à langer, même pour un bref instant et même si elle possède des rebords.
– Dans la baignoire, ne pas le laisser seul : il peut se noyer dans très peu d’eau et en 30 secondes seulement.
– Il faut toujours attacher le tout-petit dans sa poussette ou son transat, et plus tard dans sa chaise haute.
– Vers 8/9 mois, il devient vital de protéger ou mettre en lieu sûr tout ce qui est potentiellement dangereux à savoir électroménager, ustensiles de cuisine, produits ménagers, médicaments, piles, cosmétiques et cacahuètes, entre autres.
– Utilisez des cache-prises.
-Ne laissez jamais votre enfant seul avec un animal domestique.
-L’enfant de moins de 2 ans vit dans le présent, il est donc incapable d’anticiper : au parent de le faire pour lui et de lui dire « non » quand il le faut.
– À l’extérieur, devant tant de choses à goûter et à escalader, redoublez de vigilance…
– L’intoxication et la noyade sont des risques majeurs entre un et deux ans : soyez vigilants à proximité des piscines, rivières ou à la mer.
– Il est important que la chambre de bébé soit un lieu d’éveil, de sécurité et d’autonomie. La température de la chambre devrait être comprise entre 18°C et 20°C.
– Fermez systématiquement les fenêtres des pièces dans lesquelles des enfants se trouvent sans surveillance.
-Ne jamais laisser le nourrisson seul avec le biberon calé dans la bouche et éviter les aliments en morceaux chez les tout-petits.

Vos Commentaires

Défi Santé

Une publication du Le Défi Media Group 4B, Rue Labourdonnais, Port-Louis Tél : +230 207 06 66

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page