Actu SantéGrossesse/BébéLe développement de l'enfantSlider

L’alimentation du bébé : quand introduire les aliments solides ?

Quand donner des aliments solides à votre bébé ? Anya Benoit, diététicienne et nutritionniste (sports), et qui fait aussi partie de la Dietitians Association of Australia, apporte des réponses.

L’OMS – Organisation mondiale de la santé – recommande que le nourrisson soit allaité exclusivement jusqu’à ses 6 mois.

Aux alentours des 6 mois, c’est le moment de commercer à introduire des aliments solides. Cette période variera d’un bébé à un autre, vu que chaque enfant développe ses capacités différemment – certains à 5 mois, d’autres à 7 mois. Toutefois, l’introduction des solides ne devrait jamais se faire avant que le bébé n’atteigne ses 4 mois.

L’introduction des aliments complémentaires au lait est une étape essentielle, car à partir de 6 mois, le lait maternel ou le lait commercial infantile ne peut couvrir les besoins énergétiques et en nutriments du bébé qui grandit et qui développe également sa motricité.

Le bébé apprend aussi que les aliments ont des couleurs, des textures et des saveurs différentes. Il découvrira qu’il peut manger certains aliments avec une cuillère et d’autres avec la main.

Comment savoir qu’il est temps d’introduire les aliments :

• Bébé se tient assis tout seul.
• Bébé soutient et contrôle sa tête.
• Le lait maternel ou infantile n’est pas suffisant pour satisfaire bébé et il demande à boire plus souvent depuis plus de 5 jours.
• Bébé est capable de porter des aliments ou objets à sa bouche et essaie de mâcher.
• Bébé démontre de l’intérêt envers les aliments (ce signe n’est pas toujours présent chez le nourrisson).

Comment procéder ?

Il est préférable de choisir un moment où votre bébé est bien reposé, de bonne humeur et sans aucun souci de santé.

Il est recommandé d’offrir les aliments solides après lui avoir offert le lait maternel ou infantile. Cependant, laissez-vous guider par votre bébé pour savoir dans quel ordre lui offrir son lait et ses aliments complémentaires.

Le plus important est que la consommation des aliments ne réduise pas la quantité de lait que votre bébé boit.

Au début, on commence avec de très petites quantités – c’est à dire une cuillère à café, voire une cuillère à soupe – une à deux fois par jour. Puis, vous progressez tout doucement, selon les besoins de votre petit. Après quelques semaines, votre bébé fera 2 à 3 petits repas par jour.

Quels sont les premiers aliments à introduire ?

Vous pouvez commencer par :

• des fruits en purée comme de la banane écrasée ou de la purée de pomme.
• Des légumes en purée (carottes, chou-fleur, giraumon, pomme de terre).
• Des grains secs en purée (faits maison à partir des grains secs crus, pas ceux en boite de conserve avec du sel).
• Fine tranche d’œufs bouillis, de fromage ou petit morceau de poisson écrasé ou tofu.
• Petite portion de céréales avec son lait maternel ou infantile

N’ajoutez pas de sel, poivre ou sucre dans son alimentation. Le bébé doit s’habituer au goût naturel des aliments, mais aussi parce que le sucre et le sel peuvent fatiguer ses reins. N’oubliez pas que jusqu’à 12 mois, le lait maternel ou infantile reste l’aliment principal.

Le lait de vache ne doit pas être offert aux nourrissons avant qu’ils aient 1 an au moins. Le lait de vache est indigeste et peut affecter leurs reins et systèmes digestifs. De plus, le lait de vache réduit l’absorption du fer chez le nourrisson.

Parmi les aliments à être introduits, l’emphase sera mise sur les aliments riches en fer, tels que les grains secs, le tofu, le poisson, les œufs et les viandes.

Mots clés

Défi Santé

Une publication du Le Défi Media Group 4B, Rue Labourdonnais, Port-Louis Tél : +230 207 06 66

Articles Liés

Close