[pro_ad_display_adzone id="1515"]
Grossesse/Bébé

Une infertilité ne signifie pas une incapacité définitive d’avoir des enfants

De nombreux couples caressent le rêve de fonder une famille. Mais certains éprouvent des difficultés à concevoir. L’infertilité peut être d’origine féminine ou masculine. Le Dr Veyasen Pyneeandee, spécialiste en gynéco-obstétrique, explique l’infertilité féminine.

Le Dr Veyasen Pyneeandee définit l’infertilité comme l’impossibilité de concevoir un enfant. « L’infertilité ne signifie pas une incapacité définitive d’avoir des enfants. Le diagnostique d’infertilité se pose après deux ans de rapports sexuels sans utilisation de méthode de contraceptive et n’ayant pas abouti à une grossesse », soutient le spécialiste en gynéco-obstétrique. Il existe deux types de stérilité. L’infertilité primaire correspond à la femme qui n’a jamais réussi à être enceinte. L’infertilité secondaire correspond à la situation d’une femme qui a été enceinte, mais sa grossesse n’est pas arrivée à terme.

Le médecin indique que 30 % des cas d’infertilité sont d’origine masculine. Les causes sont altération du milieu testiculaire, obstruction des conduits, pathologie au niveau de la prostate, problèmes d’éjaculation ou d’érection et altération de la qualité du sperme. 30 % sont d’origine féminine. Ces femmes souffrent probablement de ménopause précoce, endométriose, obstruction ou lésions des trombes de Fallope, anomalies de l’utérus et du col de l’utérus ou troubles ovulatoires. Dans 20 % des cas, les deux partenaires souffrent d’infertilité. La cause n’a pas été identifiée dans les 20 % restants.

Des complications au niveau de l’utérus, les trompes de Fallope, les ovaires, ou encore le système hypothalamo-hypophysaire (ensemble anatomique constitué de deux glandes endoctrines situées à la base du cerveau) dans le cerveau peuvent provoquer l’infertilité. La dépression, le divorce et le sentiment de culpabilité sont aussi des causes de stérilité. « L’infertilité peut toucher toutes les tranches d’âge. Si une femme âgée de 30 ans souhaite enfanter, elle peut réussir à 75 %. Si elle a 35 ans, elle a 66 % de chance d’y arriver. Ce chiffre chute à 44 % si la femme a 40 ans. La fertilité est quasiment nulle après 45 ans », indique le Dr Veyasen Pyneeandee. Il avance qu’à Maurice, les pathologies sont diagnostiquées tardivement. « De plus, les Mauriciennes sont nombreuses à souffrir des pathologies tubaires », observe-t-il. Plusieurs traitements peuvent être proposés contre l’infertilité : insémination, chirurgie de la trompe distale, chirurgie de l’ovulation, entre autres. Mais les traitements sont différents pour chaque couple.

Mots clés

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer