Grossesse/BébéLa femme enceinteSlider

Déni de grossesse : Un mécanisme mystérieux

Le déni de grossesse a lieu quand une femme ignore qu’elle est enceinte. Cela peut être dû à plusieurs facteurs souvent des événements stressants et difficiles. Leena Soobrayen, psychologue-clinicienne indique que plusieurs femmes dites saines d’esprits, ont déjà vécu un déni de grossesse.

« Je suis enceinte et je ne le sais pas » se sont probablement demandées certaines femmes. Dans les médias, nous avons souvent lu des cas où les jeunes filles nient d’être au courant d’une grossesse et cela, jusqu’au moment de l’accouchement. Ce phénomène est connu comme le déni de grossesse.

Il existe deux types de déni de grossesse : partiel et total. Le premier prend fin avant le terme de la grossesse. Le déni total perdure jusqu’à l’accouchement. Leena Soobrayen, psychologue-clinicienne indique que le déni de grossesse est un phénomène qui commence à se faire connaître. « Le terme déni de grossesse fait référence à ces femmes qui portent un enfant sans le savoir et souvent jusqu’à la naissance du bébé.

Pour beaucoup, cela peut être difficile à croire et pour d’autres cela ressemble au non-sens. Le déni de grossesse a pendant longtemps été nié par la communauté médicale et on l’a associé aux troubles psychiatriques. Cependant, plusieurs femmes dites saines d’esprit, ont vécu cette expérience. Ce phénomène touche les femmes de tout âge et différentes couches sociales » explique la psychologue-clinicienne.

Elle observe qu’une mère naît psychiquement dès que l’enfant se forme dans le ventre. « C’est un processus lent qui débute avant la naissance du bébé. Une mère qui ne sait pas qu’elle est enceinte vit justement une contradiction. Elle est devenue mère sans même le savoir. Quand elle s’en rend compte, elle assimile souvent mal le fait qu’elle héberge un « intrus ». La future maman éprouve, dès fois, une difficulté à se connecter au bébé. Elle peut avoir du mal à accepter son nouveau rôle. Le bébé peut ressentir cette distance si ce sentiment de rejet se poursuit » note-t-elle.

Elle ajoute que les femmes qui ont partagé leur vécu, ont indiqué que les signes de grossesse étaient absents ou faibles. Leur corps ne changeait pas d’une façon très visible et les malaises étaient mal interprétés. « Ces femmes enceintes ont peut être continué à avoir les règles. D’autres ont attribué la prise de poids aux excès alimentaires » note-t-elle. Leena Soobrayen met en avant un autre point de vue. Celui où les signes sont absents car, psychologiquement, la femme ignore cette grossesse.

« Nous savons qu’une grossesse se passe non seulement dans le corps mais aussi dans la tête. Le déni est un mécanisme de défense psychologique pour protéger la personne de cette nouvelle. Cela peut être dû à un évènement stressant ou une épreuve difficile. Par exemple, une femme qui vient de perdre son époux, passe par un moment douloureux. Cela peut être difficile pour elle d’accepter sa grossesse et elle n’est peut être pas prête pour accueillir un bébé » dit-elle. Ainsi, le corps réagit en dissimulant les signes visibles de la gestation. Leena Soobrayen relate que certaines femmes ont raconté comment leur ventre a commencé à « pousser » le soir où elles ont découvert qu’elles étaient enceintes. « C’est un relâchement physique qui s’est produit aussitôt l’acceptation ou la découverte de cette nouvelle. On voit bien comment notre psychique et notre corps sont connectés » indique notre interlocutrice.

Selon Leena Soobrayen, chaque grossesse est unique et se passe différemment. Certaines femmes qui ont déjà un enfant, peuvent faire l’expérience du déni lors de sa prochaine grossesse. « Le déni de grossesse peut se produire plusieurs fois. Tout cela demeure mystérieux. Mais, le déni de grossesse n’est certainement pas une maladie. Il s’agit juste d’une faille du complexe mécanisme de grossesse. Cependant, on ne peut pas généraliser ou donner une explication générale car chaque cas est unique » conclut-elle.

Mots clés

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer