Grossesse/Bébé

Croissance – de 3 à 6 ans : l’enfant grandit

Chaque étape de la vie est importante. L’enfant gagne en autonomie, se construit une personnalité durant les six premières années et surtout quitte le cocon familial pour se faire des amis à la maternelle et, ensuite, au primaire. Voici quelques pistes pour mieux comprendre cette phase.

Son développement : autonomie conquise
L’enfant grandit à vue d’œil. Chaque semaine, chaque mois, il pousse. Son corps se transforme petit à petit et ce développement physique passe aussi par le bien-être global de l’enfant. « L’enfant grandit mieux quand il est dans un environnement sain, joyeux et rempli d’amour. Il s’épanouit et s’ouvre aux autres », explique le pédiatre Bhawan Amrit Rajkomar.

Il y a aussi l’aspect physique. À cet âge, l’enfant doit pratiquer un sport. « Les enfants d’autrefois couraient, jouaient et se salissaient. De nos jours, la télé remplace la plupart de ces activités physiques et on constate un manque de coordination musculaire chez les enfants », fait remarquer le pédiatre. En optant pour une activité physique, son corps se développe mieux et ses réflexes également.

« Si on est attentif aux mouvements des enfants, on verra que certains ne sont pas très habiles, laissent toujours des trucs tomber. C’est parce qu’ils ne bougent pas assez », ajoute-t-il. Ces activités incluent leurs contributions dans les tâches ménagères. « On doit les responsabiliser dès leur jeune âge. Ils doivent aider à ranger leurs chambres, à faire son lit surtout et à aider à mettre de l’ordre dans la maison. Idéalement, si l’enfant aide dans la cuisine aussi, il arrive à mieux comprendre ce qu’il mange », estime notre interlocuteur.

Sa personnalité : la stimulation cognitive
Votre enfant a une personnalité unique qui se développera à son propre rythme. La période entre 3 et 6 ans aboutit à la découverte de la réalité extérieure qui se traduit par une crise d’indépendance. L’enfant fait le contraire de ce qu’on lui demande, hurle quand on le contredit, veut s’habiller et manger seul, prend conscience de son individualité. Vous pouvez contribuer à favoriser ce développement en mettant en pratique l’approche parentale.

« À cet âge, l’enfant a besoin de stimulation cognitive : voir de nouveaux objets, goûter de nouveaux aliments, entendre de nouvelles musiques. Son cerveau et sa personnalité sont en train de se construire et l’enfant a besoin de nourritures culturelles variées », explique le psychologue Laurent Baucheron de Boissoudy. L’enfant commence à ressentir diverses émotions comme la joie, la jalousie, la peur et la colère. Il peut choisir de les exprimer ou non, dépendant de la situation.

Ainsi, pour se faire comprendre, il exprime ses besoins par des mots, il est moins contrarié par la discipline, car il comprend peu à peu les raisons de ces limites. L’enfant à cet âge peut aussi manifester plus d’intérêt pour le parent de sexe opposé et tend à acquérir une certaine autonomie et une estime de soi. Il s’attache aussi aux enfants de son âge et développe un lien d’amitié avec ses camarades de jeu.

Son apprentissage : la maîtrise de la langue
Les six premières années sont déterminantes pour le développement du cerveau d’un enfant. C’est pourquoi il est important de le soutenir dans la gestion de ses émotions et dans son apprentissage. Cela stimule ainsi son développement intellectuel.

Durant cette phase d’apprentissage, l’enfant capte à la fois le climat affectif mais aussi ce qu’éprouvent les personnes qui s’occupent de lui, explique le psychologue. « Il capte aussi les informations qui proviennent de sa vie quotidienne : ce que papa est en train de bricoler, ce que maman est en train de faire, ce que les frères, les sœurs, les grands-parents font et racontent. La famille joue un grand rôle dans le développement cognitif et culturel d’un enfant de cet âge », argue Laurent Baucheron de Bouissody.

Le psychologue recommande aux parents de continuer à parler aux enfants, leur dire que vous faites comme travail, les ouvrir au monde extérieur. « Je conseillerai aux parents de demander régulièrement à l’enfant ce qu’il a pensé ou ressenti face à telle ou telle situation qu’il a vécue à l’école ou à la maison. C’est une façon de développer ses sentiments. »

Entre 3 et 6 ans, les enfants ont aussi besoin de beaucoup jouer. « Ils développeront ainsi les capacités motrices et les compétences cognitives dont ils auront besoin à l’école. Les jeux ne doivent pas être uniquement sur écrans, notamment des tablettes tactiles, des téléphones portables ou des ordinateurs. Il est conseillé de les initier à des jeux d’antan ou de construction, les dinettes ainsi que les jeux en plein air : bicyclette, ballon, cache-cache, etc. »
Graduellement, l’enfant construira de petites phrases et ajoutera de plus en plus de mots à son vocabulaire. Ses phrases seront plus complètes. Vers 3 ans, la structure sujet-verbe-complément est bien en place tout comme l’utilisation des phrases en « je ». Alors qu’à 4 ans, ce sera l’âge des “pourquoi” et autres questions. À 5 ans, il maîtrisera davantage la langue et sera capable de faire la conversation. Entre 3 et 5 ans, les jeux des enfants augmentent en complexité.

Son alimentation : halte au sucre
Fini les petits pots ! À 3 ans, l’enfant mange par lui-même et comme un grand. Sauf que son alimentation doit être contrôlée de près par les parents. La nutritionniste Divya Poorun conseille de cuisiner des plats sans sel et sans poivre pour les enfants de moins de 8 ans. « L’idéal serait que l’enfant mange à table avec les parents. Les grands peuvent rajouter le sel à table mais pour les petits, c’est mieux qu’ils découvrent les vrais goûts des légumes. Les assaisonnements ont tendance à masquer le goût authentique », explique-t-elle.

À cet âge, poursuit la diététicienne, il est important de l’éduquer sur la nutrition. « Il serait bien de lui faire découvrir les légumes et leurs bienfaits, tout en expliquant à l’enfant chaque propriété des légumes. On ne mange pas que pour le goût des aliments mais pour leurs apports nutritionnels. Les enfants doivent en être conscients. » Et bien entendu, le fast-food et les sorties aux restaurants sont à éviter pour que l’enfant ne s’habitue pas à une nourriture trop riche.
« C’est aux parents de prendre cette responsabilité. À force de manger en dehors de la maison, les enfants finiront par avoir cette habitude en grandissant », fait-elle comprendre.

 

Conseils de pro

Surveiller la couleur de l’urine de son enfant est un bon moyen de savoir s’il boit assez d’eau. « Si son pipi est de couleur foncée, c’est que l’enfant n’en boit pas assez et c’est aux parents d’y remédier », explique Divya Poorun tout en indiquant qu’il faut éviter les jus en brique. « Privilégiez le fait maison avec des fruits frais. »

Gare aux accidents !

À chaque âge, ses risques. Après trois ans, l’enfant est en quête d’autonomie. Il bouge beaucoup et veut surtout être indépendant dans ses actions. Mais, il suffit d’un relâchement de surveillance pour qu’un accident arrive. En effet, il ne faut pas plus d’une minute d’inattention pour qu’un enfant avale un produit toxique, s’étouffe ou se noie. De plus, à cet âge, il n’arrive pas à mesurer les risques. Et, à partir de trois ans, l’enfant marche, court et apprend vite à sauter ou encore à faire des escalades. Il est donc très important pour les parents d’avoir constamment un œil sur son enfant car il y a les risques de chutes qui deviennent de plus en plus nombreux et aussi plus graves.

Autre danger : l’enfant peut se livrer à des jeux dangereux comme par exemple, s’enfermer dans un placard ou alors se couvrir la tête d’un sac en plastique qui risque de l’étouffer. Ensuite, il y a les intoxications. De ce fait, les produits toxiques doivent être soigneusement rangés. Pour les experts, un enfant est beaucoup plus menacé par un accident que par la maladie, ce qui fait que les parents doivent être tout le temps vigilants. Ainsi, la prévention doit faire partie de l’éducation de l’enfant au sein de la famille et aussi à l’école. Et finalement, il serait bon que les parents fassent régulièrement un inventaire des potentiels dangers qui guettent les enfants dans leur environnement.

Vos Commentaires

Défi Santé

Une publication du Le Défi Media Group 4B, Rue Labourdonnais, Port-Louis Tél : +230 207 06 66

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page