CourirFormeSlider

Prescrire du sport comme médicament bientôt une réalité à Maurice

Prescrire une activité physique à un malade. Ce sera bientôt possible. En ligne avec le National Sport and Physical Activity Policy, le ministère de la Santé lancera un projet pilote à Triolet Mediclinic. Le but de l’exercice physique par prescription est de miser sur la prévention et la lutte contre les maladies non transmissibles.

Suite à une consultation médicale, le médecin pourra bientôt prescrire une activité physique à la place d’un médicament. Ce concept : l’exercice physique par prescription permettra de prévenir les maladies non transmissibles, telles que le diabète, l’hypertension et les maladies cardiovasculaires. Dans un premier temps, il s’agit d’un projet pilote qui verra le jour à Triolet Mediclinic. Les pré-diabétiques et diabétiques seront les premiers concernés par ce projet d’activité physique par prescription.

Faire une activité physique contribue à une vie en bonne santé. Cependant, à Maurice, le sport n’est pas systématiquement inclus dans le quotidien des Mauriciens. « 23 % de la population fait une activité physique correspondant aux recommandations de l’OMS qui est de 150 minutes par semaine et 19 % des étudiants du secondaire font une activité physique régulière », explique le Dr Sudhir Kowlessur, le Chief Health Promotion and Research Coordinator au ministère de la Santé et de la Qualité de la vie et Head of Non-Communicable Disease, Health Promotion & Research Unit. C’est l’une des raisons derrière ce programme qui vise à prescrire aux patients de l’exercice physique au lieu des médicaments.

Le Dr Sudhir Kowlessur.

« Ce concept est une réalité dans de nombreux pays comme l’Angleterre, la Finlande, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, l’Allemagne et le Canada, entre autres. Plusieurs ateliers ont eu lieu avec les médecins concernés par ce programme afin de pouvoir donner le meilleur encadrement possible aux patients », explique-t-il tout en indiquant que le patient qui a eu une activité physique par prescription sera accompagné par un coach du ministère de la Jeunesse et des Sports. Une fois le projet implémenté, il sera évalué afin de pouvoir le lancer sur toute l’île.

• Comment cela se passe concrètement ?

L’exercice physique par prescription fonctionne de la même manière qu’une prescription d’antibiotiques par exemple. Tout comme le patient suivra les recommandations du médecin pour la prise d’un antibiotique trois fois par jour pendant cinq jours, il devra pratiquer l’activité physique prescrite sur ordonnance. Cela peut être de la marche trois fois par semaine.

• Ou pratiquer l’exercice physique prescrite ?

Une fois l’ordonnance prescrite, le patient sera suivi par le médecin du sport et le coach afin de s’assurer que les recommandations sont suivies. Le patient pourra se rendre dans un des Health Clus de la localité pour pratiquer le sport prescrit ou alors dans un des 79 centres à travers l’île. On compte aussi 6 Health Tracks et 5 Outdoor Gyms où les patients pourront se rendre.

Le suivi des pré-diabétiques par SMS

Le Non Communicable Disease (NCD) & Health Promotion Unit a également lancé un projet pilote dans la lutte contre le diabète en faisant un suivi assidu d’un groupe de diabétique et pré-diabétiques. Le « Technology-assisted diabetes prevention programme » comprend une assistance aux pré-diabétiques afin de limiter les risques de voir la maladie apparaître. Au total, ils sont 423 pré-diabétiques âgés entre 20 et 74 ans à faire partie de ce programme. Pour étudier la viabilité et l’efficacité de ce projet, 211 personnes reçoivent un SMS trois fois par semaine avec des recommandations médicales pour un meilleur mode de vie. Le projet, qui a démarré en février, est d’une durée d’un an. Un autre projet intitulé MIDAS a, lui, pour but de limiter les maladies chroniques liées au diabète.

Mots clés

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer