Bien-ÊtreSliderYoga

Retrouvez la paix intérieure en pratiquant le yoga autrement

Deepriya Balgobin, 1m80, de superbes dreads et un magnifique sourire, est de retour à Maurice depuis deux mois. Cette jeune femme âgée de 28 ans a ouvert sa Yoga Shala, à la rue Lees à Curepipe où elle propose de découvrir son moi intérieur à travers le yoga.

Après un diplôme en psychologie à l’université de Perth en Australie et une maîtrise en psychologie clinicienne effectuée à Bangalore, Deepriya Balgobin souhaite faire découvrir le yoga autrement aux adeptes de cette discipline du corps et de l’esprit qui comprend une grande variété d’exercices et de techniques.

« Quand on dit yoga, on pense à des postures difficiles à faire ou à être assis en tailleur des heures à méditer. Eh bien non, le yoga ce n’est pas que cela », explique Deepriya Balgobin. Celle-ci précise aussi que le yoga en lui-même représente l’union du corps, de l’esprit, du cœur et de l’âme. « La méditation forme une partie intégrante du yoga. Éventuellement, chaque moment de la vie devient un instant de méditation active ou passive ».

Par ailleurs, chaque type de yoga a ses spécificités. Au Yoga Shala, Deepriya enseigne particulièrement le Hatha yoga. C’est un yoga assez physique qui utilise le corps comme instrument de base pour mieux se connaître. Les séances sont organisées autour de postures (asanas), d’exercices de respiration (pranayamas) et de méditation (Pratyahara, Dharana et Dhyana) pour atteindre une relaxation profonde et la paix dans toutes les sphères, basées sur les huit étapes de l’Ashtanga Yoga de Patanjali.

« Quand le stress agit sur le corps, il peut générer certaines maux et maladies. La respiration profonde est un outil anti-stress de base pour un apaisement instantané », dit-elle. Le yoga permet, à travers des exercices, de travailler sa respiration pour une bonne oxygénation du cerveau. Ce faisant, la personne peut rééquilibrer son énergie et se déconnecter de toute situation difficile à gérer plus longtemps que le temps d’un moment. « C’est une expérience d’un changement intégral dans la psyché de la personne qui a un effet d’entraînement sur sa vie au fil du temps. Le yoga devient alors une arme à utiliser pour combattre le stress », explique Deepriya.

Les séances

Avec sa tenue décontractée et munie de son yoga mat, Deepriya propose des séances individuelles au Yoga Shala sur rendez-vous. Également disponible des séances en groupe pour les personnes de tous âges qui souhaitent pratiquer cette discipline. Et pour les enfants ? « J’y réfléchis encore », dit-elle dans un éclat de rire. Mais sa plus grande ambition à l’avenir est de proposer le yoga autrement à travers un concept incluant la psychologie.

« Certaines personnes hésitent à faire du yoga, car elles ont peur de ne pas pouvoir faire les postures. Ne vous faites pas de soucis. Pour faire le yoga, tout est une question de pratique. Le but n’est pas de faire des postures en toute perfection, mais c’est ce qui se passe en les faisant, qui est essentiel, notamment l’union dans son être ».

De bouche à oreille, la Yoga Shala gagne en réputation depuis son ouverture. Les séances se font en groupe le lundi, le mercredi et le vendredi à 18 heures. Il y a deux séances pour le samedi et le dimanche matin. Le jeudi, deux séances sont disponibles à 10 heures et à16 heures. Elles sont d’une durée de deux heures.

Un début à tout

Atteinte d’une rare forme d’arthrite réactive spontanée, Deepriya se retrouve en l’espace d’une nuit, avec tous ses joints enflammés. Elle ingurgite cachet après cachet pour les calmer, mais en vain. De plus, elle déteste prendre des médicaments, confie-t-elle. « Je suis contre tout ce qui est industrie pharmaceutique ». Un peu normal pour cet animal lover qui n’a pas hésité de ramener à Maurice des chiens qu’elle a trouvés dans les rues indiennes.

En parallèle de ses études en Inde, elle se rend dans un studio pour faire du yoga. Lors des séances, elle arrive à maîtriser ses maux et prend vite goût à cette discipline qui lui faisait tant de bien à la fois sur les plans physique et mental. Les blocages se dénouent graduellement et permettent à Deepriya de se remettre complètement de son arthrite.

En même temps, elle découvre la discipline de soi, un atout qu’elle utilise pour améliorer la gestion de sa vie au quotidien. De 2015 à 2018, elle suit des cours de yoga intensifs et effectue un examen pour devenir coach de yoga. « Le yoga m’a beaucoup aidé à surmonter cette douloureuse étape de ma vie. Mon but est de propager cette pratique et ses innombrables bienfaits. Je veux aussi aider les gens à appliquer cette discipline de soi pour casser avec force tous les « thinking patterns » qui bloquent leur mental. Et de les extérioriser, grâce à la pratique du yoga afin de se sentir mieux dans sa peau ».

Animal Lover, bookworm et silence

Sur la voie de devenir vegan, Deepriya Balgobin avoue que son choix est motivé par le fait qu’elle aime les animaux. « J’ai 16 chiens à la maison », dit-elle avec les yeux qui brillent, dont quatre qu’elle a ramenés de l’Inde. Initialement, il y en avait 7 chiens indiens, mais elle a en offert trois à des amis. Deepriya n’est pas la seule à les nourrir. Toute la famille s’y met.

« On est tous des animal lovers. » Ces chiens, qui sont tous des « rescue dogs », sont ainsi élevés avec beaucoup de compassion. Deepriya est également une véritable bookworm. Harry Potter, Tolkien, Stephen King et tout ce qui entoure la physique quantique ainsi que le New Age, la jeune femme voue une grande passion pour la lecture.

Si sa musique préférée est le silence et le chant des oiseaux dans la nature, toutefois, de temps en temps, elle se laisse emporter par les mantras, les gospels et les bhajans listés dans son répertoire, confie cette ex-élève du collège de Lorette de Curepipe, qui était autrefois une grande fan de Marilyn Manson et de la musique métal.

  • Article rédigé par Jenna Ramoo
Mots clés

Défi Santé

Une publication du Le Défi Media Group 4B, Rue Labourdonnais, Port-Louis Tél : +230 207 06 66

Articles Liés

Close