Bien-ÊtreMédecines traditionnellesSlider

Les arts martiaux, l’art du bien-être

Écoutez cet article

S’il y a une discipline sportive qui apporte santé et bien-être, ce sont les arts martiaux. Au-delà des réflexes pour se défendre, les arts martiaux privilégient une concentration, la maîtrise de soi et surtout l’autodiscipline. Explications avec le sensei Frédéric Guérin qui organise une initiation à l’autodéfense ce samedi 19 mars à l’Uchinadi Karate Kobudo Dojo, à Pailles.

En ce samedi 19 mars, à partir de 13 heures, le sensei Frédéric Guérin fera découvrir tous les différents aspects de l’autodéfense, mais aussi l’univers du club et des arts martiaux. Ce sera à l’Uchinadi Karate Kobudo Dojo, à Pailles. Il s’agit d’une initiation gratuite pour dépenser et déstresser, le tout dans un cadre sécurisé et bienveillant selon Frédéric Guérin. Ce sensei est d’origine française. Cela fait environ 11 ans qu’il vit à l’île Maurice avec son épouse et ses enfants. Son souhait est de partager sa passion pour les arts martiaux aux Mauriciens.

« J’ai commencé le karaté à l’âge de 9 ans et le kobudo à 14 ans. Cela fait donc 40 ans depuis que je pratique les arts martiaux.  J’ai effectué mon enseignement auprès d’un maître japonais, Seisuke Adaniya. À Maurice, j’enseigne plusieurs disciplines au sein du Dojo Uchinadi  à Pailles qui fête ses 10 ans d’existence cette année. Je me déplace également chez les particuliers sur toute l’île », raconte Frédéric Guérin.

Plusieurs disciplines

Le programme est varié. Il comprend du karaté, plus précisément celui appartenant au style traditionnel Shorin-ryu, enseigné aux adultes et aux enfants. Il y a aussi le kobudo d’Okinawa pour les adultes et en initiation aux adolescents. « Il s’agit d’une spécialité qui induit le maniement d’armes, notamment avec le bâton (nunchaku, tonfa, entre autres). Et dans une démarche d’évolution au service du bien-être et d’une pratique sportive régulière pour le plus grand nombre, Uchinadi propose désormais des cours de « self-defense » et de baby karaté. Ce dernier cours est une introduction ludique et sportive aux arts martiaux, dans un cadre adapté et sécurisé », précise-t-il.

Situation stressante

Pourquoi choisir les arts martiaux ? Pour le sensei, l’être humain est souvent confronté au danger, alors savoir se défendre est en quelque sorte une émancipation d’autrui. Mais au-delà du combat, le « self-defense » est une méthode pour apprendre à rationaliser ses émotions, son esprit et son corps, à créer des réflexes pour mieux appréhender des situations stressantes. Le but est de gérer sa propre sécurité lorsque l’on ne peut pas ou plus compter sur quelqu’un d’autre. « Comprendre, apprendre, puis maîtriser les techniques, avoir les bons gestes pour se sortir d’une situation difficile et se préserver ou préserver ses proches, tout cela peut faire une très grande différence », estime Frédéric Guérin.

À qui s’adressent les arts martiaux ? Cette formation s’adresse à tous et à toutes selon lui. « Cependant, mon objectif est de privilégier les femmes, les premières victimes de violence », fait-il comprendre. En apprenant progressivement le « self-defense », leur corps va créer des réflexes qui vont leur permettre de préserver leur intégrité physique et celle de leurs enfants dès la survenue d’une attaque pour avoir le temps de se mettre en sécurité.

Le lien culturel

Pour en savoir plus sur les arts martiaux, le sensei fait ressortir que chaque pays à travers le monde possède dans sa culture une ou plusieurs pratiques martiales. Le judo, le karaté, le kobudo, par exemple, au Japon, le wushu en Chine, la canne en France, les luttes traditionnelles en Afrique de l’Ouest, la liste est très longue selon le sensei.

« Les arts martiaux constituent véritablement un lien culturel et guerrier au sein du pays qui l’a vu naitre. Au fur et à mesure des époques, d’autres techniques de combat et des sports de combat ont vu le jour pour évoluer afin de se mettre plus en phase avec le monde contemporain et avec la demande du public », raconte-t-il.

Les arts martiaux sont aussi un vecteur éducatif pour les enfants qui s’inscrivent dans une routine leur permettant de développer la concentration, la discipline et surtout une meilleure maîtrise psychomotrice. À un jeune âge, l’enfant apprend à être plus responsable, car les arts martiaux forgent le caractère. Les valeurs que prône cette discipline font que l’enfant peut les appliquer dans sa vie de tous les jours, en grandissant.  « Actuellement, les sports de contact rencontrent à juste titre un franc succès, car nous avons tous besoin de nous faire du bien physiquement et mentalement. Il y a toujours une recherche d’authenticité traditionnelle », souligne-t-il.

Les bienfaits

Les arts martiaux se distinguent par l’association du corps et de l’esprit. Le pratiquant, qu’il s’agisse d’un enfant, d’un adolescent ou d’un adulte, dans son engagement et son parcours, se discipline, forge son mental et surtout développe sa concentration.

« Au fil du temps, en prenant de l’âge et de la maturité, il finit par se rencontrer, se découvrir, mais véritablement se rencontrer, ceci en atteignant des objectifs personnels dont il ignorait encore l’existence », estime le sensei. D’ailleurs, physiquement, il gagne en force, développe un meilleur équilibre et participe activement au maintien de sa santé en se dépensant régulièrement.

Okinawa est l’île où a vu naitre le style de karaté et de kobudo enseigné chez Uchinadi. Là-bas, non seulement les pratiquants sont nombreux, mais surtout, ils pratiquent jusqu’à un âge très avancé, des plus jeunes aux seniors.

Un mental en fer

Les arts martiaux ont un impact significatif sur le mental. L’un des premiers bénéfices est d’ailleurs la maîtrise de soi, car en pratiquant les arts martiaux, le participant apprend à canaliser son énergie interne, à retrouver ses capacités enfouies et ses potentiels, ce qui donne un apaisement mental et une maîtrise de soi. On retrouve aussi la bonne forme en continu et la stabilité corporelle puisque tous les muscles du corps travaillent en harmonie et en coordination avec un enchaînement des mouvements en toute agilité. Le pratiquant retrouve ainsi force et souplesse.

Vos Commentaires

Défi Santé

Une publication du Le Défi Media Group 4B, Rue Labourdonnais, Port-Louis Tél : +230 207 06 66

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page