Bien-ÊtreSliderYoga

Le yoga : pour un bon équilibre physique et mental

« Le yoga est une discipline à la portée de tous. Chaque petit geste de la vie quotidienne est une forme de yoga », a précisé Trilo Gujadhur d’Ackbar Yoga Movement. C’était lors de l’émission Allô docteur sur Radio Plus dans le cadre de la Journée internationale du yoga, observée le jeudi 21 juin.

Le yoga permet à une personne d’avoir un bon équilibre entre le mental, l’esprit et le corps. Il existe 150 types de yoga permettant d’aller vers l’union du corps et de l’esprit pour finalement avoir une bonne condition physique. Cependant, c’est une discipline à pratiquer selon les consignes d’un instructeur, explique Trilo Gujadhur, instructeur de yoga au Ackbar Yoga Movement.

Trilo Gujadhur.
Trilo Gujadhur.

Un adepte du yoga peut faire ses débuts dès l’âge de sept ans. Il peut même le partiquer jusqu’au-delà de 80 ans, révèle Trilo Gujadhur. Et de faire ressortir qu’il convient aux personnes en bonne santé et qui veulent le rester de pratiquer le yoga. Cette discipline peut aussi favoriser une bonne croissance. Chez les personnes âgées, le yoga aide à maintenir la mobilité des articulations, la souplesse et la flexibilité des ligaments.

L’approche adoptée pour un adulte et celle pour un enfant est différente, affirme-t-il. « Les mouvements évoluent avec l’âge et s’adaptent en fonction de la condition physique et l’état de santé du pratiquant. Pour s’assurer qu’un adepte peut pratiquer certains mouvements, il est recommandé de faire un bilan de santé. Une personne qui ne fait pas les mouvements du corps convenablement peut avoir des douleurs aux articulations », fait ressortir l’instructeur de yoga.

Le yoga est une discipline qui ne peut se pratiquer n’importe comment. « La personne doit suivre des règles de base bien précises afin de ne pas se blesser. Le yoga s’adapte à la morphologie et à la flexibilité de chaque personne, aussi à son état de santé. On ne peut généraliser. Le yoga n’est pas comme la marche », tient à préciser Trilo Gujadhur.

Notre interlocuteur compare le yoga à la nourriture « essentielle pour vivre. Si on mange mal, cela peut causer des problèmes de santé. Il faut savoir bien pratiquer le yoga afin de pouvoir profiter pleinement de ses bienfaits ». Il explique que le corps humain a cinq niveaux. Et pour chaque niveau, il y a un type de travail. à travers le yoga, il y a des exercices physiques qui sont de véritables méthodes de « nettoyage ».

La respiration est primordiale dans le yoga. « Des problèmes peuvent être résolus à travers une bonne respiration. Les personnes qui ont des problèmes doivent les affronter et ne pas rester dans le déni. Cela n’arrange pas les choses », souligne-t-il. Le yoga s’adresse aussi bien aux personnes qui souffrent de l’asthme, du stress, du diabète, de la colonne vertébrale et des douleurs lombaires, entre autres.

Cependant, la pratique du yoga ne peut remplacer, en aucun cas, les traitements allopathiques chez les malades. « Le yoga ne remplace pas le traitement médical. Mais, les deux peuvent coexister et être complémentaires », conclut l’instructeur de yoga.

Le yoga pour combattre le stress

Le manque d’activités physiques peut contribuer à provoquer le stress en raison d’une accumulation de toxine dans le corps. Le yoga est un moyen efficace de canaliser et d’évacuer ce stress. Une surcharge de stress peut ainsi provoquer une dépression chez la personne qui en souffre. ll est à noter que le stress peut être toxique et nuire à notre santé. Il peut par exemple provoquer le diabète ou l’asthme. Le contrôle de la respiration, à travers le yoga, permet ainsi de mieux gérer le stress et aider à l’évacuer petit à petit.

La pratique du yoga chez les personnes âgées

Nombreuses sont les personnes âgées qui jouissent d’une meilleure santé que les plus jeunes parce qu’ils ont pratiqué le yoga depuis de nombreuses années, affirme Trilo Gujadhur. Cependant, une personne âgée ne peut faire tous les mouvements liés au yoga, particulièrement les étirements, afin d’éviter une déchirure des ligaments. « Avec l’âge, il est recommandé de se limiter à quelques mouvements spécifiques. Aussi à faire moins d’efforts, car le corps d’une personne âgée est différent de celui d’un jeune. »

Pour lui, il est mieux de suivre les consignes d’un instructeur que de se fier à tout ce qui se dit sur internet. « Maurice compte suffisamment d’instructeurs de yoga et il est préférable de les consulter avant de pratiquer cette discipline. »

Et de préciser que la pratique du yoga apporte un meilleur fonctionnement des ligaments et un meilleur tonus aux muscles. « Si on ne pratique pas une activité physique, les muscles ne vont pas pouvoir tenir le squelette du corps. Cela doit être progressif et ne pas être fait n’importe comment. »

Soulagement pour les asthmatiques

La bonne respiration est la base du yoga. La pratique du yoga ne va pas guérir une personne souffrant de l’asthme mais une bonne technique de respiration permet de soulager et d’améliorer la vie des personnes asthmatiques. Cependant, ceux qui utilisent une pompe doivent continuer de le faire. Le yoga doit être pratiqué parallèlement sous supervision médicale. Par exemple, une personne asthmatique ne peut se dire qu’elle va faire le yoga et ne plus prendre ses médicaments.

Yoga prénatal

Une femme enceinte ne peut pratiquer tous les mouvements du yoga. Elle peut commencer à le faire à partir du troisième mois de grossesse. Cela doit être progressif et se faire sous supervision d’un instructeur. Le yoga chez la femme enceinte permet de prévenir les enflures aux pieds et les douleurs lombaires, surtout chez les femmes sédentaires. La pratique de cette discipline peut continuer jusqu’à l’accouchement. Cependant, les mouvements évolueront au fil du temps.

Le yoga pour les diabétiques

Le yoga convient bien aux diabétiques. Il les aide à avoir une bonne circulation sanguine. De nombreuses pathologies liées au diabète peuvent être évitées grâce au yoga. à l’exemple des problèmes cardiovasculaires, fait ressortir Trilo Gujadhur. Ce dernier déplore que certains sombrent dans la léthargie et s’enfoncent dans leur maladie sans vraiment faire des efforts pour s’en sortir.

« Le yoga peut aider à contrecarrer cela, en leur donnant la volonté personnelle nécessaire. Ceux qui s’injectent de l’insuline vont voir leur dose se stabiliser. » Mais, précise-t-il, « le yoga ne peut tout faire. Il peut agir en complémentarité avec la médecine allopathique ». L’instructeur de yoga recommande aussi la marche qui peut aider au bon fonctionnement du corps.

Vos Commentaires

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page