Bien-ÊtreRelaxationSlider

La relaxation et la méditation comme antistress

Le stress peut avoir des effets dévastateurs sur le corps. Pour s’en débarrasser, il existe plusieurs exercices simples et rapides à faire chez soi, mais aussi au bureau ou encore dans la voiture. Le but : se relaxer pour optimiser le lâcher-prise. La méditation est aussi un autre moyen pour maîtriser le stress.

Le stress se manifeste de différentes manières : un cou tendu, des épaules raides, des douleurs de dos occasionnels, etc. Le stress affecte plusieurs parties du corps et il est difficile de s’en rendre compte. C’est pourquoi Mohini Purbhoo, du Lotus Yoga Institute, préconise quelques exercices à faire n’importe quand et n’importe où, afin de se débarrasser des tensions accumulées.

« Il suffit de prendre quelques minutes pour s’occuper de sa personne chaque jour », dit-il. Tourner la tête de droite à gauche à plusieurs reprises en fermant les yeux pour que les tensions disparaissent. « Cependant, faites le vide dans votre tête d’abord. On se concentre sur soi, on s’évade. Pendant ce temps, on oublie les choses qui nous tracassent et on pense à son bien-être », ajoute-t-elle. Le deuxième exercice recommandé est d’étirer les membres du corps, surtout les bras et les jambes en se mettant debout.

Mais selon elle, le plus important, c’est le mode de vie. « Pour éliminer le stress, il faut aussi avoir une vie saine, boire beaucoup d’eau, manger équilibré en incluant beaucoup de légumes et de fruits. Et le plus important : bien dormir. On sous-estime trop souvent la capacité du sommeil réparateur », fait-elle comprendre.

Il y a aussi de petits massages à faire afin de se relaxer. L’un d’eux est le massage du visage qui se fait idéalement le matin au réveil ou le soir avant d’aller dormir pour se défatiguer. Il suffit de frotter les mains énergiquement au-dessus de la tête et de poser les mains sur le front par la suite. Il faut ensuite ajouter un peu de pression avec les deux pouces sous les sourcils, dans le creux tout près du nez.

Ne pas travailler le soir pour moins de stress

De nouvelles recherches internationales ont montré que le fait de poursuivre sa journée de travail à son domicile pouvait avoir des effets néfastes sur le sommeil et le stress, mais aussi sur la productivité au travail le lendemain.

Les scientifiques ont évalué la pratique de certaines activités après le travail pour voir si elles avaient des effets bénéfiques ou néfastes sur la qualité du sommeil, mais aussi sur le détachement cognitif, émotionnel et physique par rapport au travail.

Leurs résultats, relayés par l’International Journal of Environmental Research and Public Health, ont montré que le fait de continuer à travailler après avoir quitté son bureau, par exemple en envoyant des e-mails ou en consultant son téléphone ou son ordinateur, avait un impact négatif sur le stress et le sommeil sur le court et le long terme. De plus, cette intrusion du travail dans la sphère privée réduirait notre capacité à nous relaxer et à nous recharger pour le lendemain, diminuant ainsi notre productivité.

En revanche, les scientifiques ont trouvé que les activités de soin et d’entretien comme les tâches ménagères ou le fait de s’occuper d’enfants avaient des effets positifs sur la qualité du sommeil. De plus, des activités demandant peu d’efforts comme la lecture, écouter la musique ou regarder la télévision aidait les sujets à se déconnecter de leur journée de travail. Par conséquent, les employés sont ainsi plus à même d’être alertes et efficaces au travail.

Le stress post-traumatique

La méditation peut être aussi efficace pour traiter les victimes de stress post-traumatique (ESPT) que les thérapies actuellement à l’oeuvre, constate une étude menée auprès de soldats américains soignés pour ESPT publiée dans le Lancet Psychiatry.

L’état de stress post-traumatique (ESPT) survient après un événement traumatique. Il se caractérise notamment par des souvenirs répétitifs et envahissants de l’événement, des cauchemars, l’évitement de tout élément (lieu, situations) rappelant le traumatisme, des états d’irritabilité ou de dépression.

Les chercheurs de trois universités américaines ont testé la pratique de la méditation avec une étude portant sur 203 anciens soldats américains porteurs d’ESPT. Les soldats, hommes et femmes, étaient répartis en trois groupes : l’un pratiquait la méditation, le deuxième la thérapie par exposition et le troisième avait un cours théorique sur le stress post-traumatique.

60% des anciens soldats qui pratiquaient 20 minutes de méditation chaque jour ont vu leurs symptômes s’améliorer significativement et ils étaient plus nombreux à mener l’étude à son terme que le groupe soumis à la thérapie par exposition. La méditation consiste à concentrer l’esprit sur un objet ou une idée pour atteindre un état de pleine conscience, calme et apaisé.

Mots clés

Défi Santé

Une publication du Le Défi Media Group 4B, Rue Labourdonnais, Port-Louis Tél : +230 207 06 66

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close