Allo DocteurSlider

La péricardite, une maladie à ne pas négliger

La péricardite ou l’inflammation du cœur ne peut être prévenue. Si la maladie est diagnostiquée à temps et le traitement approprié est administré, le problème peut être résolu et les complications peuvent être évitées. C’est ce que fait ressortir le Dr Viken Mootoosamy, consultant en chirurgie cardiovasculaire et endovasculaire.

La péricardite est une inflammation du péricarde qui est un sac à double parois qui contient le cœur. Ce « sac » a pour rôle de maintenir le cœur dans une position stable pour faciliter le mouvement de contraction et de relâchement du cœur, car tout autour de ce sac il y a le liquide du péricarde qui agit comme lubrifiant pour éviter les frictions. Le péricarde joue un rôle très important contre les infections en agissant comme barrière.

Lors de l’inflammation du cœur, le patient peut ressentir divers symptômes : douleurs thoraciques, fièvre qui peut grimper jusqu’à 38 ou 39 degrés. C’est ce qu’a expliqué le Dr Viken Mootoosamy, consultant en chirurgie cardiovasculaire et endovasculaire. Il était l’invité de Caroline et Jean-Marie, lors de l’émission Allô docteur de Radio Plus.

Selon le consultant, ce sont les cas de péricardites aiguës qui peuvent durer pendant quatre à six semaines qui sont les plus fréquents. La maladie est considérée comme chronique si elle continue à évoluer et s’il y a des épisodes de récidives. Il a expliqué que la péricardite n’est pas à confondre avec l’angor (angine de poitrine) qui est un rétrécissement des artères coronaires qui survient avec le temps. La fatigue et les douleurs à la poitrine se manifestent surtout à l’effort. Un patient peut aussi ressentir des douleurs à la poitrine, mais qui sont associés à un infarctus du myocarde qui est le résultat d’une mauvaise oxygénation du cœur due à une artère qui est bouchée.

La péricardite ne peut être diagnostiquée que par un examen échographique qui va déterminer si le patient souffre effectivement d’une inflammation du cœur ou s’il a fait un infarctus. Une radiographie de la poitrine peut aussi montrer si le cœur a grossi. Un bilan sanguin va, lui, montrer si les globules blancs ont augmenté, ce qui est une indication qu’il y a une infection. Selon le médecin, la péricardite peut enflammer le myocarde. C’est la myopéricardite qui est la dilatation du cœur qui peut progresser et devenir une maladie chronique.

La péricardite peut être classifiée comme une maladie infectieuse et non-infectieuse, car les causes sont à la fois multiples et idiopathiques. Mais à travers des études approfondies, il est possible de comprendre que les causes de la maladie n’étaient pas si inconnues en étant le résultat d’une infection d’origine virale comme la grippe AH1N1 ou que le patient est atteint du VIH/sida. Dans certains pays sous-développés, la péricardite peut être due à la tuberculose, a fait ressortir le spécialiste.

 

le Dr Viken Mootoosamy, consultant en chirurgie cardiovasculaire et endovasculaire
le Dr Viken Mootoosamy, consultant en chirurgie cardiovasculaire et endovasculaire

Les personnes les plus susceptibles d’avoir une inflammation du cœur sont celles dont le système immunitaire est fragilisé par d’autres pathologies. Par exemple, les patients qui sont atteint du lupus, rhumatisme, arthrite ou encore ceux qui souffrent de maladies systémiques comme l’hypothyroïdie et le cancer. Ceux qui sont en insuffisance rénale sont aussi à risque. Il en est de même pour ceux qui ont des maladies cardiaques, le diabète ou des pathologies qui concernent les petits et gros vaisseaux. Selon le consultant en chirurgie cardiovasculaire et endovasculaire, il n’y a pas d’âge précis pour souffrir de la péricardite, car elle peut survenir dès l’enfance.

Le Dr Mootoosamy a aussi expliqué que ce sont particulièrement les hommes qui sont touchés par la péricardite et que parmi, un bon pourcentage avait subi des sessions de radiothérapie qui est aussi une des causes de l’inflammation du cœur. À l’instar de Maurice où les hommes sont les plus touchés par cette maladie et bon nombre d’entre eux avaient subi une radiothérapie qui est une des causes de la péricardite chronique, c’est-à-dire que le sac du péricarde est moins élastique et devient rigide et il est en mobilité réduite en raison d’un problème de relaxation du corps. Ces patients doivent subir une intervention chirurgicale (péricardiectomie chirurgicale) pour enlever la coque qui s’est formée, selon le spécialiste.

Complications

Selon le Dr Mootoosamy, la péricardite peut être fatale si la maladie n’est pas détectée à temps, car cela peut entraîner des complications. « Si le processus inflammatoire continue et que le liquide autour du cœur continue d’augmenter, le cœur ne pourra pas pomper le sang convenablement pour le corps. C’est cela qui peut provoquer le décès », dit-il.

Le spécialiste fait ressortir que quand le muscle du cœur est affecté, le patient doit être au repos pendant trois à six mois et ne pas faire des efforts hors de la maison. Il doit prendre un médicament anti-inflammatoire non stéroïdien pendant une longue durée et prendre d’autres médicaments pour prévenir les récidives. Il est tout aussi important d’éviter l’automédication.

Il a aussi soutenu qu’à Maurice, les patients ont tendance à arrêter leur traitement dès qu’ils se sentent un peu mieux. « C’est une très mauvaise pratique et cela peut entraîner des complications », a-t-il souligné.

Les symptômes de la péricardite

La péricardite se manifeste par des douleurs thoraciques qui peuvent faire penser à un infarctus du myocarde. Mais dans le cas de l’inflammation du cœur, ces douleurs sont plus intenses, dépendant de la position du corps et à chaque inspiration, ce qui fait que le frottement du cœur est accentué. La péricardite est aussi accompagnée de fièvre qui peut aller au-delà de 38 degrés, car souvent due à une infection virale. Le patient peut aussi ressentir de la fatigue. Ces symptômes ne devraient pas être banalisés et l’automédication est proscrite afin d’éviter les éventuelles complications. En cas d’infection aiguë des voies respiratoires, le patient peut aussi avoir la toux ou des vomissements.

Mots clés

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer