Allo DocteurSlider

[Allô Docteur] Épilepsie : 80 % des cas sont de causes méconnues

L’épilepsie est une maladie neurologique qui touche enfants, adolescents et adultes. On dénombre 50 millions de personnes affectées dans le monde, dont 13 000 à 15 000 à Maurice. Pour mieux comprendre cette maladie et savoir réagir face à une crise d’épilepsie, le neurologue Dr Harish Reesaul était sur le plateau d’Allô Docteur, sur Radio Plus, le mardi 9 février pour en parler.

 Dr Harish Reesaul
Dr Harish Reesaul

Chaque année, la Journée internationale de l’épilepsie est observée le 8 février. Il s’agit d’une maladie neurologique chronique qui peut toucher n’importe qui, peu importe l’âge. C’est ce qu’a indiqué le Dr Harish Reesaul, neurologue et consultant en charge à l’hôpital Jeetoo. « Le risque de développer la maladie est de 1 %. C’est pour cette raison que nous estimons qu’à Maurice, il y a 13 000 à 15 000 personnes qui sont touchées », a-t-il expliqué.

Pour comprendre l’épilepsie, il faut d’abord comprendre comment fonctionne le cerveau, a indiqué le médecin. « Le cerveau est composé de neurones et ces derniers communiquent entre eux à travers une activité électrique. L’épilepsie se caractérise par une augmentation soudaine de l’activité électrique dans le cerveau, entraînant une perturbation temporaire de la communication entre les neurones », a-t-il indiqué.

Une crise d’épilepsie s’explique par une activité électrique trop intense des neurones. Les causes sont dans certains cas génétiques, mais dans la plupart des cas, elles ne sont pas identifiées. « Dans 20 % des cas, on peut trouver la raison, mais la cause des 80 % reste méconnue. Au niveau des raisons connues, on retrouve, entre autres, la consommation excessive d’alcool, les conséquences d’un accident, une tumeur ou un accident vasculaire cérébral (AVC) », a expliqué le docteur.

Comment identifier la maladie ? « Pour détecter la maladie, nous faisons d’abord un bilan sanguin suivi d’un scan ; une tomodensitométrie (CT Scan) ou d’une IRM (imagerie par résonance magnétique). Cela nous permet de détecter des lésions ou des anomalies dans le cerveau qui pourraient justement provoquer une crise d’épilepsie » a fait comprendre le Dr Harish Reesaul.

Il existe plusieurs examens à effectuer, mais, en général, c’est l’électroencéphalographie (EEG) qui est surtout privilégiée. « Il s’agit d’un test très important à faire pour diagnostiquer l’épilepsie. Les médecins placent des électrodes sur le cuir chevelu du patient afin d’enregistrer l’activité électrique du cerveau », a-t-il ajouté.

Signes et symptômes

L’épilepsie s’exprime de manière très variée. D’abord, il y a les absences qui se définissent par une perte soudaine de conscience. Les yeux du malade restent ouverts, mais son regard est fixe et il ne réagit pas. Certains malades font une chute brutale, suivie de contractions musculaires et des mouvements involontaires des bras et des jambes. Dans tous les cas, un suivi rigoureux est nécessaire.

Au cours de l’émission, le médecin a expliqué qu’il y a un protocole à suivre pour prévenir les crises. « D’abord, l’épileptique doit bien dormir, au moins huit heures chaque nuit. Ensuite, il ne faut pas consommer des boissons alcoolisées et des drogues et réduire le temps passé devant les écrans (télévision, ordinateur et téléphone). Le Dr Harish Reesaul évoque également l’importance d’avoir une bonne hygiène de vie ainsi qu’une alimentation soignée. Au niveau des exercices physiques, 30 minutes de sport suffisent par jour. Attention prévient le docteur, une personne qui souffre d’épilepsie ne doit jamais faire du sport toute seule.  Elle doit être accompagnée en cas de crise. « De plus, certaines activités sportives sont à éviter. Ce sont notamment les arts martiaux ou encore la natation, car l’épileptique peut se trouver en difficulté suite à une crise.

Les plus à risque

  • Les personnes avec des antécédents familiaux.
  • Les personnes qui ont subi un traumatisme au cerveau, suite à un coup violent.
  • Les victimes d’un AVC.
  • Les patients qui souffrent de méningite.
  • Les individus qui n’ont pas une bonne hygiène de vie.
  • Les personnes qui ne dorment pas assez.
  • Les personnes qui passent trop de temps à jouer aux jeux vidéo ou sur les écrans lumineux.
  • Un excès de stress.

Traitement

Au niveau du traitement, celui-ci repose sur la prise de médicaments antiépileptiques. « Le traitement fonctionne étroitement avec une bonne hygiène de vie et la prise rigoureuse des médicaments », a fait ressortir le docteur.

Néanmoins, pour environ un quart des patients, ces médicaments sont insuffisamment inefficaces et des crises d’épilepsie persistent. Une intervention chirurgicale peut alors être envisagée. D’autres types de soins sont aussi possibles selon les cas.

Épilepsie et écrans lumineux

Les jeux vidéo peuvent-ils provoquer des crises d’épilepsie ? Oui, selon le Dr Harish Reesaul. « 90 % des informations que le corps réceptionne passent par les yeux. Ainsi, l’abus des jeux vidéo et un temps excessif sur les écrans augmentent l’activité électrique dans le cerveau et peuvent ainsi mener à une crise d’épilepsie », a indiqué le docteur.

Convulsions et épilepsie

Les convulsions sont une des manifestations motrices d’une crise épileptique. Il existe deux types de convulsions : les crises liées à la fièvre sont les causes les plus fréquentes de convulsions chez les enfants de moins de cinq ans.

Ensuite, il y a les convulsions provoquées par la maladie, notamment suite à deux crises d’épilepsie.

Allô Docteur sur Radio Plus, chaque mardi à 9h00

C’est le rendez-vous de chaque mardi sur les ondes de Radio Plus. Allô Docteur, émission spéciale dédiée à la santé, fait un focus sur une thématique différente chaque semaine, de 9h00 à 10h00. Les auditeurs peuvent également participer à l’émission en appelant sur le 208 4999 ou le 208 5999. De plus, les internautes ont la possibilité de suivre l’émission en Facebook Live sur la page defimedia.info et défisanté.

Vos Commentaires

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page